LE DIRECT
Matteo salvini en visite sur le chantier du futur Lyon-Turin

Le gouvernement italien se déchire sur le chantier TGV Lyon-Turin

6 min
À retrouver dans l'émission

Matteo Salvini accuse son allié au gouvernement Luigi Di Maio de chantage politique, sur fond de désaccord à propos du chantier ferroviaire transalpin. La Justice américaine étend son enquête russe à la cérémonie d'investiture de Donald Trump. Un humoriste candidat à la présidentielle ukrainienne.

Matteo salvini en visite sur le chantier du futur Lyon-Turin
Matteo salvini en visite sur le chantier du futur Lyon-Turin Crédits : Marco BERTORELLO - AFP

Dans la presse italienne ce matin, un "trou dans la montagne" creuse les divisions au sein du gouvernement.   

Ce "trou inutile dans la montagne", c'est le projet de tunnel ferroviaire de la future ligne TGV Lyon-Turin, selon les mots du ministre italien des Transports Danilo Toninelli cité par Il Messaggero.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Toninelli, c'est un membre éminent du mouvement 5 Etoiles, et il ne se prive pas depuis lundi de dire tout le mal qu'il pense de ce chantier dont le quotidien nous rappelle qu'il a été lancé en 2012, poussé par l'Union Européenne, pour un coût évalué à 8 milliards et demi d'euros. Le Lyon-Turin, connu sous l'acronyme "Tav" en italien, c'est la dernière pomme de discorde entre les 5 Etoiles, menées par Luigi Di Maio, et leur partenaire de gouvernement la Ligue d'extrême-droite de Matteo Salvini . Cette discorde s'affiche en Une de tous les journaux transalpins depuis que dimanche Di Maio a redit que "tant que [son] mouvement sera au pouvoir, la Tav ne se fera pas". Le soucis c'est que son soi-disant allié Salvini, lui, soutient le projet, qu'il a juré de mener à son terme. 

Alors certes, on pourrait se satisfaire, que revienne au cœur de la politique européenne ce débat, sur un grand projet d'infrastructure de transport très critiqué dans les Alpes italiennes pour son impact environnemental. Sauf que l'aspect environnemental, ni les 5 Etoiles ni la Lega ne semble s'en soucier ; en tous cas les arguments ne volent pas jusqu'à ce niveau-là. 

Voila par exemple ce qu'en disait le ministre Toninelli hier sur la 7e chaîne italienne :  "Mais franchement qui se soucie d'aller plus vite à Lyon ?", comprenez, cette ville française dont tout le monde se fiche. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Plus sérieusement, tout de même, Il Giornale nous explique que les 5 Etoiles ont fait réaliser leur propre étude coûts-bénéfices, qui contredit les prévisions européennes sur la croissance prévue du nombre de camions et de passagers qui devraient emprunter le futur tunnel. Le gain de temps aussi aurait été sur-évalué, le voyageur italien ne gagnerait q'une minute et 20 secondes au final pour un Milan-Paris, loin de l'heure et demi promise par l'UE.

Tous ces calculs, Salvini et les siens les rejettent et, c'est ce que l'on comprend en lisant La Repubblica, le ministre de l'Intérieur est convaincu que, si les 5 Etoiles étalent au grand jour ces divisions sur le Lyon-Turin, c'est pour lui faire une sorte de chantage politique : Matteo Salvini est menacé par des poursuites judiciaires sur son refus de laisser débarquer l'été dernier, le navire humanitaire Diciotti avec des migrants à bord (on en parlait ici même la semaine dernière). Il risque un procès, peut-être même une condamnation pour séquestration et abus de pouvoir, si son immunité parlementaire est levée, et pour éviter ça il a besoin du soutien des sénateurs 5 Etoiles.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ces derniers le savent, ils en joueraient donc pour obtenir de Salvini et de la Lega qu'elle leur donne raison sur le dossier de la Tav.  Bien entendu Salvini jure qu'il ne cédera pas au marchandage : "Je n'ai besoin de personne pour me défendre et nous ne sommes pas des marchands de tapis", c'est ce qu'il affirme ce matin dans la Repubblica.

