LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Rukmini Callimachi interviewée par MSNBC en 2017

Une journaliste-star du New York Times dans la tourmente

6 min
À retrouver dans l'émission

La reporter Rukmini Callimachi, spécialiste de Daech, voit sa déontologie journalistique contestée. Son employeur, le New York Times, lance une enquête interne. Au Nigeria, la mobilisation contre les violences policières s'envenime encore. Au Pérou, le Machu Picchu rouvre pour un seul touriste.

Rukmini Callimachi interviewée par MSNBC en 2017
Rukmini Callimachi interviewée par MSNBC en 2017 Crédits : capture d'écran

Aux Etats-Unis, le New York Times confesse des doutes sur le travail d'une de ses journalistes les plus réputées.  

C'est un article d'un format très rare, que publiait hier le grand quotidien new-yorkais, puisqu'il émet des doutes sur certains articles et podcasts de Rukmini Callimachi, une pointure dans le journalisme international cette dernière décennie, particulièrement réputée pour sa couverture du groupe Etat islamique en Syrie et en Irak. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Il y a bien un problème Callimachi, et c'est un problème qui met en cause directement le New York Times", reconnaît donc son collègue Ben Smith qui signe l'article d'hier dont on sent bien que chaque mot a été savamment pesé. Rukmini Callimachi est contestée suite à l'arrestation au Canada d'un homme, un Canadien, qui prétendait avoir été combattant de Daech en Syrie et dont le témoignage avait alimenté le podcast de la journaliste du Times diffusé depuis deux ans, 10 épisodes de reportage audio intitulé "Califat" centrés justement sur des récits d'anciens djihadistes.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sauf que la justice canadienne a de bonnes raisons de croire que l'homme qu'elle a arrêté est un mythomane, qui n'a jamais mis les pieds au Moyen-Orient ni combattu pour le groupe Etat islamique. A partir de là, la question se pose : "Comment une journaliste censée avoir documenté d'aussi près l'horreur de Daech, et connaître son idéologie, son fonctionnement dans les moindres détails, a-t-elle pu se faire piéger par un faux terroriste ?" Cette question est formulée par Jacob Silvermann, dans The New Republic. Loin de conclure que Callimachi a sciemment fait confiance au Canadien malgré les zones d'ombres assez évidentes que présentait son témoignage, il s'interroge sur son rapport à ses sources et à ces histoires, vivantes, humaines, cette quête des récits incarnés au cœur du chaos qui a fait la signature et la gloire de la journaliste ces sept dernières années.   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Depuis l'arrestation du soi-disant djihadiste au Canada, le New York Times a lancé une enquête interne confiée à l'un de ses plus prestigieux enquêteurs qui va donc disséquer tout le travail de Rukimini Callimachi pour déterminer si elle a pu manquer de prudence et de déontologie sur d'autres reportages. Et si aucune conclusion n'est encore tirée de cette enquête, le quotidien peut faire autrement que d'entendre ce qu'il avait essayé d'ignorer jusque-là, les critiques émises depuis des années déjà par d'autres journalistes spécialistes du Moyen-Orient sur les méthodes de sa reporter-vedette : critiques sur sa quête effrénée et parfois "agressive" de l'histoire la plus édifiante ; critiques pour avoir sorti discrètement d'Irak, en 2018, des tonnes de documents récupérés dans les archives de Daech ; doutes sur le fait qu'elle ne maîtrisait pas la langue arabe ; sur l'hyper-personnalisation de ses reportages qui la mettaient très souvent en scène pour accentuer l'aspect sensationnel des sujets. Autant d'alertes qui n'avaient pas réussi à égratigner à l'époque l'aura de Rukmini Callimachi, mais qui trouvent, forcément, un écho à présent. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La réaction du New York Times, qui ne cache rien aujourd'hui de cette crise, nous montre à quel point le journal prend la chose au sérieux et accepte de se remettre en question et notamment sur les travers de ce "journalisme narratif" qui s'impose depuis quelques années mais qui pose de vrais défis en terme de vérification des sources, sur des terrains de conflits complexes et dangereux, face à des personnages et des organisations aux motivations troubles, et connaissant l'habileté perverse avec laquelle Daech détourne nos codes et nos fantasmes journalistiques occidentaux.  

"Le travail de Rukmini Callimachi perpétue un récit qui sensationnalise la violence commise par des Arabes et des Musulmans, en mettant l'accent presque exclusivement, et maladivement, sur les dimensions religieuses et culturelles de cette violence" : c'est la responsable d'une prestigieuse école de journalisme new-yorkaise qui formule ainsi les reproches fait à la journaliste-star... laquelle, reconnaît enfin le New York Times, a "toujours travaillé avec l'approbation totale de son employeur". Voilà au moins un quotidien qui n'élude pas (mais certes, a posteriori) sa part de responsabilité dans la tourmente.   

Retour à présent sur l'un des sujets de notre revue de presse d'hier matin. 

Le Nigeria et l'impressionnante mobilisation de la jeunesse en particulier contre les brutalités policières : ça s'est confirmé ce lundi, les manifestants ne se satisfont pas de l'annonce dimanche du démantèlement de la brigade de police la plus critiquée pour ses méthodes criminelles. Ils étaient encore plus nombreux à défiler ce lundi à Lagos, rapporte The Punch, et des affrontements avec les forces de l'ordre ont fait deux morts, un policier et un civil.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les manifestants n'acceptent pas que les agents de l'ancienne brigade dissoute puissent continuer à travailler dans d'autres unités de police, sans aucun rappel à l'ordre et les promesses réitérées par les autorités de réformer les pratiques policières ne convainquent pas non plus les jeunes Nigérians qui sont les premières victimes des rackets et violences commis par certains policiers. Sur le site de la BBC World on lit que les dirigeants du pays ont évoqué une interdiction des manifestations dès aujourd'hui : le ton pourrait donc encore monter dans les prochains jours au Nigeria.  

Direction enfin les hauteurs du Machu Picchu, au Pérou. 

Le site touristique, parmi les plus célèbres au monde, n'a toujours pas rouvert ses portes officiellement depuis le début de la crise sanitaire. Mais tout de même, on apprend dans le quotidien El Comercio que les ruines de l'ancienne cité inca ont été visitées samedi par un touriste, un chanceux qui a pu avoir le site pour lui tout seul. Privilège absolu, distanciation sociale maximale, et figurez-vous que ce visiteur n'était ni un milliardaire ni un homme de pouvoir : il s'agit de Jesse Katayama, jeune globe-trotter japonais qui vient de passer sept mois bloqué au Pérou, dans le village en bas du Machu Picchu.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le jeune homme devait partir visiter la citadelle Inca en mars, c'était "le rêve de sa vie", il avait traversé le globe pour ça... mais le confinement a été décrété et Jesse Katayama n'a plus pu aller nulle part, coincé dans un pays qui est très durement touché par l'épidémie de Covid-19 aujourd'hui encore (avec comme nous le rappelle The Guardian, le plus fort taux de mortalité au monde).  

Les autorités péruviennes, qui veulent apparemment communiquer sur le retour prochain à la normale, ont donc profité de cette histoire du jeune Japonais bloqué aux portes de son rêve pour lui donner un heureux dénouement ; ça leur a permis d'annoncer au passage que le Machu Picchu va rouvrir pour de vrai aux touristes le mois prochain, avec une jauge à 675 visiteurs par jour.

Chroniques
7H40
43 min
L'Invité(e) des Matins
Lutte contre la faim : une priorité face à la pandémie avec Tiphaine Walton, Sylvie Brunel et François Bourguignon
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......