LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les "heat tourists" immortalisent en famille des records de chaleur.

Des "touristes de la chaleur" dans la Vallée de la Mort, l'Ouest des États-Unis souffre de températures records

5 min
À retrouver dans l'émission

Alors qu'une nouvelle vague de chaleur s'abat sur l'Ouest des États-Unis, des touristes se rendent dans la Vallée de la Mort pour immortaliser ces records de températures effrayants.

Les "heat tourists" immortalisent en famille des records de chaleur.
Les "heat tourists" immortalisent en famille des records de chaleur. Crédits : David Becker - AFP

Nouveaux records de chaleurs dans l'ouest des États-Unis ce week-end, avec un Las Vegas qui égale son record absolu, 47,2° à l'ombre. Une température déjà atteinte une première fois en 1942, puis à trois reprises depuis 2005.  Il s'agit de la seconde grande vague de chaleur en Amérique du Nord cette année, après celle d'il y a trois semaines entrainant de gigantesques feux de forêts au Canada, et prenant la vie de plusieurs centaines de personnes, au cours du mois de juin le plus chaud de l'histoire du continent.   

Fermez les frigos

Ce week-end encore de nombreux feux de forêts se sont déclarés dans l'ouest américain, notamment en Californie. Des incendies, déjà les plus importants de la saison, qui affectent largement le réseau électrique. Le Las Vegas Review Journal, dans l'Etat voisin, relaie d'ailleurs l'alerte et les recommandations d'un des principaux fournisseurs d'électricité, NV Energy, qui demande aux habitants de restreindre leur consommation. Tout d'abord en fermant les portes de leurs frigos et congélateurs - au cas où certains s'en serviraient pour rafraîchir le salon - en gardant bien évidemment les fenêtres fermées et surtout en limitant l'utilisation des climatisations, principales sources de consommation d'énergie en ces temps de fortes chaleurs. 

Et puis il y a ces réfugiés climatiques, pas ceux auxquels on pense forcément en premier, qui s'adressent au Los Angeles Times. Avec notamment le récit de Jordy, 52 ans, qui a dû emmener sa mère aux urgences lorsque sa tension artérielle a chuté à un niveau très dangereux du fait de la chaleur, et ce malgré la climatisation lancée à toute berzingue. Jordy a commencé les recherches et démarches pour emmener sa mère habiter loin de ces chaleurs de plus en plus récurrentes, probablement au Texas.

Les touristes de la chaleur

Des températures records qui ont attiré des touristes d'un nouveau genre, les touristes de la chaleur, des "heat tourists" comme les appelle le Washington Post. Des Américains se sont rués dans la Vallée de la Mort ce week-end, à la frontière entre le Nevada et la Californie, pour immortaliser les records de chaleur. Le journal relaie de superbes photos de jeunes femmes et de jeunes hommes tout heureux de poser à côté d'un thermomètre géant affichant en grand lettrage jaune une température de 57,2° en plein soleil. Un record du monde selon certains de ces touristes dont Steve, 71 ans, qui attendait et même guettait cet évènement depuis plusieurs années. Son épouse Mary, elle, est venue avec sa bouteille d'huile et son œuf, qu'elle a cassé sur l'asphalte du parking pour le faire frire. Le journaliste du Washington Post, dont on ne sait plus très bien à quel degré il est, décrit l'arrivée de la sécurité qui stoppe ce grand moment de cuisine à l'instant même où le blanc, je cite, "commençaient à sembler croustillant" obligeant la dame à tout nettoyer.   

Bill, qui a fait le déplacement depuis Las Vegas, a lui passé un bout de la journée à distribuer des sacs de glaces pour refroidir les téléphones portables, qui s'éteignaient régulièrement du fait de la chaleur, empêchant ces valeureux touristes de prendre leur selfie avec la planète qui cuit. Devant le thermomètre, affichant un record mondial pas encore authentifié et même déjà contesté, le journaliste interroge Billyjack, étudiant en géologie qui s'exclame : "Chacun peut battre un record mais voir la Terre battre un record c'est un moment à ne pas rater".  "I can't Believe It, c'est merveilleux" surenchérit Art , enseignant à la retraite de Cleveland. Le Washington Post qui finit son fabuleux reportage en relayant la parole à Matt Kingsley, le superviseur du comté : "J'ai même vu un gars dans une combinaison entièrement noire qui faisait son jogging... Franchement je n'ai pas la moindre idée de ce qui motive ces gens, j'essaie juste de rester cool". Et il conclut, tout en humilité : "Peut-être qu'un psychiatre serait plus adapté que moi".

Et le touriste de l'espace

Ces touristes de la chaleur n'ont pas pu croiser un autre touriste britannique : Richard Branson, en congés dans l'espace. Il est le premier milliardaire à accomplir son rêve de gosse grâce à une compagnie qu'il a lui-même fondée : Virgin Galactic, un empire qui va du fitness à l'aérospatiale. Un aller-retour en avion-fusée d'un peu plus d'une heure pour flirter avec la frontière de l'espace au dessus des Etats-Unis, à près de 85 km d'altitude rapporte la BBC. Il est donc le grand gagnant de la guéguerre de milliardaires qu'il se livre avec Jeff Bezos, fondateur d'Amazon qui doit lui, voler le 20 juillet. 

Ce vol dans l'espace s'est déroulé depuis une base construite au Nouveau-Mexique, avec une piste de plus de 3 km et demi de long et un grand bâtiment dédié aux opérations de vol mais aussi à l'accueil des futurs clients. En effet la compagnie espère des opérations commerciales régulières dès l'année prochain, et ambitionne à terme de mener 400 vols par an depuis cette base. D'ailleurs selon la BBC près de 600 billets ont déjà été vendus pour un prix compris entre 200 000 et 250 000 dollars. Le prix à payer pour admirer un ciel devenu noir, l'horizon de la Terre qui se courbe au loin mais aussi cinq minutes d'apesanteur au cours desquelles les clients seront autorisés à flotter à l'intérieur de la cabine. Je m'arrête là, pour commencer à économiser pour mes arrières petits-enfants, si le Nouveau-Mexique est encore habitable à ce moment-là, bien évidemment.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......