LE DIRECT
Des fêtards enduits de poudre de couleur célèbrent Holi, le festival printanier des couleurs, dans une rue de Guwahati le 29 mars 2021

En Inde, la deuxième vague relancée par la fête des couleurs et les élections

6 min
À retrouver dans l'émission

10 000 cas positif au Covid-19 par jour en février, 68 000 dorénavant. L'Inde va-t-elle connaitre le même sort que le Brésil, où le nombre de morts du coronavirus bat des records un mois après le Carnaval et les fêtes qu'il a occasionnées ?

Des fêtards enduits de poudre de couleur célèbrent Holi, le festival printanier des couleurs, dans une rue de Guwahati le 29 mars 2021
Des fêtards enduits de poudre de couleur célèbrent Holi, le festival printanier des couleurs, dans une rue de Guwahati le 29 mars 2021 Crédits : Biju BORO - AFP

Après des mois de baisse, le nombre de personnes testées positives augmente de façon exponentielle en Inde. Dans ce pays-continent d'un milliards 300 millions d'habitants, il y avait 10 000 nouveaux cas par jour en février, on est maintenant à 68 000.   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Est-ce le nouveau variant anglais ? Le relâchement des comportements un an après le confinement brutal de mars dernier ? Ou la faute du gouvernement qui laisse faire les imprudents ? Les trois à la fois, selon Srinath Reddy, président de la Fondation Indienne pour la santé publique, cité par British Medical Journal, un journal médical anglais.   

La baisse du nombre des décès entre octobre 2020 et janvier 2021, "a donné lieu à une croyance populaire selon laquelle le danger faisait partie du passé, et cette croyance fut renforcée par les affirmations de certains experts et politiciens qui ont déclaré que l'Inde avait atteint l'immunité collective".   

Pour le moment, cette deuxième vague est concentrée dans l'Etat du Maharashtra, à l'ouest du pays, mais le nombre de cas augmente aussi dans la capitale New Delhi, et les Etats du Punjab, le Gujarat, le Madhya Pradesh et le Tamil Nadu. Dans cet état, comme dans cinq autres Etats indiens, il y a des élections régionales prochainement, or, relève la BBC, aucune restriction n'a été imposée à la campagne politique, ce qui attire des foules massives... et démasquées.

Le plus impressionnant, spectaculaire et effrayant, il faut le dire, c'est le reportage photo que publie Associated Press sur Holi, la fête religieuse hindoue, que l'on appelle aussi la fête des couleurs, et que les indiens viennent de célébrer.  

Outre les magnifiques portraits de visages maculés de vert, rouge, rose, bleu, les photos montrent aussi des milliers d'Indiens, des hommes surtout, torse nu, en liesse, dansant dans les rues, sans masque... comme si on était dans le monde d'avant.   

Plusieurs états indiens ont interdit ces rassemblements, mais çà et là ils ont bien eu lieu.     

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'Inde va-t-elle connaitre le même sort que le Brésil, pays où le nombre de morts du coronavirus a battu des records en mars... un mois après le Carnaval, et les nombreuses fêtes qu'il a occasionnées ?   

L'espoir bien entendu, c'est que la vaccination qui a démarré en janvier en Inde (60 millions de personnes vaccinées depuis la mi-janvier) permette de limiter cette seconde vague.  

Une nouvelle étape commence aujourd'hui avec la vaccination des plus de 45 ans... ce qui va retarder les exportations de vaccins, or l'Inde en est le plus grand producteur mondial. L'Inde a exporté 60 millions de doses, 74 pays utilisent des vaccins made in India.      

Après 10 ans d'exil, Laurent Gbagbo bientôt de retour en Côte d'Ivoire   

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a été définitivement acquitté hier par la Cour pénale internationale, et cela bien sûr fait les gros titres de la presse en Cote d'Ivoire. Soir info a suivi l'audience avec l'ancienne première dame, Simone Gbagbo, restée elle au pays pendant les 10 années d'exil et de détention de son époux. Atmosphère lourde au début, suivie par des chants d'allégresse quand le verdict est prononcé, puis très rapidement, l'ex-première dame lache.  

De la même manière que le gouvernement a pris un avion pour l’amener là-bas, il doit prendre un avion pour le ramener. Simone Gbagbo, ex-première dame. 

Laurent Gbagbo avait été arrêté en avril 2011 dans le palais présidentiel qu'il refusait de quitter alors que son adversaire Alassane Ouatarra avait gagné les élections à l'automne. 3 000 personnes avaient trouvé la mort pendant cette période et avec Charles Blé Goudé, alors chef du mouvement des jeunes patriotes, lui aussi acquitté hier, Laurent Gbagbo était poursuivi pour crimes contre l'humanité, pour avoir justement suscité ces violences.   

La procédure devant la Cour pénale internationale étant finie, rien n'empêche plus le retour de l'ancien président dans son pays. "La chambre d'appel exige aussi la levée de toutes les restrictions (voyage passeport) liées aux acquittement des deux prévenus ", détaille Connection Ivoirienne.   

Et la perspective de ce retour, c'est ce qui occupe, ou préoccupe, selon leurs convictions, les personnalités interviewées dans les médias ivoiriens.  

"Celui qu'on avait présenté comme un dictateur sanguinaire est maintenant réhabilité aux yeux du monde", affirme Steve Beko, un cadre de l'UNG, l'Union des Nouvelles Générations, parti présidé par le gendre de Laurent Gbagbo. Steve Beko est un "cyberactiviste ayant suivi tout le procès, source d'inspiration, voire de consolation de milliers d'internautes pro-Gbagbo" écrit Connection ivoirienne qui lui accorde une longue interview. Steve Beko explique qu'il est désolé pour les victimes, les proches des 3 000 morts, mais "qu'elles ne comprennent rien".  

Je suis désolé pour ces gens mais ils ne comprennent rien. Ce n’est pas que les évènements en question n’ont pas d’auteur. Les juges ont estimé que le président Gbagbo n’est pas coupable. Cela signifie que les coupables sont certainement ailleurs. Pas qu’ils n’existent pas. Si l’on doit donc ouvrir un nouveau procès à la CPI relativement à la Côte d’Ivoire, il faut que cette fois-ci les vrais auteurs soient dans le box des accusés. Et ceux-ci se connaissent et les Ivoiriens les connaissent. Mais est-ce qu’à ce jour, notre pays a encore besoin de tous ces procès interminables. Steve Beko, partisan de Laurent Gbagbo. 

Analyse bien sûr opposée de l'ex porte-parole du RDR, le Rassemblement des républicains qu'a présidé Alassane Ouatarra, le président toujours en exercice.   

Dans Soir Info, Joël N’guessan, estime lui que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devraient se mettre dans une posture de repentance, une fois revenus en Côte d'ivoire dit-il, "parce que ces 3 000 morts ne sont pas morts tout seul".  Et de rappeler la condamnation dont a fait l'objet Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire pendant son absence...   

Laurent Gbagbo et trois de ses ministres ont été condamnés en 2018 à 20 ans de prison pour vol en réunion, dans l'affaire dite du "braquage" de l’Agence nationale ivoirienne de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de plusieurs banques commerciales, rappelle Soir Info. L'ancien président aurait détourné des fonds publics pendant la crise post électorale de décembre 2010 à avril 2011.  

Que risque Laurent Gbagbo en rentrant dans son pays ? Et que risquent son pays, et ses habitants s'il revient ? Questions laissées pendantes après cet acquittement.

Chroniques

7H40
43 min

L'Invité(e) des Matins

Hôpitaux sous pression : une faute politique ? Avec Stéphane Gaudry et Stéphane Velut
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......