Aux Etats-Unis, Donald Trump doit prononcer ce soir son deuxième discours sur l'Etat de l'Union, devant le Congrès. Mais il risque d'avoir d'autres préoccupations en tête. 

En tous cas s'il lit les journaux américains, car tous titrent à nouveau sur l'enquête du procureur spécial Mueller sur les soupçons de collusion russe dans la campagne présidentielle de 2016.  Mueller a fait savoir récemment qu'il comptait boucler bientôt ses investigations et rendre ses conclusions, mais apparemment il n'a pas l'intention de bâcler le travail pour autant nous dit la journaliste Maggie Haberman dans le New York Times : la justice a décidé de mettre son nez... dans la cérémonie d'investiture de Donald Trump, en janvier 2017 sur le National Mall de Washington.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Hier donc, c'est une information d'ABC News confirmée par le New York Times, des juges new-yorkais, en charge d'une enquête liée à celle du procureur Mueller, ont envoyé au président une assignation à fournir TOUS les documents en lien avec cette cérémonie d'investiture. Toutes les factures et devis des sous-traitants, les listes de donateurs, jusqu'aux photos du grand jour...  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour Le Times, c'est la preuve que l'enquête est devenue véritablement tentaculaire, qu'à force de creuser et de trouver des cavités inexplorées, les enquêteurs ont continué à creuser et qu'ils n'ont apparemment pas l'intention de se fixer de limite.  

Si l'objectif premier, rappelé par le Washington Post, reste bien d'identifier de possibles liens entre le financement de la campagne Trump et des donateurs russes proches du  Kremlin, l'assignation adressée hier laisse aussi deviner des soupçons plus large de fraude électorale, de malversations financières dans les dépenses de l'investiture qui auraient permis de masquer des transferts d'argent entre l'équipe Trump et la Russie.

De la Russie on passe à l'Ukraine, où la présidentielle du 31 mars prochain suscite des vocations dans le show-business ! 

Une en particulier, dont nous parle le site d'info Politico : la candidature d'une vedette de la télé ukrainienne, j'ai nommé Volodimir Zelenskiy. Une tête connue de tous les ukrainiens, tant il a écumé pendant des années le plateau d'une émission culte d'humour politique héritée de la tradition soviétique. Dernièrement, il était l'auteur et le héros d'une série, "Au service du Peuple", dans laquelle il jouait un homme politique rural propulsé président de la République. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De la fiction à la réalité, Zelenskiy semble s'être pris au jeu, nous dit Politico : il a créé la sensation le soir de la Saint-Sylvestre en piratant les vœux du vrai président Petro Poroshenko pour annoncer sa propre candidature. Depuis, il surfe sur la désillusion des électeurs ukrainiens face aux promesses de leurs politiciens, tous plus ou moins décrédibilisés par leur incapacité depuis la révolution orange de 2004 à défendre les intérêts du pays contre l'ingérence russe. 

Politico cite une blague ukrainienne : "Pendant des années on a voté pour des gens sérieux et ça s'est terminé en farce ; alors pourquoi ne pas voter directement pour un guignol ?" D'ailleurs la candidature Zelenskiy ne fait plus vraiment rire ses adversaires qui voient dans les sondages que le jeune comédien a une chance, quoiqu'infime, de l'emporter. 

Dans le même registre, il y a un chanteur en Une de l'Ukrainska Pravda : c'est la star pop Sviatoslav Vakartchuk, très apprécié pour les innombrables tubes en langue ukranienne qu'il a signé avec son groupe Okean Elzy, mais aussi pour ses engagements politiques, à l'époque de la Révolution Orange puis de Maydan en 2014. Lui aussi, on lui prêtait de sérieuses ambitions présidentielles, mais Vakartchuk a décidé de ne pas céder aux sollicitations, pas cette fois-ci en tous cas.

Pour autant il compte bien peser dans la campagne... il n'a pas encore dit s'il soutiendra la candidature de son camarade du show-business Zelenskiy ; mais leurs électeurs potentiels sont les mêmes, le retrait du chanteur renforce donc l'humoriste, conclut Ukrainska Pravda.

Chroniques

7H40
41 min

L'Invité(e) des Matins

Etats-Unis/Russie : les nouvelles lignes d’affrontement
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......