LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Donald Trump dans le Maryland le 2 mars 2019

Le Congrès américain redouble ses offensives contre l'administration Trump

6 min
À retrouver dans l'émission

La Chambre des représentants mais aussi le Sénat américain à majorité républicaine s'affirment dans une position de défiance face à Donald Trump. Le Premier ministre Canadien voit une deuxième ministre quitter le gouvernement suite au scandale SNC-Lavalin. Le PPE exclura-t'il le Fidesz hongrois?

Donald Trump dans le Maryland le 2 mars 2019
Donald Trump dans le Maryland le 2 mars 2019 Crédits : ERIK S. LESSER - Maxppp

"Les ennuis, ça vole toujours en escadrille" disait un certain Jacques Chirac, mais c'est Donald Trump qui est en train de l'apprendre à ses dépens. 

Le Congrès, le Parlement américain, est composé, on le sait, de deux Chambres : celle des Représentants et le Sénat ; les deux, coup sur coup, viennent de lancer chacune une offensive à hauts risques pour le Président. 

La moins surprenante d'abord, la Chambre des Représentants, dont CNN nous rappelle que les Démocrates y ont la majorité depuis les dernières élections de mi-mandat. On savait que c'est de là que viendrait le principal danger pour l'administration Trump, et ça c'est confirmé hier, avec le lancement non pas d'une mais de toute une série d'enquêtes parlementaires sur les possibles collusions entre le Kremlin et l'entourage du président américain. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En tout, 81 personnes et entités sont concernées par ces enquêtes, et pourraient être sommées de comparaître devant les commissions parlementaires, à commencer par les enfants Trump et le premier cercle de la Maison Blanche comme du comité de campagne de 2016. Pour le Washington Times ces enquêtes en rafale sont ni plus ni moins que "la feuille de route des démocrates en vue d'un impeachment" de Donald Trump. Stephen Dinan y explique que le vrai danger pour le Président, c'est le fait que les traducteurs officiels de la Maison Blanche puissent être interrogés. Ils ont participé aux rencontres à huis-clos entre Trump et Poutine ces deux dernières années, et ils sont donc les seuls, en deors bien sur des deux présidents, à pouvoir révéler le contenu de ces discussion. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mais le Washington Times moque aussi le caractère excessif de cette offensive démocrate, qui veut "fouiller jusque dans la tombe" (ou en tous cas dans les détails de l'héritage) du banquier d'affaires Peter Smith, ex-grand argentier du parti Républicain, et décédé en mai 2017.  

Plus inattendu, le Sénat à majorité Républicaine donne également des signes de rébellion.  

Et c'est peut-être bien là le plus inquiétant pour Donald TRump, selon le New York Times, qui fait sa Une sur cette résolution, en passe d'être adoptée par une majorité de Sénateurs dont un nombre conséquent de Républicains, pour faire obstacle à l'urgence nationale décrété par Trump il y a deux semaines sur la question de la sécurité à la frontière mexicaine.  

Une rébellion révélatrice, selon le New York Times, de la "perte de contrôle de la Maison Blanche sur le parti Républicain" et ses parlementaires. D'ailleurs Slate concentre son analyse sur le personnage tragique de Mitch McConnell, le chef du groupe Républicain au Sénat, qui a tout fait ces derniers jours pour éviter la scission, mais voit se réaliser "son pire cauchemar" : sa majorité se déchire alors que le Sénat était censé après les mid-terms être le refuge, le pilier du soutien à Donald Trump au Congrès.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mais la scission est bien là, les sénateurs Républicains qui appuient la résolution anti-urgence nationale expliquent dans tous les médias qu'ils ne veulent plus cautionner un Président aux méthodes selon eux "contraires à la Constitution américaine". Pour le New York Times c'est une brèche essentielle qui s'ouvre, en ce qu'elle pourrait pousser Trump à utiliser pour la première fois son véto présidentiel afin d'imposer ses vues à son propre camp.

Chroniques
7H40
17 min
L'Invité(e) des Matins
RNT, pass Culture, intermittence, audiovisuel public... les grands dossiers de la culture commentés par le ministre Franck Riester
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......