LE DIRECT
Le pape François

Le Vatican et les scandales sexuels : analyses de la presse internationale

5 min

Dans cette revue de presse internationale, il est question des nouvelles mesures de l'UE face aux contenus terroristes sur Internet, de l'attitude du Vatican face aux différents scandales sexuels dans l'Eglise, et des 50 ans du printemps de Prague.

Le pape François
Le pape François Crédits : Filippo MONTEFORTE / AFP - AFP

La presse internationale évoque aujourd'hui notamment les nouvelles mesures de l'UE face au terrorisme. Les pays européens ont à nouveau connu cet été des actes considérés comme des attentats. Il y a eu cette voiture bélier à Londres il y a une semaine qui heureusement n'a fait que des blessés légers. Et hier en Espagne un homme a attaqué un commissariat catalan. Il a tenté de s'en prendre à des agents avec un couteau avant d'être abattu.  L'Union Européenne veut donc absolument sévir sur la question des contenus terroristes sur Internet. Un sujet absolument crucial dans la radicalisation. 

Le site américain The next web nous donne quelques éléments et chiffres. On lit par exemple que les djihadistes n'ont pas abandonné des plateformes comme Youtube, Twitter, ou Facebook. Une étude révèle qu'entre mars et juin, les membres et sympathisants de Daesh ont téléchargé 1 348 vidéos YouTube qui pour certaines d'entre elles sont restées sur la plateforme pendant plus de deux heures.  Voilà ce à quoi l'UE veut donc s'attaquer. 

Dans le quotidien espagnol El Pais Alvaro Sanchez nous en dit un peu plus sur les mesures concrètes qui pourraient être prises par Bruxelles.  L'idée est d'accélérer l'élimination des messages. Les géants de l'Internet auront désormais une heure pour effacer les contenus terroristes. La Commission considère que les premiers instants sont essentiels pour ralentir la diffusion d'un élément. De nombreux loups dits solitaires qui ont attaqué l'Europe sont entrés en contact avec d'autres radicaux via Internet.  Alors il faut bien sûr qu'il y ait une sanction si la mesure n'est pas respectée. Et pour le moment les instruments de punition des contrevenants n'ont pas encore été adoptés, nous dit El Pais. Le journal mentionne au passage l'exemple allemand. Berlin inflige ainsi des amendes qui peuvent aller0 jusqu'à 50 millions d'euros aux entreprises qui n'ont pas supprimé les contenus illégaux dans les 24 heures.  A bon entendeur...

La presse évoque également aujourd'hui, donc, les abus sexuels dans l'Eglise.  Et là aussi les journaux s'interrogent: que faire sur le sujet et surtout est-ce que le Vatican a véritablement envie de faire quelque chose. Hier le pape François a condamné avec force les atrocités commises en Pennsylvanie sur plus de 1000 enfants par des centaines de prêtres pendant des décennies. Mais que peut-il faire concrètement. Alors aux Etats-Unis il y a le journal plutôt résigné, et le journal qui veut croire que les choses peuvent quand même peut-être bouger.  

Le journal plutôt résigné est le Washington Post.  Souvent, peut-on lire, les victimes ne peuvent pas parler pendant des décennies des abus qu'elles ont subis quand elles étaient enfants. Il faut donc, pour le grand quotidien, étendre les délais de prescription. Mais poursuit-il partout aux États-Unis, les hauts responsables de l'Église et les lobbyistes font régulièrement pression sur les législateurs de l'État pour qu'ils ne prolongent pas ce délai. Tant que le Vatican n'atteindra pas les diocèses et les paroisses, il y aura trop peu de réformes réelles dans l'Église catholique. C'est ce conclut donc cet article du Washington Post.  

Il y a donc également le journal qui veut croire quand même un petit peu à une évolution sous ce pontificat. C'est le New York Times.  Le pape François pourrait sauver l'Église. Va-t-il le faire ? C'est le titre.  Et de proposer quelques pistes de réformes. Le catholicisme peut commencer par créer un département des ressources humaines pour s'assurer que toute personne victime puisse le signaler en toute confidentialité et en toute sécurité. Un tel système garantirait que l'information serait examinée par un conseil d'administration indépendant, composé de laïcs, et versée au dossier personnel de tout ecclésiastique. C'est un premier pas simple, mais même cela aurait été impensable sous les pontificats précédents. C'est ce qu'écrit David Gibson.  

Enfin en République Tchèque, les journaux se souviennent du printemps de Prague.  Il y a exactement 50 ans, le 21 août 1968, les troupes soviétiques envahissent la Tchécoslovaquie qui porte alors un mouvement de réforme du communisme. Et  aujourd'hui la presse tchèque bien sûr se remémore les évènements.  Certains journaux ou sites reviennent en détails sur ce qui s'est passé à l'époque. Par exemple le site de CT24 qui est la chaîne d'information en continu de la Télévision publique tchèque. On sent que les blessures sont encore vives, le sentiment d'injustice encore violemment ressenti.  A l'époque les responsables politiques à la tête de l'Etat, écrit la chaîne, malgré leurs intentions réformistes, étaient toujours des représentants du pouvoir communiste et leur but était simplement de modifier le régime existant. Cependant même des réformes prudentes étaient hors de leur portée. Dans la nuit du 20 au 21 août, 100 000 soldats sont entrés sur le territoire tchécoslovaque. 

De son côté le site tchèque Idnes est très inquiet de l'attitude des russes aujourd'hui par rapport à cet évènement historique. Les partisans de l'intervention sont de plus en plus nombreux écrit-il. A la question Brejnev avait-il raison en 1968 ? 26% des russes répondent oui aujourd'hui. Il y a 10 ans, c'était seulement 15% assure cet article. Et on peut parler également tout simplement de l'ignorance ou de l'indifférence. Près de la moitié des Russes n’ont pas connaissance de l’invasion ou n’a pas d’opinion dessus. C'est ce que l'on peut lire dans cet article signé Lubos Palata.

Chroniques

8H35
25 min

L'Invité culture

Sylvain Prudhomme "On the road", le long de la frontière Etats-Unis-Mexique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......