LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La reconnaissance des peuples autochtones dans la constitution est l'un des enjeu de la nouvelle constitution que vont rédiger pendant 9 à 12 mois, les 155 personnes élues au suffrage universel, dont Elisa Loncon, ici avec le drapeau mapuche pendant

Une autochtone multi diplômée à la tête de la constituante chilienne

6 min
À retrouver dans l'émission

L'assemblée constituante chilienne a élu sa présidente, et elle a choisi une aborigène Mapuche multi-diplomée : Elisa Loncon. Jeff Bezos prend sa retraite et part dans l'espace, reviendra-t-il ?

La reconnaissance des peuples autochtones dans la constitution est l'un des enjeu de la nouvelle constitution que vont rédiger pendant 9 à 12 mois, les 155 personnes élues au suffrage universel, dont Elisa Loncon, ici avec le drapeau mapuche pendant
La reconnaissance des peuples autochtones dans la constitution est l'un des enjeu de la nouvelle constitution que vont rédiger pendant 9 à 12 mois, les 155 personnes élues au suffrage universel, dont Elisa Loncon, ici avec le drapeau mapuche pendant Crédits : Javier Torres - AFP

Elle était pressentie depuis quelques jours, Elisa Loncon, 58 ans, est montée sur l'estrade en tenue traditionnelle : coiffe noire sertie de billes métalliques, veste bleu électrique recouverte d'un tablier noir et de longs colliers d'argent. Covid oblige, un masque... et c'est dans la langue des mapuche, qu'elle a d'abord salué l'assemblée.    

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Une intervention de sept minutes, qui fait la une de la presse chilienne, assez unanime pour qualifier ce discours de "passionnant" voire "émouvant".   

Qui est Elisa Loncon ? titre El mostrador, quotidien en ligne plutôt à gauche. C'est une professeur, linguiste et activiste mapuche, l'ethnie majoritaire au Chili.

Pendant la dictature, elle était en primaire, elle vient de Traiguen, une petite ville à 500 kilomètres au sud de Santiago de Chili. 

Sa mère était maraichère, son père fabriquait des meubles, raconte le quotidien EX ANTE. " A 10 ans, Elisa Loncon devait parcourir 8 kilomêtres pour aller à l'école, parfois à pied". Suit, son parcours universitaire, impressionnant, et international : en plus de son doctorat d'anglais au Chili, elle a une maitrise dans une université mexicaine, en linguistique, elle est aussi docteur en sciences humaines à l'université de Leiden, en Hollande, et docteur en littérature, encore au Chili.   

S'engager est une tradition familiale, nous apprend El mostrador. Elisa Loncon, est la 4ème d'une fratrie de 7 enfants. Elle est la sœur de Lautaro Loncon, secrétaire indigène du PPD, le parti pour la démocratie, un parti social libéral.   

" Son arrière-grand-père, surnommé Loncomil, a lutté contre l'occupation militaire chilienne quand dans les années 1861-1863, les terres ancestrales des mapuche ont été mises sous la tutelle de l'Etat chilien ". Sa mère a participé à une expérience d'autogestion dans les années 70. Son père était militant socialiste, il fut candidat à la députation.    

Après le coup d'État de 1973, sa famille a été persécutée et son grand-père maternel, Ricardo Antileo, a été emprisonné par la dictature civilo-militaire pour avoir dirigé la lutte pour la récupération des terres à la fin des années 1960 et au début des années 1970.  

Aujourd'hui, poursuit, El mostrador, Elisa Loncon " travaille en tant qu'universitaire au Département de l'éducation de l'Université de Santiago du Chili, elle est aussi la coordinatrice du Réseau pour les droits éducatifs et linguistiques des peuples autochtones du Chili ".   

Une vie consacrée à la défense de la langue Mapuche et des droits des peuples autochtones, au Chili, et dans toute l'Amérique latine.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Une élection hautement symbolique   

Cette élection à la tête de l'assemblée constituante chilienne, est hautement symbolique.  L'un des débats de la nouvelle constitution chilienne porte sur la reconnaissance des peuples autochtones, car le Chili est avec l'Uruguay l'un des rares pays d'Amérique latine qui ne les reconnait pas. Or reconnaitre le droit des autochtones, et créer un Etat chilien plurinational est l'un des thèmes fondamental de la convention qui commence pour plancher sur une nouvelle constitution.    

