LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Donald Trump et son épouse Mélania à leur arrivée à Buenos Aires

Le sommet du G20, grand-messe multilatéraliste et écheveau de conflits bilatéraux

5 min
À retrouver dans l'émission

A Buenos Aires le succès du G20 devrait se jouer dans les rencontres bilatérales en coulisses, bien plus que lors des séances plénières ou dans le communiqué final. Un train circule à nouveau entre les deux Corées. Au Kenya, interdire le porno aux ados pour éviter les grossesses précoces?

Donald Trump et son épouse Mélania à leur arrivée à Buenos Aires
Donald Trump et son épouse Mélania à leur arrivée à Buenos Aires Crédits : JUAN MABROMATA - AFP

Images d'hommes puissants descendant de leurs avions dans la nuit argentine : le sommet du G20 se déroule aujourd'hui et demain à Buenos Aires.   

Un G20 qui a une fêcheuse tendance cette année à ressembler à un club fermé pour "hommes forts" : c'est Simon Petite qui le dit dans son édito du Temps. Car la photo souvenir "Buenos Aires 2018", que l'on ne manquera pas de nous montrer, présentera un nombre conséquent d'autocrates : le Chinois Xi Jinping, le Russe Vladimir Poutine, le Turc Recep Tayyip Erdogan, le Rwandais Paul Kagamé (invité car président de l'Union Africaine)... Une liste à laquelle il faut désormais ajouter celle des leaders national-populistes nouvelle génération, Donald TRump ou Narendra Modi l'indien, qui, rappelle Simon Petite, ont en commun de saper les contre-pouvoirs dans leurs démocraties et de mettre le nationalisme en première ligne.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

A tel point, que cela devrait en principe empêcher toute coopération internationale. Mais au contraire, analyse l'éditorialiste suisse, ces mâles puissants "se serrent les coudes" : il n'y a qu'à voir, comment Donald Trump cajole le néo-fasciste brésilien Jair Bolsonaro, ou donne un blanc-seing au saoudien Mohamed Bin Salmane.  On verra si cette solidarité testéronée jouera aussi en faveur de Vladimir Poutine après l'aggression infligée aux ukrainiens, mais "si le G20 veulent vraiment incarner le bien-être mondial", conclut Simon Petite, ils ferait bien de commencer par "faire le ménage en son sein". 

Ce n'est d'ailleurs pas vrai qu'il n'y a que des hommes autour de la table du G20 : ce serait oublier Theresa May la Britannique et l'Allemande Angela Merkel. 

Sauf que pour le moment la Chancelière manque à l'appel. Explication donnée par Die Welt : son avion officiel le Konrad Adenauer a connu une avarie électrique hier soir, il a du rebrousser chemin au bout d'une heure de vol pour atterrir en urgence à Cologne. Du coup, la délégation allemande va rater le début du sommet.

Un G20 qui, selon le quotidien économique allemand Handelsblatt, se jouera, non pas dans les grandes réunions cérémonielles de la gouvernance mondialisée, mais dans le secret des rencontres bilatérales entre Chefs d'Etat. 

Et ça promet "des combinaisons passionnantes", nous dit Nicole Bastian ; on scrutera qui acceptera de s'afficher avec le "paria" saoudien MBS ; qui sortira vainqueur du "combat d'éléphant" Xi Jinping-Donald Trump ; comment ce dernier va gérer la crise ukrainienne avec son "copain Poutine"

A croire le Handelsblatt, on ne devrait donc pas s'ennuyer à regarder nos leaders évoluer dans l'aquarium de Buenos Aires. Et sur la même tonalité, le Huffington Post s'est amusé à recenser dans une infographie toutes les tensions bilatérales qui existent entre pays du G20 : on met les drapeaux des pays en cercle et on relie avec des fils rouges tous ceux qui ont des conflits en souffrance ... ça donne un écheveau assez infernal. 

Tensions bilatérales entre membres du G20
Tensions bilatérales entre membres du G20 Crédits : Claire Tervé/Huffington Post

Et chacun dans la presse internationale tire un fil différent ce matin, selon le continent où il se trouve : pour le South China Morning Post par exemple, Guillaume, sachez que l'autre grand enjeu asiatique de ce G20 c'est la rencontre entre Xi Jinping et Narendra Modi, où l'on espère une résolution du conflit entre l'Inde et la Chine sur leur frontière commune. Je vous passe les détails mais sachez que ça fait au moins 70 ans que cela dure.

Pendant ce temps dans la péninsule coréenne la réconciliation entre le Nord et le Sud va particulièrement bon train.

Rapprochement sur les rails, au sens propre du terme, à lire sur le site de la chaîne sud-coréenne ArirangTV : ce matin en gare de Dorasan, la plus au Nord de la Corée du Sud, un train a franchi la frontière au cours d'une cérémonie forcément très symbolique. Un train du Sud qui passe au Nord, ce n'était pas arrivé depuis dix ans. Celui-ci va parcourir la République Populaire pendant 18 jours pour inspecter les voies ferrées nord-coréennes et, dans l'idéal, préparer des travaux de mise en conformité pour qu'un jour prochain un Express relie à nouveau Séoul et Pyongyang. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

On n'en  est pas là, reconnaît Bloomberg, qui nous explique que, rien que pour cette liaison d'aujourd'hui, il a fallu dénouer un vrai casse-tête diplomatique, trouver une faille dans les sanctions imposées par l'ONU au Nord. La locomotive sud-coréenne par exemple a du embarquer tout le fioul qu'elle va consommer pendant son expédition, car il est interdit de faire entrer du carburant en Corée du Nord. E

Et puis bien sûr, ça c'est le New York Times qui nous le dit, le lointain projet d'un train de la réunification est conditionnée par l'avancée de la dénucléarisation promise par Pyongyang. En 2008, la précédente liaison ferroviaire qui circulait 5 fois par jour avait été arrêtée justement parce que le régime du Nord avait relancé son programme nucléaire.  

Enfin au Kenya les autorités veulent lutter contre l'augmentation du nombre de grossesses précoces chez les lycéennes, et elles pensent avoir trouvé la solution.

Le gouvernement veut rien de moins qu'empêcher les adolescents kényans de regarder des contenus pornographiques sur internet. Voilà un programme particulièrement ambitieux et dont, nous dit le Nairobi Star, on veut croire qu'il permettra d'éviter qu'un nombre toujours très important de mineures ne tombent enceintes avant la fin de leur études. Elles sont plus de 350 000 à avoir connu une grossesse avant 19 ans, l'an dernier selon des chiffres de l'ONU, et ce serait donc l'accès à la pornographie en ligne qui serait à blâmer ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Autant dire que cette vision du problème n'a pas vraiment les faveurs de Michael Mutua : ce spécialiste de démographie africaine est interrogé sur le sujet par le site The Conversation, et il explique qu'au-delà de l'influence supposément néfaste des smartphones et du porno facile sur les comportements sexuels des jeunes kényans (laquelle n'est d'ailleurs pas clairement établie), on pourrait aussi agir sur des leviers plus réalistes, et efficaces : mettre enfin en place une politique d'éducation sexuelle par exemple, ou poser la vraie question, celle de l'accès à la contraception. En 2014 elle n'était utilisée que par 10% des adolescents au Kenya.

Chroniques
7H40
43 min
L'Invité(e) des Matins
Peter Sellars : faire entrer l’opéra dans la cité
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......