LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Arrestation par la police d'un activiste durant une manifestation anti-Poutine

La nouvelle arme pour museler l'opposition en Russie

5 min
À retrouver dans l'émission

Chaque matin, l’actualité vue au travers de la presse étrangère. Aujourd’hui : L'opposant russe Alexeï Navalny a perdu l’usage de son œil droit après avoir été aspergé avec un liquide vert. Un tribunal a également confirmé sa condamnation à cinq ans avec sursis, entravant sa candidature pour 2018.

Arrestation par la police d'un activiste durant une manifestation anti-Poutine
Arrestation par la police d'un activiste durant une manifestation anti-Poutine Crédits : OLGA MALTSEVA - AFP

Véritable bête noire du Kremlin, connu notamment pour ses enquêtes révélant la corruption de l’élite politique russe, Alexeï Navalny était devenu ces dernières semaines une menace existentielle pour le régime. En ce sens, malheureusement, on ne sera pas surpris d'apprendre qu'un tribunal a confirmé, hier, sa condamnation à cinq ans, avec sursis, pour détournement de fonds. Une manière d'éloigner, bien entendu, l'opposant numéro 1 de la scène politique russe et plus encore d'entraver sa candidature à l'élection présidentielle prévue l'an prochain. En réalité, tout dépendra de l'interprétation de la Constitution et de la loi électorale : Quand la première soutient que quiconque peut être candidat s'il n'est pas en détention, la seconde, en revanche, stipule que tout candidat doit avoir purgé sa peine, qu'elle soit ferme ou avec sursis.

Seule certitude, il apparaît désormais très clair qu'en Russie Vladimir Poutine usera de tous les moyens pour préserver son pouvoir. C'est le cas avec ce procès, a priori, monté de toutes pièces par Moscou et dont la Cour européenne des droits de l'homme avait déjà estimé, l'an dernier, qu'on pouvait fortement craindre que les poursuites contre les accusés soient de nature politique. Mais pis encore, non content de fomenter de faux procès, le régime a mis au point une nouvelle arme contre l'opposition, raconte ce matin le correspondant du TEMPS. Son nom : le « brillant vert » (ou « zelionka »), un antiseptique bon marché très populaire dans l’ex-URSS, qui permet de désinfecter une plaie cutanée ; mais qui se trouve être, aussi, très toxique à l’ingestion, brûle les muqueuses et peut opacifier définitivement la cornée de l’œil, c’est-à-dire rendre aveugle. Or depuis quelques temps, les attaques au « brillant vert » sont devenues quasi quotidiennes. Le scénario est invariable. Un groupe d’activistes pro-Kremlin s’approche de la victime (opposants, journalistes, défenseurs des droits de l'homme) et l’asperge de ce liquide avant de s’éloigner. Quelqu’un (le plus souvent un complice) filme la scène et la publie ensuite sur les réseaux sociaux. La victime, elle, n’a plus qu’à aller se rhabiller et jeter ses vêtements maculés à la poubelle. Sa peau reste alors marquée pendant plusieurs jours, car aucun savonnage intensif ne peut venir à bout de ce « brillant vert », tant sa pigmentation est tenace. Au cours des derniers mois, une écrivaine, un blogueur, le président d’une ONG, une militante de l'opposition ont tous été agressés au « zelionka » dans la rue, par des inconnus. Et la même mésaventure est arrivée, la semaine dernière, à Alexeï Navalny. Sauf que cette attaque marque un tournant, car c’est la première fois qu’elle a des conséquences irrémédiables. Jusqu'à présent, l’opposant avait déjà été aspergé au visage à plusieurs reprises, mais le liquide n’avait pas atteint ses yeux. Cette fois-ci l'agression lui a coûté l'usage de son œil droit.

Bien entendu le Kremlin nie être derrière ces agressions. Mais l’impunité avec laquelle agissent les activistes suggère autre chose. En particulier, l’agression de Navalny a été diffusée par REN-TV, une chaîne pro-Kremlin. Sauf que, lors de sa diffusion, la chaîne de télévision (laquelle appartient à un milliardaire, Iouri Kovaltchouk, un vieil ami du président russe Vladimir Poutine) n’a rien trouvé de mieux que de flouter le visage de l’agresseur fuyant après l’attaque, comme pour mieux le protéger.

Mais si la télévision reste la source d'information la plus dominée par la propagande du Kremlin, il est un média, en revanche, sur lequel le Kremlin exerce beaucoup moins de contrôle : ce sont les réseaux sociaux. Or c'est là, précise le magazine SLATE, que s'informe aujourd’hui la nouvelle génération en âge de voter dans la Russie de Poutine. Et c'est également cette génération, qui depuis sa naissance ne connaît que la Russie de Poutine, refuse désormais de se résigner à voir son avenir hypothéqué par une élite corrompue, note pour sa part la SÜDDEUTSCHE ZEITUNG. Ils sont le nouvel ennemi du Kremlin, peut-on lire encore sur le portail d'information POSTIMEES. Et c'est, d'ailleurs, ce qui était ressorti du vaste mouvement de protestation anti-corruption organisé, il y a quelques semaines, par Alexeï Navalny. Ces manifestations de plusieurs milliers de personnes avaient assez largement révélé le malaise d'une partie de la jeunesse, un peu partout en Russie.

D'où la nervosité du Kremlin. Car en injectant du sang frais dans son mouvement, Navalny (qui ne représente pas une menace pour la réélection programmée de Poutine en 2018, tant le système électoral est verrouillé), a prouvé sa capacité inédite à mobiliser les jeunes russes qui, eux, ne se laissent plus canaliser par une propagande patriotique. Ils ne veulent pas de guerre en Syrie ou en Ukraine. Ils veulent une vie meilleure. Ce que Poutine ne peut pas leur offrir. Et c'est, d'ailleurs, la raison pour laquelle, faute d’une légitimité tirée de la hausse du niveau de vie, Vladimir Poutine a cherché ces dernières années une substitution dans l’exaltation nationaliste, précise à nouveau le magazine SLATE. Il a utilisé, avec un certain succès, l’annexion de la Crimée et le soutien aux séparatistes pro-russes du Donbass. Mais cette politique montre aussi ses limites. Car si la Crimée reste un sujet de fierté nationale pour une majorité de Russes, en revanche, le soutien à la guerre s’étiole, en particulier chez la jeune génération. En ce sens, la colère de la jeunesse fait donc non seulement peser le risque d'un schisme intergénérationnel en Russie, mais plus encore, écrit le RHEINISCHE POST, elle pointe la fin du contrat implicite qui, jusque-là, liait le pouvoir à la population. Cette époque révolue où le régime devait assurer la stabilité et une relative prospérité en contrepartie de la tranquillité politique.

Ou quand le système Poutine se retrouve ainsi démasqué. Reste à savoir si, bien entendu, cette « génération Poutine » qui désir se réapproprier son avenir parviendra à déstabiliser le régime ? Malheureusement, conclue la SÜDDEUTSCHE ZEITUNG, d'ici au printemps prochain (date de l'élection présidentielle), il est à craindre que ceux qui n'étaient encore que des enfants lors de la dernière vague de protestations fassent, rapidement et à leur tour, l'expérience personnelle de la répression.

Par Thomas CLUZEL

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......