LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Montage de tweets de la presse internationale

La presse internationale remet à jour ses clichés sur l'"esprit français" avec la victoire de l'équipe de France de football au Mondial hier !

5 min
À retrouver dans l'émission

Échos de la presse allemande, espagnole, croate ou argentine sur la victoire des Bleus en Coupe du monde de football.

Montage de tweets de la presse internationale
Montage de tweets de la presse internationale

C'est le Süddeutsche Zeitung qui parle ce matin d'un "nouvel état d'esprit français" façonné et délivré au monde par l'entraîneur des Bleus Didier Deschamps. La principale leçon est que "Seul le meilleur collectif peut l'emporter", que "l’individu isolé ne sert à rien". 

N'en déplaise aux Espagnols du Mundo qui tancent des tricolores champions du monde... "et champions du pragmatisme".

Pour le Wall Street Journal, "si la victoire des Bleus de 1998 avait marqué le couronnement de surdoués comme Zinédine Zidane, celle de 2018 est le triomphe du collectif". 

Quitte parfois à donner l'impression de brider les talents individuels, le sélectionneur aura adopté une démarche parfois contre-intuitive, apprenant à défendre à ses attaquants et sacrifiant bien souvent le panache et l'esthétisme du jeu que les Français apprécient par dessus tout".

Ne serait-il plus prétentieux, arrogant et individualiste, ce peuple français tel qu'on aime à le décrire d'ordinaire dans la presse internationale ? 

Il a montré un autre visage à en croire "Clarin", de Buenos Aires.

On y salue là aussi "le triomphe du collectif sur les "stars", les étoiles".

Le quotidien argentin rappelle que les vedettes du foot mondial, en particulier l'Argentin Lionel Messi, n'ont pas su marquer de leur talent un Mondial qui aura fait primer jusqu'au bout, justement, l'idée du Tout supérieur à la somme de ses parties".

"Les génies se suffisent plus", résume Clarin dans ses pages sports qui se donnent des airs de réflexion aristotélicienne. Ce qui a fait la différence, cette fois-ci, ce sont les talents personnels qui ont su se mettre au service de leur équipe. Griezman, Mbappé, Pogba, mais aussi le tandem croate Rakitic-Modric.

Deux noms et plus généralement une équipe croate, défaite mais qui mérite de figurer dans cet éloge du collectif, analyse (très objectivement) l'Index de Zagreb. 

Cette équipe croate a inspiré tout un pays, friant de belles histoires où le petit défie le grand, où David affronte Goliath. Figurez-vous qu'hier soir on a aussi fait la fête jusque tard, dans les rues de Zagreb. De nombreux supporters sont restés rassemblés pour applaudir longuement leur équipe qui repart de ce Mondial avec la médaille d'argent de la meilleure équipe. Le collectif, là encore, plus fort que la défaite.  

Dans l'actualité internationale, il y a aussi l'Italie qui ouvre finalement ses côtes à deux navires avec 450 migrants à leur bord.

C'est la Reppublica qui nous le raconte : l'autorisation de débarquer les naufragés dans le port de Pozzallo, en Sicile, a été donnée peu avant minuit par les bureaux du président du Conseil Giuseppe Conte. 

Cela faisait trois jours que les 450 migrants, secourus par un navire humanitaire au large des côtes libyennes, étaient retenu en mer... L'équipage voulait débarquer au plus près, sur 'lîle italienne de Lampédusa mais Rome s'y opposait, et renvoyait vers Malte. Finalement, le ministre de l'Intérieur Salvini a dû accepter d'ouvrir son port sicilien. Il parle même d'une "victoire politique" dans les colonnes de la Reppublica alors que, nous rappellent plusieurs journaux transalpins, il s'est bel et bien fait forcer la main par son chef de gouvernement et par le président Matarella.

Si Salvini arrive encore à parler d'une "victoire" pour ses idées d'extrême-droite, c'est que l'Italie a pu obtenir l'engagement de 5 pays européens de prendre en charge, chez eux, la plupart des 450 migrants. Ces pays sont la France, l'Espagne, le Portugal, Malte et l'Allemagne. 

Pour Giuseppe Conte, on arrive enfin à mettre en pratique ce qui avait été acté au dernier sommet européen, ce principe de solidarité et de responsabilité sur la base du volontariat. Mais cela n'apaise pas, par contre, nous dit la Stampa la colère teintée de xénophobie des autorités tchèques. Prague et son Premier ministre Andrey Babish, selon qui en laissant accoster le navire et ses rescapés, "l'Italie ré-ouvre la route de l'Enfer".

Enfin, à l'heure où le président russe Vladimir Poutine est encensé par la presse mondiale pour la réussite de "son" Mondial de Football, le Daily Telegraph, à Londres, remet sur le devant de la scène cette affaire d'empoisonnement mortel au "Novitchok".

Ce gaz inervant de conception soviétique a tué, il y a dix jours, Dawn Sturgess, cette Britannique qui avait été empoisonnée mystérieusement avec son compagnon à Salisbury, pas très loin de là où ont aussi été frappés l'ex espion russe Segey Skripal et sa fille Ioulia. Ce qui manque à cette enquête c'est le lien entre les premières victimes, liées à Moscou, et les secondes, un couple apparement sans histoire. Eh bien ce matin le Telegraph affirme que le "Novitchok" a été inoculé à Dawn Sturgess via un flacon de parfum qu'elle avait ramassé par hasard dans un parc de sa ville, sous un buisson et dont elle s'était donc aspergée peu avant de se sentir mal.

Hier, son fils Ewan a appelé Donald Trump au téléphone pour lui demander d'évoquer la mort de sa mère avec Vladimir Poutine lors de la rencontre d'aujourdhui à Helsinki. "Je ne partage pas les opinions politiques de Trump et je ne serai jamais l'un de ses partisans", explique Ewan Hope, "mais j'aimerais qu'il demande des comptes au président russe. Nous devons obtenir justice pour ma mère".

Il y a fort à parier que cette justice-là soit durablement intoxiquée par le lourd parfum de la raison diplomatique.

Chroniques
8H35
20 min
L'Invité culture
Claude Lévêque: "La lumière théâtralise"
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......