LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ouverture des grilles à la prison de Tokyo d'où Carlos Ghosn doit être libéré

Carlos Ghosn : la crainte d'une réprobation internationale fait plier la sévère justice japonaise

6 min
À retrouver dans l'émission

L'ex-PDG de Renault quitte la cellule où il était détenu préventivement depuis plus de 100 jours : une exception dans la tradition judiciaire japonaise ? La Corée du Nord rénove son principal site de lancement de fusée et poursuit l'enrichissement d'uranium. Préoccupante hécatombe d'ânes au Niger.

Ouverture des grilles à la prison de Tokyo d'où Carlos Ghosn doit être libéré
Ouverture des grilles à la prison de Tokyo d'où Carlos Ghosn doit être libéré Crédits : Kazuhiro NOGI - AFP

L'ex-PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn va sortir dans les heures qui viennent de la prison de Tokyo où il vient de passer plus de cent jours. 

Le grand patron français a vu ce lundi sa troisième demande de libération conditionnelle acceptée par la justice nippone, contre le versement d'une caution d'un milliard de Yens soit environ 8 millions d'euros. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La somme peut paraître colossale, à l'image des rémunérations passées de Carlos Ghosn, des sommes qu'il est accusé d'avoir cachées au fisc, et des avantages dont il aurait bénéficié personnellement aux frais de son groupe... mais non, ce n'est pas la plus chère caution dans l'histoire judiciaire du Japon, précise d'emblée le Sankeï Shinbun.  Pas non plus la plus longue période de détention provisoire, puisque le record en la matière c'est 437 jours pour le député Munio Suzuki, accusé de corruption et qui niait les faits, tout comme Carlos Ghosn. 

Tout ça pour dire, avec l'agence Kyodo News, qu'au Japon les juges ne plaisantent pas avec ces affaires-là, et la norme, là-bas, c'est clairement qu'un mis en examen reste en cellule pendant le temps de l'instruction, ou tant qu'il n'avoue pas. Et peu importe sa richesse ou sa notoriété. 

La libération conditionnelle de Carlos Goshn constitue donc clairement "une exception", un "précédent révolutionnaire", même selon un éminent avocat nippon cité par le Wall Street Journal. Lequel nous explique, tout de même, que le nouvel avocat de Ghosn (surnommé "le Rasoir", au Japon, pour son talent à faire acquitter ses clients dans les procès les plus médiatiques) a du faire des concessions pour que l'homme d'affaires français soit libéré : tout à l'heure, ce dernier passera donc de sa cellule de 6 mètres carrés à l'assignation à résidence, dans une maison validée par l'administration pénitentiaire, sans possibilité de contact par téléphone ou internet avec l'étranger, sous surveillance permanente de caméras, et sans pouvoir bien entendu quitter le Japon. Voilà pour rassurer les juges, qui veulent à tout prix éviter que l'ex-PDG ne puisse fuir, détruire des preuves ou s'entendre avec d'autres protagonistes du dossier. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mais c'est tout de même un traitement de faveur "exceptionnel" qui est accordé à Carlos Ghosn, confirme le Sankeï Shinbun, et ce n'est pas sans lien avec l'aura internationale du prévenu : le monde entier est aux premières loges, de la disgrâce de l'ancien tycoon, de ses strictes conditions de détention, de la sévérité des juges japonais. Le Wall Street Journal fait la même analyse, expliquant que depuis quelques semaines les éditorialistes de l'archipel, eux aussi, se sont émus de l'image renvoyée par leur système judiciaire, critiqué un peu partout pour ses méthodes "moyenâgeuses". 

C'est cette pression internationale, savamment orchestrée par la défense du Français, qui a donc "payé" aujourd'hui. Mais Carlos Ghosn risque toujours 10 ans de prison dans un procès qui ne devrait pas avoir lieu avant au moins 6 mois.

Moins d'une semaine après l'échec du sommet Etats-Unis/Corée du Nord de Hanoï, les journaux américains sapent le peu d'espoir qu'il restait sur un véritable désarmement nord-coréen. 

Dans le Washington Post par exemple on trouvera ces images-satellites du site de lancement de fusées de Sohae, tout près de la frontière chinoise, où l'on observait samedi dernier, des mouvements d'engins de chantier : une reprise des activités, sur ce pas de tir qui était censé avoir été en partie démonté l'été dernier par le régime nord-coréen, en signe de sa bonne volonté à dénucléariser. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il faut bien préciser, comme le fait une experte du programme nucléaire nord-coréen dans le Post, qu'on ne peut pas dire précisément si ces travaux ont repris immédiatement après l'échec du sommet de Hanoï comme un signe très clair de provocation envoyé à Donald Trump, ou bien si la relance du site de Sohae date d'avant Hanoï et a  été accélérée depuis. 

En tous cas, analyse le quotidien américain, ça en dit long sur l'attitude de Kim Jong-Un dans ce soi-disant dialogue de paix : au-delà des discours, la réalité c'est que Pyongyang poursuit ses activités en ce qui concerne le lancement d'engins spatiaux. Car c'est là la vocation officielle du site de Sohae, et ces recherches spatiales utilisent la technologie de propulsion de missiles transcontinentaux censée être bannie.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Idem, complète le journal de Séoul Chosun Ilbo, de l'enrichissement d'uranium par la Corée du Nord : des informations livrées par l'AIEA confirment que la construction du réacteur nucléaire à eau légère de Yongbyon n'a pas cessé comme cela avait également été promis. Et même sans ce nouveau réacteur, Pyongyang continue à enrichir de l'uranium ailleurs, s'inquiête le Chosun Ilbo : de quoi produire deux ou trois bombes nucléaires par an, estime un ancien de l'AIEA cité cette fois par Voice of America

Et c'est finalement le New York Times qui résume la question : que reste-t'il, dès lors du moratoire nord-coréen sur le lancement de ses missiles à longue portée?  "Little Rocket Man", comme Donald Trump avait surnommé Kim Jong-Un, est apparemment loin d'avoir joué sa dernière carte.  

Beaucoup moins explosif mais également préoccupant : des ânes qui meurent par milliers dans le désert du Niger. 

Ça n'a rien d'anecdotique, nous dit le site d'info nigérien News Central, dans un pays qui compte un million et demi d'ânes dont le rôle est irremplaçable pour l'entretien des cultures, l'acheminement de l'eau ou le transport de marchandises. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Depuis décembre dernier, depuis à peine plus de deux mois donc, plus de 4000 bêtes ont été terrassées par la "gourme équine", une bactérie de type streptococcique, qui s'attaque à la gorge des ânes et les tue, environ une fois sur deux. D'autant plus préoccupant, que l'infection se transmet très facilement d'un équidé à l'autre. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"C'est une hécatombe", déclare chez nos confrères de RFI un dirigeant de l'agence de redynamisation de l'élevage au Niger. Car cette "angine du cheval" menace de fragiliser toute la société paysanne nigérienne, tant "l'âne occupe une place stratégique dans le système pastoral et le nomadisme". "Sans l'âne on ne peut rien faire", lit-on sur RFI.fr alors on tente comme on peut d'endiguer la bactérie tueuse, une campagne gratuite de vaccination a été lancée. Mais la géographie désertique de la région touchée ne facilite pas les choses. Et la crainte d'une possible transmission de la maladie à l'homme n'est pas totalement exclue.

Chroniques
7H40
43 min
L'Invité(e) des Matins
Algérie : un air de printemps ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......