LE DIRECT
Légende : Après 76 jours de confinement les 11 millions d'habitants de Wuhan peuvent enfin sortir ; ils sont des milliers à se précipiter vers les gares pour quitter la ville.

Fin du confinement pour 11 millions de Chinois à Wuhan

5 min
À retrouver dans l'émission

Alors que la Chine lève progressivement toutes ses mesures de confinement, ailleurs l'épidémie fait rage : aux Etats-Unis, elle frappe en priorité les Noirs alors qu'en Europe les anciens pays de l'Est semblent relativement épargnés.

Légende : Après 76 jours de confinement les 11 millions d'habitants de Wuhan peuvent enfin sortir ; ils sont des milliers à se précipiter vers les gares pour quitter la ville.
Légende : Après 76 jours de confinement les 11 millions d'habitants de Wuhan peuvent enfin sortir ; ils sont des milliers à se précipiter vers les gares pour quitter la ville. Crédits : Xinhua/Shen Bohan - Maxppp

A Wuhan, précisément là d'où l'épidémie est partie,, l'heure est enfin au dé-confinement. Les 11 millions d'habitants de la grande ville au centre du pays avaient l'interdiction stricte de sortir depuis le 23 janvier. Depuis les premières heures de la matinée  la file des voiture s'allonge au péage des autoroutes permettant de quitter l'agglomération, raconte l'agence Chine Nouvelle ; checks-points et barrages ont été levés ; les gares et le réseau des trains a grande vitesse sont à nouveau fonctionnels. "Depuis le 25 mars un millier de cheminots ont repris le travail  pour remettre en fonction les 230 trains rapides au départ de la ville", détaille le Quotidien du Peuple... et aujourd'hui, les passagers s'y entassent à nouveau, du moins ceux qui ont un "code vert".  Le code vert c'est celui que vous avez sur votre téléphone portable quand vous êtes réputés en bonne santé : un code unique pour chaque individu qui peut être modifié à tout bout de champs. Il suffit d'aller faire ses courses dans un magasin qui a été fréquenté par une personne qui est depuis tombée malade, et votre code passe automatiquement à l'orange : plus possible de se déplacer !

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Cette libéralisation - relative - des déplacements à Wuhan, intervient "au lendemain du premier jours sans aucun décès du au Coronavirus en Chine, rappelle la BBC "Pour contenir l'épidémie les autorités avaient édicté des mesures de confinement sans précédent à Wuhan, ordonnant la fermeture de toutes les entreprises" et confinant strictement les habitants dans leurs appartements, le ravitaillement étant assuré par des responsables de quartier. "les autorités chinoise estiment que seules ces mesures extrêmement strictes ont pu entraîner une chute du nombre de contaminations".

Ailleurs l'épidémie continue de faire des ravages ; aux Etats-Unis on s'inquiète de ce qu'elle semble toucher en priorité les Noirs américains. Statistiquement parlant c'est en tout cas évident : le site de la chaîne NBC énumère les bilans de la manière suivante  : "A Chicago 70% des personnes qui sont mortes du Covid 19 sont noires, alors même que la population de la ville n'est noire qu'à 30%... Dans le comté de Milwaukee, qui est noir à 27%, les Noirs représentent 81% des victimes du virus  et on trouve des disproportions similaires à Philadelphie, à Detroit ou d'autres villes" ; En guise d'explication, le docteur Fauci, le patron de l'Institut National pour les maladies infectieuses indique que "la population noire américaine est davantage touchée par des maux comme le diabète et l'asthme qui peuvent devenir des facteurs aggravants dans le cas d'une infection au Covid-19"

Sur CNN, l'épidemiologiste Camara Phillis Jones évoque pur sa part un autre ordre d'explication : une combinaison de facteurs structurels qui fait que les Noirs sont davantage touchés et meurent davantage que les Blancs : "Ce qui se passe c'est que les noirs sont plus contaminés parce qu'ils sont plus exposés et une fois contaminés, ils meurent davantage parce que leur mauvais état de santé général est le résultat d'un manque chronique d'investissements et de négligence de la part de la communauté ; c'est le résultat du racisme structurel qui nous empêche de bénéficier de la protection dont nous avons besoin".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour de nombreux travailleurs sociaux, renchérit dans le même ordre d'idée le New- York Times, cette disparité dans l'infection "n'est pas difficile à comprendre : c'est le résultat d'inégalités chroniques. Un exemple : "au moment ou les autorités recommandent de rester à la maison pour éviter le virus, les Noirs américains eux représentent cette partie de la force de travail qui n'a pas le luxe de pouvoir travailler chez elle, ce qui les expose à davantage de risque de contamination : sur leur lieu de travail ou en s'y rendant".

En revanche en Europe il existe une autre catégorie de population qui semble, elle beaucoup moins touchée par l'épidémie : celles des anciens pays de l'Est. On peut en effet se demander, écrit le site euractiv.com "pourquoi le nombre de personnes contaminées est substantiellement plus important dans la partie occidentale du continent européen par rapport aux anciens pays communistes" et Euractiv d'évoquer la possibilité d'une discipline plus grande de la population des pays de l'Est quant au respect des consignes de confinement.  Mais l'autre explication est plus inattendue : les défenses immunitaires de la population des pays de l'Est seraient plus importantes que dans la partie occidentale du continent, tout simplement parce que la vaccination au BCG  y est encore systématique. C'est un article publié le mois dernier dans le magazine américain Science qui le premier a évoqué la chose, article traduit et adapté ces derniers jours dans de nombreuses publications en Europe orientale:  le site bulgare Sega, par exemple rappelle que "la carte mondiale de la contamination de l'épidémie au Covid19 chevauche la carte des politiques vaccinales et notamment celles des pays ayant abandonné la vaccination antituberculeuse BCG. C'est particulièrement frappant en Allemagne, où la différence entre les anciens Lander de l'Est et  le reste du pays est significative, l'ancienne Allemagne de l'Est étant trois fois moins touchée que l'ancienne Allemagne de l'Ouest".

Le Daily Mail, de Londres titre également sur le BCG : remarquant que "le taux de mortalité est presque six fois moindre dans les pays utilisant ce vaccin antituberculeux vieux d'un siècle". Le quotidien rend compte d'une étude épidémiologique de l'université de Yale sur le point d'être publiée dans les revues scientifiques. Le BCG, inventé il y a un siècle vaccine contre la tuberculose, poursuit le Daily Mail mais en plus il semble "muscler" le système immunitaire de ceux qui le reçoivent ; la manière dont les choses se passent demeure relativement peu connue mais ces effets de boost du système immunitaire par le BCG sont clairement reconnus par l'OMS.

Deux campagnes de vaccination au BCG viennent d'ailleurs d'être lancées : en Australie et aux Pays-Bas, auprès des personnels de santé... En espérant, conclu le Daily Mail que le BCG permettra à ces professionnels de gagner un peu de temps... le temps qu'un vrai vaccin soit trouvé" contre le Covid-19.  

Chroniques

7H47
37 min

L'Invité des Matins

Profiter de cette crise pour repenser l'économie de demain
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......