LE DIRECT
Inondations en Inde

La presse internationale et les inondations au Sud de l'Inde

4 min
À retrouver dans l'émission

Il est également des questions des relations entre Etats-Unis et Turquie, ainsi que des retrouvailles entre familles nord-coréennes et sud-coréennes.

Inondations en Inde
Inondations en Inde Crédits : MANJUNATH KIRAN / AFP - AFP

La presse internationale revient largement sur ces inondations en Inde dans le Kerala dues à de fortes pluies. Ce sont les pires inondations en un siècle dans cet Etat qui est situé tout au Sud du pays. Elles ont déjà causé la mort de 370 personnes et chassé de leur foyer plus de 700 000 habitants.  Que peut-on lire ce matin à ce sujet ? Tout d'abord que le pire est peut-être quand même passé... C'est ce qu'écrit Michael Safi dans le journal anglais The Guardian.  Ces pluies torrentielles de mousson se calment dans les jours à venir. Un fonctionnaire du département météo indien confirme qu'au cours des prochains jours, l'armée aura une chance de secourir ceux qui sont encore pris au piège et d'envoyer de la nourriture et de l'eau dans les villes en détresse. 

Sur le site du Daily Mail, on peut voir des images et vidéos très impressionnantes. Celle par exemple de cette maison qui est littéralement emportée par un torrent de boue et qui dérive sur les flots comme un bateau. ou encore celle de cet enfant évacué par hélicoptère.  Le site de la chaîne de télévision indienne New Dehli TV pose quant à lui la question de la santé. Elle va être primordiale dans les prochains jours. Les experts estiment qu'une fois que les eaux commenceront à se retirer, l'environnement deviendra propice aux maladies épidémiques. Pour le moment aucune épidémie de maladie transmissible n'a été signalée mais 3 700 camps médicaux ont été installés. 

La presse internationale parle également aujourd'hui de l'économie turque et des tensions avec les Etats-Unis. Les deux pays sont actuellement dans une véritable guerre commerciale avec régulièrement de nouvelles sanctions décidées de part et d'autre. Ce conflit fragilise davantage l'économie turque qui est dans zone de turbulence.  La semaine dernière, la crise de la monnaie turque a semblé connaître une petite accalmie, mais cela ne va pas durer. C'est ce que note en substance Desmond Lachman dans le journal américain The hill. Au cours des derniers jours, note-t-il, il y a eu un rebond de près de 20 % de la lire turque par rapport aux creux historiques qu'elle avait atteints mais ce serait une erreur de penser que cela signale la fin de la crise monétaire. Même avec cette forte reprise, la lire turque a baissé d'environ 40 % depuis le début de l'année. Il y a également toutes les raisons de penser que son déclin reprendra bientôt, puisque rien n'a été fait pour remédier aux faiblesses. Les taux d'intérêt turcs sont maintenus à des niveaux artificiellement bas. Et Pendant ce temps, le pays est engagé dans une guerre commerciale avec les États-Unis. C'est donc ce que l'on peut lire dans The hill. 

Au centre de cette guerre commerciale, il y a notamment le cas de ce pasteur américain. Andrew Brunson. Washington demande toujours sa libération à Ankara. Mais pour le moment la justice turque refuse. Qui est cet homme exactement. On en apprend plus sur lui avec cet article que l'on peut lire dans The Independent. Andrew Brunson est donc arrêté en octobre 2016. Il est accusé d'avoir participé à une tentative de coup d'état en Turquie. Les procureurs turcs affirment par exemple qu'il a parcouru des centaines de kilomètres pour aller dans une région où le PKK est actif (le PKK est ce groupe kurde séparatiste armé). La justice turque dit également posséder contre lui des messages téléphoniques compromettants. De son côté le pasteur nie tout en bloc. Je suis venu en Turquie en 1993 pour parler aux gens de Jésus affirme-t-il aux juges. Quant à ce fameux voyage dans les régions kurdes, il jure que son seul objectif était d'aider des réfugiés qui se trouvaient sur place. Une nouvelle audience aura lieu en octobre prochain nous dit The independent.  

Il est enfin question des retrouvailles entre ces familles qui vivent en Corée du Nord et Corée du Sud...  Des familles qui avaient été séparées lors du conflit entre les deux Corées dans les années 50 et qui vont se retrouver aujourd'hui.  La chaîne de télévision allemande Welt nous explique les choses en détails.  Ces familles se rencontrent pour la première et dernière fois. Personne n'aura la chance de venir deux fois écrit Torsten Krauel. Il faut donc absolument en profiter.  

Le Washington Post nous raconte l'histoire de Kim Kwang Ho. Il n'avait que 14 ans lorsque sa famille a été déchirée en deux pendant la guerre de Corée. Avec son père, il s'est enfui vers le sud, d'abord à pied, puis perché sur un train et finalement dans un bateau.  Sa mère est restée au Nord avec son frère de 10 ans. "C'était un adieu plutôt léger", dit Kim Kwang Ho. "On pensait n'être séparés que trois jours ou une semaine." Mais il n'a plus jamais revu sa mère, décédée en Corée du Nord. Aujourd'hui plus de 67 ans après leur séparation, il va enfin revoir son frère dont il ne se souvient même plus le visage. Ils pourront se voir jusqu'à mercredi puis ils devront à nouveau se dire au revoir définitivement.  Il est conseillé précise le Washington Post aux participants du Sud de ne pas critiquer les dirigeants nord-coréens ou de s'enquérir de la situation économique du pays au cas où cela causerait des problèmes à leurs proches.

Chroniques

8H35
20 min

L'Invité culture

Château de Vaux-le-Vicomte : quand le privé s’ouvre au public, l'entrepreneuriat plus fort que l’Etat ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......