LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une prison soupçonnée d'avoir été transformé en camp de rééducation pour Ouighours au Xinjiang

Les "Xinjiang Papers" confirment le projet concentrationnaire de Pékin contre les Ouïghours

5 min
À retrouver dans l'émission

Le New York Times révèle des centaines de documents officiels chinois donnant à voir l'organisation consciente par le régime de la détention de centaines de milliers de musulmans. Au Pakistan, faire voler un cerf-volant peut tuer et peut surtout vous envoyer en prison.

Une prison soupçonnée d'avoir été transformé en camp de rééducation pour Ouighours au Xinjiang
Une prison soupçonnée d'avoir été transformé en camp de rééducation pour Ouighours au Xinjiang Crédits : GREG BAKER - AFP

Ce matin, nous explorons une brèche dans l'appareil de propagande officiel chinois. 

C'est quelque chose d'extrêmement rare et précieux, que publiait samedi le New York Times : 400 pages de documents officiels chinois, dont certains impliquant directement le président Xi Jinping, qui ont "fuité' et qui nous montrent à quel point (quoi qu'en dise Pékin), c'est bien un projet totalitaire et concentrationnaire qui se déroule depuis des mois dans l'Extrême-Occident chinois. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Cette région du Xinjiang, qui donne son nom aux "Xinjiang Papers" du New York Times, c'est celle des Ouïghours et d'autres minorités musulmanes qui ont donc été condamnées, en haut lieu, à disparaître ou à renier leur religion et leur culture. Les documents révélés ce week-end nous donnent à voir de l'intérieur l'organisation consciente d'un "génocide culturel" (terme employés par de nombreux spécialistes de la question dans la presse internationale), et la manière surtout dont on tente de le dissimuler. 

Particulièrement éloquente, en la matière, le Times met en exergue une note adressée par Pékin à ses fonctionnaires locaux pour leur donner des éléments de langage afin de répondre aux questions des étudiants oïghours qui rentrent chez eux pendant les fêtes et découvrent que leurs parents ont disparu, comme environ un million des membres de leur ethnie.  On leur répondra donc, que ces proches ont été envoyés "en formation, dans des centres d’entraînements et d'éducation concentrée", l'euphémisme bureaucratique résume presqu'à lui seul l'horreur froide du projet chinois, quand on sait qu'en fait les Ouïghours en questions sont enfermés et forcés à renier leur identité, quand ils ne sont pas (les documents du New York Times le montrent également) enrôlés de force dans des réseaux de travail qui les déportent à travers tout le pays.   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ces "Xinjiang Papers" confirment aussi que l'entreprise menée par la Chine contre les Ouïghours est bien concentrationnaire... et assumée comme telle en interne : avec ces fuites de documents officiels, on voir que le régime chinois, même s'il réfute publiquement cette appellation de "camps de concentration", n'hésite pas à l'utiliser, dans les échanges entre dirigeants et fonctionnaires, sans y voir aucun mal.  Car, selon les termes qu'ils emploient eux-même pour se justifier, les plus hauts responsables chinois (à commencer donc par le président Xi Jinping lui-même) se sont convaincus après 2014 que la fin justifie les moyens. Dans leur discours, il s'agit de mater "le terrorisme ouïghour" : des attaques remontant à 2014, présentées dans les "Xinjiang Papers" comme relevant du "séparatisme et de l'extrémisme islamique", mais dont on sait qu'en réalité ils s'agit plutôt des passages à l'acte sporadiques et spontanés. 

A ce propos, l'un des enseignement des XinJiang Papers, c'est bien le fait que l'enfermement des Ouïghours à une échelle industrielle n'est pas un projet sorti de l'esprit de quelques fonctionnaires locaux zélés : les ordres sont venus du sommet, on en a désormais la preuve noir sur blanc. Par contre, le simple fait que les documents soient parvenus au New York Times, transmis par un "responsable de haut rang qui a souhaité garder l'anonymat" montre  qu'il y a des brèches, que des fonctionnaires prennent des risques pour faire dérayer cet effrayant projet concentrationnaire ou en tous cas comme le dit le lanceur d'alerte à mots couverts, "pour que Xi Jinping et ses plus proches conseillers. ne puissent plus échapper à leur culpabilité" face au reste du monde.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'administration chinoise n'obéit donc pas comme un seul homme ; les fuites nous apprennent aussi que plusieurs bureaucrates locaux ont été purgés pour avoir osé émettre des critiques ou contesté les ordres. On lira par exemple la "confession" de 15 pages rédigées, sans doute sous la contrainte, par Wong Yongji : ce responsable d'un comté du Xinjiang a osé dire que la concentration de masse des Ouïghours était selon lui contre-productive, qu'elle allait "créer encore plus de tensions interethniques, et retarder le développement économique de la région" ;  Wong Yongji a aussi joint les actes à la parole, il a fait libérer discrètement 70 000 détenus. Pour tout cela et malgré son autocritique publique, le fonctionnaire a été arrêté, déchu de toutes ses fonctions puis jugé et condamné.

Dans la presse pakistanaise, le combat des policiers contre un fléau insolite. 

... Et gare aux agents qui traîneront les pieds, nous dit le quotidien anglophone The Nation, ils seront jugés personnellement responsables : la lutte contre ce "crime" que constitue le fait de vendre ou d'utiliser un cerf-volant dans la région du Pendjab ne souffrira aucune mollesse, le cerf-volant est un danger public, il ne doit pas être toléré dans l'espace public.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

C'est en ce sens, rappelle The Express Tribune, qu'un très sérieux et contraignant "Kite Flying Act" a été pris il y a deux ans au Pendjab ; et hier une réunion des principaux responsables de la police régionale a redit qu'il faut sévir contre toute personne prise en train de vendre ou faire voler un de ces objets (je n'ose même pas dire "de ces jouets"). 

D'ailleurs, que la population se rassure, les forces de sécurité veillent : on apprend sur le site Breaking News Pakistan qu'hier dimanche, une descente de police a permis de démanteler un réseau de trois vendeurs de cerfs-volants,  arrêtés alors qu'ils s'apprêtaient à écouler leur marchandise criminelle, pas moins de 300 pièces saisies.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Attention tout de même à ne pas trop minimiser l'importance de ce combat :The Daily Times nous en livre l'explication. Pas plus tard qu'hier, un homme de 40 ans a trouvé la mort dans des circonstances particulièrement cruelles : il circulait sur sa moto, allait au marché près de Lahore, et le fil d'un cerf-volant s'est accroché à son cou par accident. De tels drames se déroulent assez régulièrement au Pakistan, et comme les cerfs-volants là-bas utilisent "des fils d'acier très solides mais aussi fins et tranchants", les blessures sont souvent graves.  Depuis le début de l'année, selon l'Express Tribune, il y a eu cinq blessés et deux mort dans des circonstances similaires pour 1700 jeunes personnes arrêtées en possession du jouet criminel. C'est déjà trop pour le gouvernement du Pendjab qui a juré hier de renforcer encore "sa politique de tolérance zéro" contre ce fléau volant.

Chroniques
7H40
41 min
L'Invité(e) des Matins
"Gilets jaunes", un an après : la France qui gronde
L'équipe
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......