LE DIRECT
 l'Empereur Akihito and l'Impératrice Michiko en février 2016

C'est une voix rare : l'empereur du Japon s'adresse à son peuple

5 min

Un évènement rarissime : depuis 1945 les empereurs ne se sont directement adressés au peuple que trois fois.

 l'Empereur Akihito and l'Impératrice Michiko en février 2016
l'Empereur Akihito and l'Impératrice Michiko en février 2016 Crédits : Koki Kataoka/AP - Sipa

C'est une voix rare. L'empereur du Japon s'adresse aujourd'hui à son peuple dans une allocution enregistrée d'une dizaine de minutes. Un évènement puisque depuis 1945 les empereurs ne se sont directement adressés au peuple que trois fois. Il y a 71 ans, pour la reddition nippone à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 2011, après la catastrophe nucléiare de Fukushima et cette fois c'est l'avenir du souverain qui est en jeu.

"L'heure de vérité pour l'empereur " titre le quotidien belge Le Soir pour qui Akihito va lever le voile-mais guère plus- sur le souhait qui lui est prêté de vouloir abdiquer. Le 125 ème empereur du Japon est monté sur le trône en 1989 et il a aujourd'hui 82 ans.

Mais le souverain, indique le Soir, devrait s'en tenir à des phrases sibyllines sur le poids des âges.Son rôle, défini par la Constitution, lui interdit toute activité à caractère politique et l'empêche de mentionner explicitement le mot "abdication"

Alors partira ? partira pas ? Aucun empereur n'a démissionné depuis 200 ans et la Constitution actuelle ne prévoir pas un tel cas de figure. Mais un "un projet loi spécial" pourrait être votée uniquement pour Akihito croit savoir le quotidien Yomiuri Shimbun. Le journal japonais conservateur qui souligne que ce serait plus simple que de réviser l'article 4 . Article qui stipule qu'en cas de disparition de l'empereur, l'héritier impérial doit immédiatement monter sur le trône.Et puis revoir la Constitution pose des questions épineuses insiste le Yomiuri. Le risque est de déstabiliser le statut des empereurs, "symbole de l'Etat et de l'unité du peuple ". Il est donc nécessaire poursuit le quotidien d'éviter toutes les situations où l'empereur pourrait être contraint sous la pression politique à abandonner son poste, ou que personne ne puisse s'opposer à ce qu'il quitte sa charge sur une décision arbitraire "

Une loi de circonstance serait donc le plus simple à mettre en oeuvre et à  faire passer au sein de la population conclut le journal

Oui parce que pour modifier la loi, l'empereur va devoir convaincre l'opinion. Ce qui ne devrait pas être si compliqué analyse El Financiero pour qui le départ du souverain devient de plus en plus probable Le quotidien mexicain rappelle qu'après l'effet de surprise, les rumeurs d'abdication ont été bien accueillis par les citoyens. La population estime en grande majorité que le temps est venu pour le monarque de prendre sa retraite. Un repos bien mérité pour un homme qui a eu plusieurs soucis de santé, a été opéré du cœur et de la prostate. Cette attitude de compréhension reflète l'évolution de la société japonaise sur le travail et la santé estime le journal : selon un sondage, paru début août 90% des japonais trouvent les activités d'Akihito trop importantes. 85 % approuvent l'idée de modifier la loi pour permettre son abdication.

La population peut être mais, rappelle le quotidien, la droite conservatrice au pouvoir elle ne veut pas d'une abdication, à commencer par le Premier ministre Shinzo Abe. Les deux hommes sont en désaccord sur plusieurs points. L'empereur, pacifiste, a notamment exprimé ses excuses pour l'attitude du Japon pendant la guerre alors que Shinzo Abe est plutôt sur une ligne révisionniste. Et puis le camp conservateur craint également une relance des discussions sur la possibilité d'une succession féminine. La question s'était posé en 2001 alors que les princes héritiers et leur femme n'avaient donné naissance qu'à des filles rappelle le Los Angeles Time. Le journal de l'ouest américain qui s'interroge : " L'empereur n'a que des pouvoirs de représentation, alors quel est le problème ?" D'autant que souligne, le quotidien, le premier ministre a fait de l'accès des femmes au pouvoir et à l'administration une des signatures de son mandat. Mais la base conservatrice dans ses rangs reste réfractaire à cette idée."Si vous permettez à une femme d'accéder au trône, vous cassez la lignée ininterrompu des hommes à ce poste, et les nationalistes semblent penser que ce serait le début de la fin pour le pays. Même si les intellectuels estiment que c'est une absurdité..." analyse dans les colonnes du journal, Kenneth Ruoff, le directeur du centre d'études japonaises à l'université de Portland dans l'Oregon..Mais pour l'heure la possibilité qu'une fille devienne impératrice s'est éloignée, le prince héritier, Naruhito, a finalement eu un fils.

Naruhito qui pourrait donc monter sur le trône si l'empereur venait à partir. Oui et il devrait y avoir beaucoup plus de continuité entre Akihito et son fils Naruhito qu'il n'y en a eu entre Akithito et son père, Hirohito explique le Los Angeles Time. "Hirohito a grandit en pensant qu'il était Dieu, explique encore Kenneth Ruoff, Akihito a évolué lui dans un système complètement différent...il a dû comprendre ce qui rapprochait la monarchie et la démocratie."

Chroniques

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......