Il y a dans l'assemblée constituante, 16 autres représentants de ces peuples, mapuche, donc, mais aussi aimaras, quechuas, et diaguitas. Mais Elisa Loncon l'a emporté avec 96 voix, sur les 155 de l'assemblée, au second tour, elle a donc réunit bien au delà de ce cercle.  

Interrogée par Revista Sábado sur ce qui pourrait être une solution aux problèmes des autochtones, Loncon n'a pas réfléchi à deux fois, rapporteLa Cuarta de todos

C'est comme ce qui s'est passé en Afrique du Sud : tant que les Blancs détenaient le pouvoir, il n'y avait pas de solution à l'apartheid. Mandela devait arriver pour que le dialogue et la paix s'installent. Nous devons faire partie de la solution pas être des marginaux. (Elisa Loncon)   

Pour autant, dans son discours, Elisa Loncon s'est adressée à tous les Chiliens et plus encore les Chiliennes, "qui ont marché contre les systèmes de domination

Pour les droits de la Terre Mère, pour le droit à l'eau, pour les droits des femmes, pour les droits des enfants...Ce rêve est un rêve de nos ancêtres, ce rêve se réalise, il est possible, frères et sœurs de refonder ce chili. (Elisa Loncon)  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un peu avant ce discours, la cérémonie d'investiture de l'assemblée constituante a été interrompue pendant plus de trois heures à cause de la mauvaise tournure prise par une manifestation qui se tenait aux abords de l'ancien parlement, ce qui fait les gros titres de La Nacion.  

L'un des premiers sujets que va aborder la constituante qui se réunit ce lundi 5 juillet à 15h, sera justement le sort de 25 personnes qui ont été mises en prison après les grandes manifestations d'octobre 2019 et sont toujours en attente d'un jugement, précise Ex ante, dans un long article sur les clés du premier discours d'Elisa Loncon. Ces manifestations furent le point de départ du processus constitutionnel qui démarre maintenant.    

Jeff Bezos prend sa retraite  

Dernier jour en tant qu'empereur du commerce électronique pour Jeff Bezos, titre la Reppublica. Le quotidien italien se fait l'écho du départ en retraite du créateur d'Amazon. 

" Il a réussi à surmonter la pandémie en devenant encore plus riche, mais à partir d'aujourd'hui, Jeff Bezos passe la main à Andy Jassy, et lui laisse le rôle de chef d'entreprise " écrit Federico Rampini, le correspondant américain de la Reppublica qui retrace la success story du patron d'Amazon et veut croire que l'accord sur la fiscalité des multinationales, et surtout la nomination à la tête de l'antitrust américain de Lina Khan, une juriste connue pour être un faucon, pourrait ouvrir un chapitre moins riche en succès dans l'histoire d'Amazon.   

Dans un article titré "Enquête sur Amazon, l'employeur" le New York times cherche à comprendre comment le géant gère ses employés. Une enquête de plusieurs mois menée autour de l'un des centres Amazon à New York, le JFK8, " 5 000 employés dans un espace de la taille de 15 terrains de football ".   

Mauvaise condition de travail, taux de blessure élevés ont déjà été documenté par d'autres médias. La découverte, cette fois, c'est ce taux de départ des salariés, ou turn over... 150% par an – " un chiffre jamais signalé auparavant écrit le New York Times, ce qui signifie qu'Amazon doit remplacer l'équivalent de l'ensemble de sa main-d'œuvre d'entrepôt tous les huit mois ".  

Jeff Bezos a toujours cherché à éviter une main d'œuvre installée craignant, nous dit le quotidien américain " la paresse, et la médiocrité que cette stabilité engendrerait ". D'où une mobilité ascendante, et des augmentations limitées pour le personnel des entrepôts.   

Que va faire Jeff Bezos de sa retraite? Il a préparé progressivement sa vie post-PDG nous rassure le Wall Street journal :  dans deux directions, la philanthropie pro climat, Jeff Bezos a en effet promis de consacrer 10 milliards à la lutte contre le changement climatique... et l'espace.   

C'est effectivement son prochain voyage, il est prévu pour le 20 juillet. Une pétition intitulée "Do not allow Jeff Bezos to return to Earth" ... ou "Pétition pour empêcher Jeff Bezos de revenir sur Terre" a d'ailleurs été lancé. Elle a déjà recueilli plus de 149 977 signatures. A 150 000 ce sera l'une des pétitions les plus signées du site change.org...   

Jeff Bezos est décidément toujours, l'homme de tous les records.    

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......