LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une pharmacie mobile fait la publicité du vaccin COVID-19 dans un quartier près de Brighton Beach à Brooklyn.  La ville de NYC exigera que tous les employés soient vaccinés ou testés chaque semaine à partir du 13 septembre.

Pas d'obligation vaccinale aux Etats-Unis, mais la pression monte sur les non-vaccinés

6 min
À retrouver dans l'émission

Point de bascule hier outre-Atlantique. Plusieurs autorités locales (New York, la Californie) vont exiger de leurs salariés qu'ils soient vaccinés ou testés. Aux JO de Tokyo, la tenue des sportives fait parler mais pas jaser.

Une pharmacie mobile fait la publicité du vaccin COVID-19 dans un quartier près de Brighton Beach à Brooklyn.  La ville de NYC exigera que tous les employés soient vaccinés ou testés chaque semaine à partir du 13 septembre.
Une pharmacie mobile fait la publicité du vaccin COVID-19 dans un quartier près de Brighton Beach à Brooklyn. La ville de NYC exigera que tous les employés soient vaccinés ou testés chaque semaine à partir du 13 septembre. Crédits : SPENCER PLATT - AFP

On est à un point de bascule, "a tipping point" en anglais... et c'est le titre de l'article le plus lu du site du Washington Post d'ailleurs. ‘A tipping point’: Government officials, health groups move to require coronavirus vaccines for workers. 'Point de bascule' : des gouverneurs et des groupes de santé demandent à leur personnel de se faire vacciner. 

La semaine dernière, le New York Times se demandait si le pass sanitaire français pouvait être un modèle pour les Etats-Unis, où le variant Delta se propage lui aussi à vitesse grand V. Non, estimait alors le quotidien, rappelant qu'aux Etats-Unis "du port du masque aux demandes de tests, aucune politique commune n'a été imposée aux cinquante Etats ", et qu'il n'existait aucune preuve de vaccination reconnue au niveau fédéral.   

Une semaine plus tard, toujours rien du côté fédéral, en revanche localement, les pressions sont de plus en plus fortes sur les non-vaccinés.   

Le premier point de bascule, relayé par tous les grands médias américains, c'est cette déclaration conjointe de soixante groupes médicaux hier, exhortant chaque établissement de santé à exiger de leurs travailleurs qu'ils se fassent vacciner.    

Appel entendu et suivi dans la journée même, d'abord par le ministère des Anciens combattants, or cette agence fédérale gère l'un des plus grands système de santé du pays, avec 100 000 employés en première ligne nous dit le Washington Post pour qui cette décision est aussi un point de bascule.   

Puis ce sera au tour du maire de New York, d'annoncer lui aussi que les 300 000 employés de la ville ont jusqu'au 13 septembre pour se faire vacciner ou se tester au moins une fois par semaine.   

Septembre est un moment clé pour la reprise économique, en septembre les salariés reviennent au travail, septembre c'est la rentrée de classe, septembre c'est le retour des vacances, c'est en septembre que cela va se passer... Bill de Blasio, maire de New York.  

Quelques heures après cette déclaration, le gouverneur de Californie annoncera des mesures similaires, pour les 246 000 fonctionnaires de son Etat.   

Le Los Angeles Times explique que cette nouvelle directive n'oblige pas à être vacciné, mais les employés qui ne le seront pas devront porter des équipements de protection individuelle appropriés... comme des masques.  Cela parait donc bien léger comme obligation, et le Los Angeles Times précise d'ailleurs, que l'exigence formulée par le gouverneur de Californie, met surtout fin à la pratique actuellement en cours, d'auto-certification. 

Un peu comme nous faisions des auto-attestations de déplacement, les Californiens pouvaient jusqu'à maintenant s'auto-certifier vaccinés.   

Aucun détail n'est cependant donné encore dans la presse américaine sur la forme que prendrait les nouvelles preuves de vaccinations, qui contrôlerait, et ce qui se passerait pour les employés refusant le vaccin et les tests...     

Aux Etats-Unis, la vaccination marque aussi le pas...  

Environ 60% de tous les adultes américains sont entièrement vaccinés, selon le Washington Post. Le New York Times donne lui le chiffre de 49%. Ce qui est sûr, c'est que le rythme des nouvelles vaccinations ralentit depuis la mi-avril.   

Côté soignant, l'Américan Medical Association estime que 96% des médecins sont vaccinés, mais selon les données du département américain de la santé et ses services sociaux, relayé par la Wall Street Journal, un travailleur hospitalier sur quatre qui est en contact avec les patients n'avait reçu aucune dose à la fin mai.  

