LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Vaccination au candidat-vaccin cubain Abdala au Vénézuelan, le 30/06/21

Exclu du programme Covax, le Venezuela s'en remet au candidat-vaccin cubain

5 min
À retrouver dans l'émission

A cause de son déni de la crise économique, le Venezuela ne peut prétendre au programme de solidarité vaccinale Covax. Il s'en remet au candidat-vaccin cubain Abdala, approuvé par aucun organisme international. Le Parti communiste chinois a cent ans... et bientôt une section dans l'espace ?

Vaccination au candidat-vaccin cubain Abdala au Vénézuelan, le 30/06/21
Vaccination au candidat-vaccin cubain Abdala au Vénézuelan, le 30/06/21 Crédits : Yuri Cortez - AFP

Paria de la communauté internationale, en voie de paupérisation alarmante ces dernières années avec 80% de la population sous le seuil de pauvreté, le Venezuela de Nicolas Maduro ne peut pourtant pas prétendre au programme de distribution internationale et gratuite de vaccins Covax financé par les pays les plus riches et organisé par l'OMS, nous apprend ce matin l'édition sud-américaine d'El Pais

C'est plutôt injuste, mais le régime Maduro ne peut s'en prendre qu'à lui-même, sous-entend le quotidien hispanophone, car si le pays est exclu de la générosité (quoique parler de charité serait plus adapté) des grandes puissances, c'est parce que depuis 2014 il refuse de publier ses indicateurs économiques. Or, en 2014, il n'y avait pas de sanctions économiques américaines, pas d'embargo, des exportations de pétrole florissantes, un PIB trois fois supérieur à celui d'aujourd'hui... et donc un revenu moyen par habitant qui situait le Venezuela parmi les pays où il faisait plutôt bon vivre.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur la foi de ces chiffres qui ne correspondent plus du tout à la réalité d'aujourd'hui, Caracas n'est donc pas considéré comme prioritaire. Le Venezuela pourrait tout de même se fournir en vaccins auprès du programme Covax, mais il faudrait payer les doses, ce qui n'est pas vraiment dans les moyens du pays.  

Voilà donc le Venezuela de Nicolas Maduro, ou plutôt sa population, une fois de plus, qui paye le prix du déni de sa crise économique. Maduro, ajoute El Pais, avait refusé en février qu'une partie des réserves d'argent public bloqué par les Etats-Unis sur des comptes à l’étranger puisse être consacré à acheter des vaccins Astra Zeneca. "Nous n'allons pas mendier pour avoir des vaccins", a-t-il déclaré plus récemment.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les 29 millions de Vénézuéliens n'ont pas pour autant aucun vaccin à leur disposition : à défaut de pouvoir prétendre à Covax, ils peuvent compter sur l'aide de leurs alliés géopolitiques, la Russie qui fournit des vaccins Spoutnik-V, la Chine avec Sinovac et plus récemment... Cuba qui a commencé à envoyer à Caracas 12 millions de doses de son tout dernier candidat vaccin nommé Abdala. 

Selon La Havane, il est efficace à 92% après 3 injections, de quoi immuniser à terme 4 millions de personnes donc, ce n'est pas rien. Mais ce nouveau vaccin fait débat, pour le moins, à Caracas comme l'écrit le journal en ligne argentin InfoBae : "_les Venezueliens ne sont pas des rats de laboratoir_e", s'emporte la présidente du Collège des infirmières du pays ; les médecins aussi sont vent debout contre Abdala et appellent leurs patients à refuser les injections. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Car le vaccin cubain n'a été approuvé par aucun organisme sanitaire reconnu internationalement... ni même par l'agence nationale du médicament... et puis, on a très peu de recul sur les tests cliniques... qui semblent avoir été menés à la va-vite et sans véritable approbation scientifique. Caracas a eu beau passer commande des 12 millions de doses deux jours seulement après la présentation officielle du vaccin, les vénézuéliens ne lui font pas confiance...

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le site d'info indépendant Efecto Cocuyo met en Une ce matin cet avis rendu hier par l'Académie de Médecine vénézuelienne selon qui le vaccin Abdala "ne respecte pas les standards éthiques et sanitaires". Plus politiquement , cette controverse vaccinale redonne des couleurs à l'opposition au régime Maduro empêtré dans cette solidarité géopolitique avec ses alliés, Russie, Chine, Cuba... à laquelle sa population ne semble pas vraiment prête à confier sa santé.    

Un message d'anniversaire un peu particulier pour les 100 ans du Parti communiste chinois. 

C'est ce jeudi que la Chine célèbre le centenaire du PCC, des célébrations qui débordent, à l'image du discours prononcé cette nuit par Xi Jinping, de fierté nationaliste et de glorification des grandes réalisations de ce siècle communiste. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En gros, comme l'a dit le président et comme le retranscrit le South China Morning Post, la Chine grâce à son parti, s'est fait une place parmi les grandes puissances mondiales, elle a éradiqué la pauvreté, elle n'a jamais opprimé personne. Mais par contre, elle ne laissera personne venir lui marcher sur les pieds. Et, pour en revenir à ce message d'anniversaire que vous évoquiez Guillaume, l'une des fiertés du communisme chinois c'est de se rayonner désormais... dans l'espace, avec la mise en service toute récente de la station spatiale chinoise qui accueille en orbite trois taïkonautes. The Global Timestient à préciser qu'ils sont tous trois membres du Parti communiste chinois et ont tenu à lui adresser en ce 1er juillet ce message :  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Voilà sur fond de drapeaux rouges à la faucille et au marteau, accrochés à l'habitacle de la station spatiale, le message se termine par un garde-à-vous des trois taïkonautes qui souhaitent donc un "heureux anniversaire au grandiose Parti communiste chinois". Et le Global Timesqui a abondamment partagé cette petite vidéo, se prend à rêver que soit créée une branche spatiale du PCC. Après tout, précise le média officiel plutôt sérieusement, "il ne faut que trois personnes pour former un nouvelle cellule du parti".

Au cas où vous en doutiez, vous en avez donc la preuve : c'est dans les étoiles que s'écrira l'avenir du marxisme à la chinoise, pour les 100 prochaines années.

Chroniques
7H40
49 min
L'Invité(e) des Matins
Des traversées sur France Culture. Avec Judith Perrignon, Michel Pomarède, Matthieu Garrigou-Lagrange, Dominique Rousset, Jacques Munier, Brice Couturier
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......