LE DIRECT

La disparition de Jeanne Moreau à la une de nombreux journaux dans le monde

5 min
À retrouver dans l'émission

La photo qui revient le plus souvent dans la presse internationale est extraite d'"Eva", le film de Joseph Losey réalisé en 1962, la même année, faste, que Jules et Jim de François Truffaut.

Une image associée à la mythologie du cinéma puisque Jeanne Moreau est surprise dans son bain; on devine son corps tandis que son beau visage se tourne vers l'objectif en une attitude de défi qui dément toute idée d'abandon. Des mèches rebelles s'échappent de son chignon.

"Disparition d'une insoumise", titre Le Temps. "Sa voix grave et ravageuse, sa séduction troublante, sa personnalité insoumise et ses choix tout au long de sa carrière l'ont consacrée comme l'une des grandes stars françaises et internationales. Parmi les souvenirs égrainés, l'hôtel de passe à Montmartre où elle vivait avec des parents qui ne s'entendaient pas. Elle trouve alors une famille de substitution, dit-elle, chez les prostituées qui venaient là. Elles ont été les premières spectatrices de ses succès au théâtre, à la Comédie française. Et c'est d'ailleurs en jouant une prostituée qu'elle se fait remarquer, dans une adaptation des "Caves du Vatican" d'André Gide.

BBC News rend aussi hommage à l'"icône du cinéma français et star de Jules et Jim"

Des 3 actrices françaises les plus emblématiques aux côtés de Catherine Deneuve et Brigitte Bardot, elle était celle qui pouvait se prévaloir du plus beau parcours. Le cinéma français d' après-guerre est impensable sans elle. Tant de cinéastes essentiels lui doivent certains de leurs succès, parfois décisifs pour leur carrière : Louis Malle avec "Ascenseur pou l'échafaud" et "Les Amants", Truffaut, avec Jules et Jim, Jacques Demy et "La baie des anges", où elle affichait une surprenante blondeur.

Son incomparable présence sensuelle était soutenue par une technique et un timing formidables. Ce qui fait que tous les grands cinéastes ont souhaité travailler avec elle : Orson Welles, Michelangelo Antonioni, Joseph Losey, Luis Bunuel entre autres. Elle incarnait peut être l'équivalent féminin de ceux qu'Orson Welles appelait les acteurs -rois, quelqu'un qui ne peut qu'être au centre de l'attention.

La Une de TIME en 1965

Crédits : TIME

Le magazine américain Variety rappelle que Jeanne Moreau fit la couverture du Time en 1965, rare honneur pour une actrice étrangère. et qu'elle était comparée à Greta Garbo et Marilyn Monroe.

Depuis son accès au vedettariat au milieu des années 50, elle a symbolisé quelques-uns des traits caractéristiques de la Nouvelle vague : l'expression audacieuse d'une sexualité féminine et un esprit férocement indépendant.

Variety rappelle aussi que sa carrière américaine n' a pas été à la hauteur de son talent, si l'on excepte "Le train", de John Frankenheimer", avec Burt Lancaster, ou le dernier nabab d'Elia Kazan. En 1998, Hollywood lui rendit un hommage flamboyant mais elle n'eut jamais l'occasion de prétendre à un Oscar comme Simone Signoret, que Jeanne Moreau dirigea dans l'un des 2 films qu'elle réalisé : "L'adolescente".

"J'ouvre les portes à l'intuition parce que la rationalité, c'est vraiment la mort"

Des Unes argentine, tchèque, allemande et belge.
Des Unes argentine, tchèque, allemande et belge.

L'article le plus profond est à lire dans les colonnes d'El Pais, sous la plume du critique de cinéma espagnol et ex-directeur du festival de Saint-Sébastien, Diego Galan. Elle se lançait, écrit-il, dans aventures risquées, n'hésitant pas à flirter avec l'irrationnel", ne disait-elle pas elle-même. "J'ouvre les portes à l'intuition parce que la rationalité, c'est vraiment la mort".

Diego Galan termine son évocation par un joli souvenir. Il se souvient d'un certain festival de Cannes il y a plus de 40 ans. Jeune journaliste, il prend rendez-vous avec Jeanne Moreau lors du festival de Cannes. Il est accompagné d'une collègue. Ils attendent la star dans le hall de l’hôtel où elle est descendue, la voient arriver, prennent l'ascenseur avec elle, mais sans se présenter. Ils sont tétanisés.

Nous sommes restés dans l'ascenseur, raconte Diego Galan : en silence, nous l'avons vue se diriger vers sa chambre. Elle avait laissé derrière elle un parfum fascinant qui nous enveloppait; une sensation de magie que n'importe quel son aurait pu briser. Comme hypnotisés, nous sommes restés là savourant la sensation que nous venions de vivre, une expérience surnaturelle."

On ne saurait mieux rendre hommage à celle que son ami Orson Welles considérait comme la meilleure actrice au monde, qu'il dirigea dans plusieurs films : Le procès, Falstaff et "Une histoire immortelle". Un titre qui, ma foi, convient parfaitement pour conclure ce chapitre.

Presque toute la presse allemande a mis en Une Jeanne Moreau, y compris le plus grand tirage, Bild
Presque toute la presse allemande a mis en Une Jeanne Moreau, y compris le plus grand tirage, Bild

10 petits jours et puis s'en va. Anthony Scaramucci disparaît du paysage politique américain

"La tourmente s'aggrave à la Maison blanche", titre le Wall street journal. 10 jours seulement après son installation, exit le directeur de la communication. C'est le résultat de l'arrivée dans l'équipe Trump de John Kelly , le nouveau secrétaire général de la Maison blanche. Cet ex général des Marines, qui occupait jusqu'alors le poste de secrétaire à la sécurité intérieure a exigé ce départ dans le souci d'imposer plus de discipline. Le jeu des chaises musicales a tendance à s'accélérer.

Anthony Scaramucci n'a plus aucun rôle au sein de l’administration présidentielle.

La chute est rapide pour le sulfureux financier de Wall Street qui s’est signalé par des propos tonitruants rapportés par une journaliste du New Yorker. Nous en avons fait état en fin de semaine dernière.

Episode relaté par le Corriere della Sera qui titre sur le nouveau licenciement intervenu à la Maison blanche. On se souvient qu'il menaçait de virer tout le monde dans le service de communication. Résultat des courses, c'est qui qui est viré, sans préavis. Des propos orduriers considérés comme "inappropriés" par le staff présidentiel. On appréciera l'euphémisme.

Pour la chaîne américaine CNN , cette éviction est le dernier signe en date du chaos qui règne au sein de l'administration Trump.

Un chaos qui donne une image déplorable de la démocratie américaine. Gageons qu'Orson Welles, dont nous parlions à propos de Jeannne Moreau, aurait savouré les relents shakespeariens de cette comédie du pouvoir dans laquelle on ne sait plus très bien quelle est la frontière entre le roi et le bouffon, entre Henry 4 et Falstaff.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......