Plusieurs hôpitaux avaient déjà déclaré dernièrement qu'ils exigeraient la vaccination de leur personnel, tout comme la ligne national de football américain, Delta Airlines, l'université de l'Indiana rappelle The New York Times qui se demande si les nouvelles règles édictées par le maire de New York pourront réellement s'appliquer car "plus de deux douzaines de syndicats qui représentent les employés municipaux pourraient la contester ", anticipe le journal.   

"Si le maire veut imposer Vax ou des tests hebdomadaires aux employés de la ville, il doit d'abord négocier sur son impact #cityworkerslivesmatter", a déjà tweeté Henry A. Garrido, directeur exécutif du District Council 37, le plus grand syndicat des employés municipaux de New York.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le New York Times note aussi le soutien du bout de lèvres de la maison blanche à ces initiatives. Jen Psaki, porte parole de la Maison-Blanche a déclaré hier que l'obligation vaccinale avait pour but d'assurer la sécurité des Américains, mais elle a éloigné toute perspective de voir le gouvernement fédéral se joindre à ces exigences.  

Si les établissement de santé hésitent à imposer les vaccins contre le coronavirus à leurs employés, c'est parce que ces vaccins n'ont toujours pas reçu l'approbation complète de la Food and Drug Administration, rappelle le Washington Post, mais une autorisation temporaire d'urgence, et qu'il y a donc de fortes menaces de poursuites judiciaires.   

La tenue des sportives fait causer  

Enjeu des jeux, la tenue des sportives, titre Le Temps, le quotidien suisse. Etrangement, cette polémique n'a pas démarré à Tokyo, mais en Norvège et pour une discipline non olympique, le handball de plage. 

La semaine dernière, l'équipe de Norvège décide de jouer en short, et pas en bikini... La Fédération européenne de handball condamne alors les joueuses à payer 1500 dollars.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Suit, un buzz bien orchestré sur les réseaux sociaux, raconte le journaliste du Temps, qui s'amplifie hier quand la chanteuse Pink propose de payer à la place des joueuses norvégienne en guise de soutien.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

" Dans tous les sports, poursuit Laurent Favre, les tenues sont réglementées pour des questions d'uniformité, de sécurité et d'équité, et les hommes n'y échappent pas, mais de toute évidence, il y a quelque chose de plus, pour l'apparence des sportives".   

Pour le beach-volley, le bikini ne devait pas dépasser "7 centimètres au dessus de la taille " jusqu'en 2012, pas trop couvrant donc. Or une étude réalisée en 2007 sur les Jeux Olympiques d'Athènes a montré que les plans serrés sur les fesses et les seins des joueuses de beach-volley, totalisaient 37% de la couverture des images diffusées.   

Le Temps, nous rappelle qu'à cette époque l'ancien directeur de la Fédération internationale de football Sepp Batter avait caressé l'idée d'obliger les footballeuses à porter des shorts plus moulants, car il y a disait-il "aussi des jolies femmes dans le football aujourd'hui ".   

" En 2021, il y a encore des dirigeants qui pensent que l'hyper sexualisation des sportives va attirer du public, et des partenaires, se désole Béatrice Barbusse, sociologue et vice présidente de la Fédération française de handball interviewée par le Temps, mais la situation a tout de même évolué en mieux.   

Le badminton et la boxe qui voulaient imposer la jupe aux filles ne l'ont pas fait, pour le Beach volley, le legging long est aussi autorisé, et en gymnastique, la tenue couvrante fait de plus en plus d'adeptes.   

Cette dépossession historique de leur corps, leur réification sans l’ombre d’un remord, les jeunes athlètes qui s’en plaignaient autrefois entre elles la dénoncent systématiquement aujourd’hui. Et ce, en moins de temps qu’il n’en faut pour créer un hashtag sur Twitter se félicite Célia Heron, dans l'éditorial du Temps intitulé  "Du pain, des jeux et des bikinis".    

"Bikinis, slips, et handball de plage, pourquoi les athlètes féminines doivent porter ce qu'elles veulent" titre le Guardian dans un article 100% second degré sous forme de questions-réponses.    

Il commence par une description du slip de sprint. Fait pour la compétition ? Oui, mais caractérisé par une aversion pour le gaspillage de Lycra. Tu veux dire qu'ils sont petits ? Oui, vous n'en avez pas pour votre argent.  

Plus loin, depuis quand les instances officielles de sport sont-elles prescriptives sur les tenues féminines ? C'est toujours ainsi.   

Que devrait-elle dire plutôt ? La seule chose dont vous devriez vous soucier est de porter une médaille.   

Qu'est-ce qu'elle ne devrait pas dire ? Tenez le boa de plume vers le haut quand vous sautez, afin qu'il ne se coince pas dans les haies...

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......