LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Deux figurines de cire représentant le président américain Donald Trump et le leader nord coréen Kim Jung-un

De l'influence de la psychologie sur les campagnes militaires

5 min
À retrouver dans l'émission

Chaque matin, l’actualité vue au travers de la presse étrangère. Aujourd’hui : Trump a prévenu, hier, que son pays allait s'occuper du "problème" nord-coréen. Au même moment, les Etats-Unis larguaient en Afghanistan la plus puissante bombe jamais employée, pour la plus grande fierté du président US.

Deux figurines de cire représentant le président américain Donald Trump et le leader nord coréen Kim Jung-un
Deux figurines de cire représentant le président américain Donald Trump et le leader nord coréen Kim Jung-un Crédits : CHEN HONGBO / IMAGINECHINA - AFP

En 49 av. J.-C., Jules César, à la tête de ses troupes, avait atteint les rives du Rubicon, dans le nord de l’Italie. Or selon une antique loi, aucun général romain n’était autorisé à franchir ce cours d’eau avec une armée. Confronté à la terrible perspective d’une guerre civile, César avait alors marqué un temps d’arrêt, avant de prendre finalement l’initiative de l’illégalité et de déclarer cette formule restée célèbre : « Le sort en est jeté » (Alea jacta est). En référence à César, deux psychologues allemands ont élaboré à la fin des années 80 une célèbre théorie : le « modèle Rubicon des phases d’action ». Que dit-elle ? Que lorsque les gens évaluent plusieurs solutions, ils sont, au début, plutôt objectifs et même lucides. Mai, une fois la décision prise, ils se mettent à défendre avec fanatisme le cap qu’ils ont emprunté et manifestent, subitement, un optimisme démesuré quant à leurs chances de réussite. En clair, les psychologues ont découvert que le fait de prendre une décision peut, parfois, pousser les décideurs à être trop confiants et à se persuader qu’ils ont fait le bon choix. D’où cette question posée, ce matin, dans les colonnes du TEMPS : Après avoir franchi le Rubicon, tous les doutes que pouvait jusqu'à présent éprouver Donald Trump ont-ils laissé place à une confiance démesurée, un état d’esprit susceptible de favoriser un élargissement des conflits ?

La question se pose, évidemment, pour la Syrie où l'attaque lancée la semaine dernière laisse entrevoir une dérive de la mission des Etats-Unis, mais pas seulement. C’est également le cas en Afghanistan, où le relatif retrait promis par le nouveau président américain a été démenti de manière spectaculaire, hier, avec le largage de l’arme conventionnelle la plus dévastatrice jamais utilisée, la bombe dite GBU-43, surnommée la « mère de toutes les bombes », un engin de plus de 10 tonnes et dont le panache de fumées est visible à plus de 30 kilomètres. Enfin, hier toujours, Donald Trump a de nouveau prévenu que son pays allait s'occuper du « problème nord-coréen », laissant ainsi entendre très clairement qu'il n’hésiterait pas à se lancer dans une action unilatérale, s’il ne trouve pas d’alliés (en l'occurrence la Chine) pour amener Kim Jong-un (le leader du dernier régime stalinien de la planète) à renoncer à son programme nucléaire. Un message corroboré, d'ailleurs, par l'envoi, au large de la péninsule coréenne, du porte-avions USS Carl Vinson et de ses 50 avions de combats, escorté par trois navires lance-missiles ; une véritable armada comprenant possiblement, aussi, des sous-marins. Sauf qu'il semble peu vraisemblable que le régime de Pyongyang, lui, se laisse impressionner en retour. « Si les États-Unis choisissent d’attaquer, la Corée du Nord répliquera », a d'ores et déjà répondu un porte-parole, avant d'ajouter : « Quant aux conséquences catastrophiques que cela pourrait entraîner, les États-Unis en porteront toute la responsabilité ». Allusion, bien entendu, à la puissance nucléaire supposée de Pyongyang. Sans compter que l'escalade pourrait encore s'accélérer dès demain. Ce samedi sera, en effet, un grand jour pour la Corée du Nord : le 105ème anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire et démocratique (RPDC). Une bonne occasion pour son petit-fils aujourd’hui au pouvoir d’annoncer, par exemple, un nouveau test d’une arme nucléaire, prévient le magazine SLATE. Voilà donc ce qui se passe lorsque deux dirigeants, relativement inexpérimentés et aussi désireux d’afficher leur force que maladroits dans leur politique étrangère, commencent à engager un bras de fer, résume pour sa part son confrère américain QUARTZ.

Dans cette partie de poker à haut risque, la Chine, elle, tente tant bien que mal de calmer le jeu. Mercredi, le président chinois Xi Jinping a appelé Donald Trump au téléphone et l’a pressé de trouver une solution pacifique, rapporte THE KOREA TIMES. Ce coup de téléphone fait également la une de tous les sites chinois d’information, relève de son côté le Courrier International. Et même si la presse chinoise est généralement plutôt avare de commentaires sur les questions internationales, les quelques éclairages de spécialistes vont tous dans le même sens : convaincre les parties en présence que personne n’a intérêt à ce que la situation dégénère. Enfin ce contexte, pour le moins tendu, donne également l'occasion au WALL STREET JOURNAL de faire la lumière sur la lecture du conflit nord-coréen par Donald Trump. Dans les colonnes du journal, le président américain y explique comment, après sa discussion avec Xi Jinping, il a revu son analyse : « Après l'avoir écouté pendant dix minutes, dit-il, j'ai réalisé que ce n'était pas si facile.»

Une déclaration qui, selon le site d'information VOX, pose quatre problèmes cruciaux et fondamentaux : Premièrement, Trump pensait initialement que la Chine pouvait régler la crise avec la Corée du Nord, avant de se faire expliquer que, en fait, ce n'est « pas si facile » ; deuxièmement, Trump semble avoir demandé au président chinois des explications sur le contexte politique qu'il aurait pu tout aussi bien solliciter auprès de ses équipes (si toutefois il ne négligeait pas les briefings quotidiens de sécurité nationale) ; troisièmement, Trump est arrivé à comprendre tous les enjeux de l'un des conflits les plus dangereux sur la planète au terme d'une discussion de dix minutes chrono ; quatrièmement, il ressort de cette déclaration que Trump recueille des informations et des explications sur la crise nord-coréenne auprès de la Chine, c’est-à-dire du plus grand rival des États-Unis dans la région.

En réalité, le président américain a proposé une sorte de donnant-donnant, précise à nouveau le magazine SLATE : si Pékin bride les velléités agressives de Pyongyang, les États-Unis sont disposés, en contrepartie, à des concessions économiques envers la Chine. Ou dit autrement, quand le président américain utilise la menace militaire pour impressionner la Corée du Nord, il joue sur le levier du commerce pour négocier avec la Chine. Mais en agissant ainsi il renforce, également, la conviction de Kim Jong-un (dont le caractère imprévisible le dispute au président américain) que la survie de son régime repose sur la possession d’une arme nucléaire, seule garantie contre une agression impérialiste, seul moyen de parler d’égal à égal avec les grandes puissances. Ou quand Donald Trump, débordant de confiance et d’arrogance après l’attaque de ses missiles en Syrie et le largage de sa super bombe en Afghanistan, menace désormais de faire déborder le Rubicon.

Par Thomas CLUZEL

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......