LE DIRECT
Boris Johnson défend son déconfinement face à la presse le 11 mai 2020

Le plan de déconfinement de Boris Johnson inquiète les Britanniques

5 min
À retrouver dans l'émission

Depuis sa présentation dimanche, le plan de déconfinement préparé par le Premier ministre britannique Boris Johnson suscite confusion, craintes et inquiétudes dans la population et dans la presse du Royaume-Uni. Emmanuel Macron et BoJo ont-ils négocié un accord bilatéral en vue des vacances d'été ?

Boris Johnson défend son déconfinement face à la presse le 11 mai 2020
Boris Johnson défend son déconfinement face à la presse le 11 mai 2020 Crédits : Pippa Fowles - AFP

Boris Johnson aurait-il "perdu le pouls" du Royaume-Uni ?

C'est en tous cas la crainte qu'exprime ce matin le journal espagnol El Pais, dont le correspondant à Londres Rafa de Miguel s'inquièterait presque pour le Premier ministre : autant jusque-là il y avait un véritable paradoxe BoJo, une popularité du dirigeant britannique presqu'inentamée par la crise sanitaire malgré le caractère très tardif et erratique de la réponse qui y avait été apporté de l'autre côté de la Manche (on rappelera que depuis le week-end dernier le Royaume Uni est en nombre de mort le second pays le plus touché par la pandémie derrière les Etats-Unis), autant avec le plan de déconfinement qu'il a dévoilé dimanche le même Boris Johnson accumule contre lui critiques et désaveux.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce n'est pas franchement une surprise mais c'est une référence : The Guardian se porte à la pointe des contempteurs : sans appel, la journaliste Zoe Williams nous explique que la feuille de route présentée par le chef du gouvernement ne menera qu'à une chose : semer la confusion dans l'esprit déjà troublé des Britanniques. Pire, écrit dans le même Guardian, l'épidémiologiste d'Oxford David Hunter, "si l'on suit le plan Johnson, aucun doute, la propagation du coronavirus s'accélèrera encore".

Ce qui pose problème, en premier lieu, c'est la consigne générale de reprise du travail. Retour à l'usine et au chantier dès ce mercredi pour les ouvriers, s'alarme The Financial Times qui fait parler d'une même voix syndicats et parti travailliste : cette reprise du travail pour les cols bleus est bien trop précipitée, les entreprises n'ont absolument pas eu le temps d'adapter les lieux de travail aux règles de distanciation. Les transports publics, n'en parlons même pas : les images de métro londonien bondé ont déclenché ce lundi encore une vague d'indignation et de crainte. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et ça aurait pu être pire : au départ BoJo voulait annoncer dimanche soir la réouverture des  usines et chantiers le lendemain même, lundi. Il a finalement reculé la date de deux jours, mais les équipements de sécurité ne sont pas prêts pour autant pour les travailleurs. "You must protect the workers"" (vous devez protéger les travailleurs) ordonne The Daily Mirror en gros caractère sur sa première page, pointant le même paradoxe The Guardian sur la sienne :   on va renvoyer au travail en priorité les travailleurs les plus vulnérables, ces "ouvriers hommes les moins bien payés, qui sont aussi les plus exposés à la Covid-19, ceux qui ont le plus de risque d'en mourir".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

il n'y a pas que sur le travail, que le plan de déconfinement de Boris Johnson laisse les Britanniques perplexes. Sur les questions de distanciation affective, sur les retrouvailles plus ou moins autorisées avec ces proches qu'il a été impossible de voir depuis six semaines, le quotidien The I reste interloqué : il sera donc possible de voir ces proches, mais un par un et seulement en extérieur. Résumé par Metro avec un brin d'ironie, ça donne ce titre : « Vous pourrez voir maman  pendant que papa attend dans la voiture, et papa pendant que maman attend dans la voiture ». « Tout ça, pour nous c'est du grec » (pour ne pas dire du latin) s'emporte finalement le quotidien gratuit dans son édition londonienne.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Toute la journée de lundi, face  la presse et au Parlement, Boris Johnson a été sommé de préciser sa doctrine particulièrement floue sur le déconfinement à venir, mais il n'a pas convaincu, avec des formules comme celle que retient l'attention du Daily Telegraph, Finalement, ce qu'il convient de faire, c'est "d'utiliser notre solide bon  sens britannique", aussi simple que ça...

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Au final, on comprend là que la période d'indulgence dont on fait preuve les Britanniques après que leur Premier ministre a bien failli succomber lui-même à la Covid-19 est bien terminée ; même The Independent reconnaît dans son éditorial que cette fois "Boris Johnson fait prendre un trop grand risque à la santé de la nation entière", avec son plan de déconfinement qui s'inspire de ce qu'a fait l'Allemagne sans vraiment tirer les leçons des erreurs commises par cette dernière. 

Tel un incorrigible mauvais élève, Boris Johnson avait lancé le confinement trop tard, en copiant de manière éhontée sur ses voisins européens qui s'y étaient mis plus tôt ; en matière de déconfinement il retente le même coup, en réutilisant par exemple le slogan français du "restez prudent, sauvez des vies", mais il veut aller trop vite et se prive du retour d'expérience de ses camarades. La leçon pourrait s'avérer cruelle pour tous les Britanniques.  

Heureusement ces mêmes Britanniques tentent de se rassurer en pensant aux grandes vacances d'été.

Et ceux qui lisent le tabloïd The Sun, le bien nommé "Soleil", y trouveront ce scoop : Boris Johnson et Emmanuel Macron se seraient "mis d'accord pour établir un corridor de voyage cet été" entre nos deux pays, afin que les Britanniques puissent passer leurs vacances en France et vice-versa. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

C'est en fait une interprétation, disons optimiste, de ces discussions qui ont eu lieu ces derniers jours entre Paris et Londres et qui ont permis, c'est vrai, que le Royaume-Uni exempte les ressortissants français de quarantaine quand ils entrent sur le territoire britannique. C'est vrai que cette exception faite pour les Français avait étonné ; est-ce qu'elle préfigure une entente cordiale le temps des grandes vacances ? Ça reste à confirmer, mais déjà, d'après The Times, les Anglais ont commencé à se ruer sur les annonces de séjours et de locations de vacances dans nos campagnes. Il ne nous reste plus qu'à en faire de même.

Chroniques

7H38
5 min

Imagine la culture demain

Robert Guédiguian : "J'espère que la distanciation physique va nous rapprocher"
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......