LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'église de la paroisse de La Asuncion a été incendiée - pour la seconde fois en un an par les manifestants. Elle est fréquentée d'ordinaire par les policiers

Santiago du Chili s'enflamme, au sens propre

5 min
À retrouver dans l'émission

Des manifestations qui dégénèrent au Chili. La victoire surprise du candidat soutenu par Ankara à Chypre-Nord et le rebond économique de la Chine au menu de la presse internationale ce lundi.

L'église de la paroisse de La Asuncion a été incendiée - pour la seconde fois en un an par les manifestants. Elle est fréquentée d'ordinaire par les policiers
L'église de la paroisse de La Asuncion a été incendiée - pour la seconde fois en un an par les manifestants. Elle est fréquentée d'ordinaire par les policiers Crédits : ELVIS GONZALEZ - Maxppp

Sur le continent américain, des dizaines de milliers de Chiliens s'étaient réunis hier sur la place centrale de Santiago pour marquer le premier anniversaire des manifestations massives de l'année dernière - connu comme le mouvement du "18 O" - pour 18 octobre - des manifestations pacifiques durant la journée, rapporte l'agence Reuters mais qui dans la soirée ont dégénéré en émeutes et pillages de supermarchés ainsi qu'en affrontements avec les forces de l'ordre. Environ 300 hommes masqués ont attaqué le poste de police du quartier de Puente Alto dans le grand Santiago à coup de cocktails Molotov, rapporte ainsi - vidéo à l'appui - le site d'informations biobiochile. Ailleurs, près de la grande place Baquedano, où se sont concentrés les manifestants à Santiago, c'est l'église Paroquia de la Asunción qui a été prise pour cible et incendiée. Une autre église a également été incendiée hier et plusieurs supermarchés du centre-ville pillés.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Commentant ces exactions, le ministre de l'Intérieur Víctor Pérez a pour une fois "fait une claire distinction entre la manifestation pacifique de la Plaza Baquedano et les actes de violence, tels que l'incendie de deux églises", remarque le site en ligne _El Mostrador_. Le ministre estimant que "la grande majorité des Chiliens avait  vécu ce dimanche une journée de paix". Les manifestations d'hier étaient surtout l'occasion de faire campagne pour le "Oui" au référendum visant à réviser complètement la Constitution du pays, qui date des années de la dictature de Pinochet, prévu pour dimanche prochain. Cet abandon de la Constitution était une des revendications principales des manifestations de 2019.  

En Europe, c'est l'élection du candidat d'Ankara à Chypre-Nord qui fait parler. Résultat un peu surprenant : le premier tour de cette Présidentielle en République Turque de Chypre Nord (reconnue uniquement par la Turquie) le premier tour avait bien donné le candidat soutenu par Ankara  - Ersin Tatar - en tête, avec 32% des suffrages mais le président sortant Mustafa Akinci, arrivé second avec 29% aurait dû, au second tour, pouvoir compter sur les reports de voix du candidat arrivé en troisième position avec 21% - un social démocrate comme lui - et aurait dû logiquement l'emporter largement... ça n'a pas été le cas.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Akinci a reconnu sa défaite hier soir, tout en remarquant que "la campagne électorale n'avait rien eu de normal", rapporte ce matin The Guardian ; une claire allusion à l'ingérence d'Ankara dans la campagne. Le président sortant en a profité pour tirer sa révérence : "J'espère que de telles interventions de la Turquie n'auront plus cours à l'avenir mais, a-t-il conclu, ce résultat marque pour moi la fin de ma carrière politique après 45 ans... Je souhaite bonne chance à notre peuple"

Pour le Cyprus Mail, quotidien en Anglais édité sur l'île depuis 1945, la victoire d'Ersin Tatar à Chypre Nord "aura de très lourdes implications" sur le processus de réunification.
Pour le Cyprus Mail, quotidien en Anglais édité sur l'île depuis 1945, la victoire d'Ersin Tatar à Chypre Nord "aura de très lourdes implications" sur le processus de réunification.

"L'élection d'Ersin Tatar, renversant toutes les prédictions, confirme une évidence", note pour sa part Philenews, le site web du quotidien chypriote grec Philelefteros  ; l'évidence "c'est que c'est bien Ankara qui tire les ficelles et détermine les développement dans la partie occupée" de l'île. L'essentiel de la campagne de cette Présidentielle s'était concentrée sur une question, celle de savoir si les chypriotes turcs devaient chercher à se réunir avec la République de Chypre - position d'Akinci. Ou bien s'ils devaient rechercher une solution à deux Etats sur l’île, et un rapprochement encore plus étroit avec la "mère patrie" turque, orientation défendue par Tatar avec le soutien manifeste d'Erdogan.

La victoire de Tatar "aura de très lourdes implications" sur le processus de réunification de l'île, prédit le Cyprus Mail qui rappelle qu'Akinci négociait en ce sens depuis 2015  avec le président Chypriote grec Nicos Anastasiades ; Tatar au contraire n'est pas partisan d'une fédération". Il a d'ailleurs annoncé dès hier soir qu'il était près à reprendre les discussions avec la partie grecque mais "une discussion basée sur des faits"... Comprenez : sur la partition de l'île, effective depuis l'intervention militaire turque de 1974. 

Enfin en Asie, ce sont les bons chiffres de l'économie chinoise qui sont remarqués par les éditorialistes. "La croissance chinoise s'affiche à 4,9% au troisième trimestre par rapport à l'an passé" titre le South China Morning Post. "La deuxième économie mondiale a fortement rebondi après une plongée de 6,8% durant le premier trimestre de l'année, la première contraction de son économie depuis la fin de la Révolution Culturelle en 1976. Une plongée, rappelle le quotidien de Hong Kong, qui s'expliquait largement par les mesures de confinement". Le Quotidien du Peuple, pour sa part, rend compte des bons chiffres du commerce extérieur avec un 0,7% pour les exportations pour les trois premiers trimestres de l'année.  Le gouvernement chinois a lancé tout un train de mesures pour soutenir l'emploi et faire redémarrer son économie durement touchée par la crise de la Covid 19, rappelle le site web de la BBC ; la banque centrale a musclé ses soutiens après les restrictions de voyages qui ont étranglé l'activité économique pendant des mois.

Pour le New York Times, une gestion énergique de l'épidémie a permis un rebond économique rapide en Chine
Pour le New York Times, une gestion énergique de l'épidémie a permis un rebond économique rapide en Chine

En résumé, écrit le New York Times sur sa Une. "Avec maintenant le Covid sous contrôle, l'économie chinoise peut se permettre de redémarrer. Les exportations ont explosé, les institutions locales se sont lancées dans toute une série de projets immobiliers financés par la dette. Même la consommation des ménages est en train de repartir"...Une expansion vigoureuse qui démontre, note encore le quotidien, "qu'un rebond rapide de l'économie est tout à fait possible dès lors que l'épidémie est fermement mise sous contrôle". En creux, le grand journal américain semble surtout regretter qu'une telle mise sous contrôle de l'épidémie n'ait pas été à l'ordre du jour aux Etats Unis. Manière de suggérer qu'en la matière, la Chine a sans doute fait mieux que l'administration Trump.

Chroniques
7H40
45 min
L'Invité(e) des Matins
Après l’assassinat terroriste d’un enseignant, que peut la République ? Avec Didier Leschi, Souad Ayada et Agathe André
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......