LE DIRECT
Le Foreign Secretary Dominic Raab assure l'intérim du pouvoir après l'admission du Premier Ministre Boris Johnson en soins intensifs

Le Covid-19 décapite le gouvernement britannique

5 min
À retrouver dans l'émission

Boris Johnson en soins intensifs : le Foreign Secretary assure l’intérim du pouvoir en Grande-Bretagne, tandis qu'aux Etats-Unis, New York l'épicentre de l'épidémie doit faire face à une hécatombe. En Australie, le cardinal Georges Pell finalement blanchi par la Haute Cour.

Le Foreign Secretary Dominic Raab assure l'intérim du pouvoir après l'admission du Premier Ministre Boris Johnson en soins intensifs
Le Foreign Secretary Dominic Raab assure l'intérim du pouvoir après l'admission du Premier Ministre Boris Johnson en soins intensifs Crédits : PIPPA FOWLES - Maxppp

A la Une de la plupart des médias ce matin : l'hospitalisation en soins intensifs du Premier Ministre britannique... l'annonce de l'admission de Boris Johnson à  l'hôpital St-Thomas de Londres dimanche soir faisait déjà les gros titres de la presse hier,  mais durant la journée les annonces rassurantes du 10 Downing Street, s'étaient multipliées ; comme quoi l'hospitalisation du chef du Gouvernement n'avait été recommandée qu'"à titre de précaution" et que Boris Johnson demeurait clairement à la manœuvre et en responsabilité... Tout ça a été balayé hier soir avec l'annonce du placement de Boris Johnson dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital St-Thomas. Comme l'écrit The Independant ce matin "l'extraordinaire est devenu la norme dans cette crise et cette admission en soins intensifs en est le dernier exemple".

Pour autant le Premier Ministre britannique n'a pas été placé sous assistance respiratoire et il reste conscient. Ces unités de soins intensifs, explique le site web de la BBC peuvent traiter des patients aux conditions très variées. Elles disposent d'appareils simples d'aide à la respiration, de respirateurs proprement dits qui supposent la mise en sédation du patient et même à l'hôpital St-Thomas d'un ECMO une "membrane respiratoire extracorporelle" sorte de poumon artificiel, capable de suppléer aux fonctions cardiaques et respiratoires d'un patient. Il n'existe qu'une poignée de ces appareils dans out le pays.

Boris Johnson n'en est peut-être pas à devoir être assisté par ces machines mais, note Laura Kuenssberg, la chef du service politique de la BBC, "avec un pronostic médical désormais aussi incertain le gouvernement a choisi de mettre en avant le Foreign Secretary, Dominic Raab en remplacement du Premier Ministre. Visiblement lui même sous le choc, il a simplement pu déclarer lundi soir que le gouvernement se concentrait dorénavant sur le plan de bataille contre l'épidémie que le Premier Ministre avait lui-même lancé." La tâche de Dominic Raab risque de ne pas être des plus simple, prévient pour sa part The Guardian : les démentis répétés du gouvernement quant à la détérioration de l'état de santé du premier ministre ont entamé sa crédibilité et "risquent de plomber la confiance dans tout ce qu'il aura à dire et à faire valoir à l'avenir".

Aux Etats-Unis, l'épidémie a pris le tour d'une véritable hécatombe, à New-York. L'Etat de New York a vu près de 5000 décès, la moitié dans la ville même. 5000 décès cela représente la moitié des décès liés au Coronavirus dans le pays. Qui plus est, avec 16000 personnes hospitalisées, New York est désormais à la limite de ce que peut supporter son système de santé, prévenait le gouverneur Andrew Cuomo  cité par le New York Post : "notre système de santé fonctionne actuellement le pied au plancher... le moteur est dans le rouge, on ne peut pas aller plus vite et on ne pourra pas continuer à ce rythme sans risquer l'explosion".

A la Une du New York Times ce mardi : Une Lueur d'Espoir pour New York le nombre de victimes est en baisse alors même qu'hôpitaux et morgues approchent de la saturation
A la Une du New York Times ce mardi : Une Lueur d'Espoir pour New York le nombre de victimes est en baisse alors même qu'hôpitaux et morgues approchent de la saturation

Le gouverneur de New York qui a également annoncé que le président Trump avait abondé dans son sens et autorisé le navire hôpital militaire USNS Comfort, arrivé la semaine dernière en rade de New-York à prendre en charge des patients atteints par le virus. Le navire militaire devait à l'origine accueillir les patients souffrants d'autres maux. "Autre symbole très clair du niveau de la crise, rajoute le New York Times, le diocèse épiscopal vient d'annoncer que la Cathédrale St Jean à Manhattan serait transformé en hôpital de campagne". Et avec le nombre de morts en ville qui explose, poursuit le quotidien, "les services mortuaires sont désormais en passe d'être eux-mêmes débordés.  Le président du comité santé du conseil Municipal de New York envisage d'ailleurs la création de fosses communes dans certains des parcs et jardins de la ville, pour y enterrer temporairement les défunts".

Le Maire de New-York Bill de Blasio a confirmé la chose, se référant à Hart Island. Cette bande de terre désolée en face de la cote sud-est du Bronx a une histoire déjà macabre, rappelle à ce propos le New-York Post : "elle a accueilli une prison pendant la guerre de sécession, plus tard un dispensaire pour tuberculeux et a servi dans les années 80 de cimetière pour les milliers de victimes du sida abandonnés par leurs proches ou qui n'avaient pu bénéficier d'enterrements dignes de ce nom".

En Australie le Cardinal George Pell, condamné pour abus sexuels, vient d'être blanchi. L'ancien trésorier du Vatican avait été condamné en 2018 à six ans de prison après avoir été reconnu coupable d'abus sexuels sur deux jeunes enfants de chœur dans les années 90, quand il était archevêque de Melbourne. 

Mais hier,  la Haute Cour d'Australie, la plus haute instance judiciaire du pays a finalement cassé ce jugement. "Cette décision sensationnelle dans l'affaire la plus controversée d'Australie risque d'avoir une forte résonance depuis Camberra jusqu'au Vatican, en passant par Melbourne ou Ballarat" où vivent toujours les familles des accusateurs du Cardinal, remarque le Sydney Morning Herald ce matin... "ce jugement risque également, poursuit le quotidien d'entraîner quelque examen en profondeur quant aux errements du système judiciaire" australien. Le cardinal Pell, condamné en première instance en  2018, peine confirmée par la cour d'appel de Victoria en 2019, vient en effet d'être blanchi par une Haute Cour dont les sept juges ont jugé, à l'unanimité, qu'on ne pouvait en aucune manière conclure à un verdict de culpabilité en l'absence de preuves indubitables. En l'occurrence, les charges qui pesaient sur le Cardinal ne reposaient essentiellement que sur le témoignage d'une seule personne... 

Le jugement de la Haute Cour a été annoncé tôt ce mardi matin, rapporte ABC Australia et à midi et demi le cardinal est sorti libre de la prison de Barwon à Victoria,  mettant ainsi un terme à une saga judiciaire de plus de cinq ans.

Chroniques

7H47
36 min

L'Invité(e) des Matins

Thomas Gomart : "La Chine à la faveur de cette crise veut imposer que son modèle soit le plus efficace"
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......