LE DIRECT
"Bennette est un menteur", affiche à la Marche des drapeaux, Jérusalem-Est le 15/06/21

Au Proche-Orient, la trêve et le gouvernement Bennett à l'épreuve

6 min
À retrouver dans l'émission

La tenue à Jérusalem-Est d'une marche de l'extrême-droite israélienne, considérée comme une provocation par le Hamas, a conduit toutes les parties au conflit israélo-palestinien à montrer les muscles... sans que la situation ne semble dégénérer vraiment. Ruée vers les diamants en Afrique du Sud.

"Bennette est un menteur", affiche à la Marche des drapeaux, Jérusalem-Est le 15/06/21
"Bennette est un menteur", affiche à la Marche des drapeaux, Jérusalem-Est le 15/06/21 Crédits : Ahmad Gharabli - AFP

Israël a un nouveau gouvernement depuis lundi et il a été immédiatement mis à l’épreuve mardi sur la question palestinienne.

"Un premier test grandeur nature", d’après le quotidien allemand Der Spiegel, pour le gouvernement mené par le très nationaliste Naftali Bennett… et une journée qui s’est terminée, image que l’on espérait ne plus revoir après la trêve conclue avec le Hamas le 21 mai, par des raids aériens de l’armée israélienne sur Gaza au beau milieu de la nuit dernière. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Times of Israel revient sur le déroulé de cette journée qualifiée de "baptême du feu" pour Bennett et ses alliés : le feu d’abord des slogans ultra-nationalistes, anti-arabes aussi, entendus autour de la Marche des drapeaux, cette manifestation annuelle de l’extrême-droite israélienne qui devait avoir lieu le 10 mai mais avait été reportée à ce mardi, car on était à l’époque en plein engrenage des violences qui allaient conduire à 11 jours d’affrontements avec le Hamas et plus de 250 morts. 

Autant dire avec le Times que tout était réuni pour que la situation s’embrase à nouveau, surtout quand on a appris que la marche (considérée comme une provocation par le Hamas et même, par le parti arabe israélien Raam pourtant allié à Bennett) était bel et bien autorisée par les autorités dont tout le monde en Israël comme à Gaza scrutait le moindre mouvement, la moindre décision, pour voir comment elles allaient réussir à éviter le pire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et en la matière,Der Spiegel note donc que tout avait été fait pour éviter au maximum les débordements toujours à craindre alors que le défilé se faisait au beau milieu des quartiers arabes de Jérusalem-Est, et qu’il s’agit de commémorer justement l’annexion de ces territoires après la guerre des Six-Jours. Deux mille policiers pour un millier de manifestants, un parcours modifié au dernier moment pour éviter que la foule extrémiste ne s’approche de la mosquée al-Aqsa ou se retrouve face aux commerçants arabes des échoppes de la porte de Jaffa… Dans ce dispositif de sécurité ultra-prudent, on sentait un changement dans le maintien de l’ordre : l’idée qu’il serait politiquement trop risqué pour Bennett de priver les ultra-nationalistes de leur traditionnel défilé, mais que personne pour autant n’a intérêt à ce que la situation s’envenime. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Alors il y a bien eu, note Haaretz, des tentatives de contre-manifestants pro-palestiniens de s’opposer à la marche ; il y a eu 17 palestiniens arrêtés, une trentaine de policiers blessés ; il y a aussi eu ces chants racistes, ces cris de "morts aux arabes" et "que vos villages brûlent" qui ont résonné dans la vieille ville… Mais au bout d’une heure la marche s’est dispersée dans le calme et autour de Naftali Bennett, on commençait à souffler.

Sauf qu’au même moment, des champs prenaient feu dans le sud d’Israël : c’était le résultat, explique le site Middle East Eye, de l’envoi depuis le côté gazaoui de la frontière de quelques ballons incendiaires, armes artisanale signatures du Hamas, qui ont donc causé une vingtaine d’incendie sans grande gravité. Là encore, c’était une manière pour la partie palestinienne de montrer au nouveau gouvernement d’Israël qu’elle est toujours là et qu’elle l’attend au tournant, qu’elle se tient prête à riposter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et comme Naftali Bennet, rappelle The Washington Post, avait déclaré lors de son investiture qu’il "répondrait aux ballons incendiaires du Hamas avec la même intransigeance qu’à ses tirs de roquettes"… Il fallait que la journée se termine par ces bombardements menés par des avions israéliens "sur des cibles terroristes identifiées" dans la bande de Gaza. Rien de comparable toutefois avec les déluges de feu du mois de mai… et sans doute pas (quoique les prochaines heures le diront) de quoi remettre en cause le pourtant fragile cessez-le-feu. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Comme si au cours de cette journée écoulée en trois actes, chacun avait voulu se jauger et montrer les dents… mais sans mordre réellement. C’est une maigre consolation mais c’est déjà un progrès par rapport à ce que l’on a connu dans l’ère Trump-Netanyahou.

Dans la presse internationale également, la fièvre du diamant qui fait tourner la tête à des milliers de sud-africains. 

Le phénomène a pris une ampleur assez incroyable en quelques jours et c’est The Times de Johannesburg qui nous en fait le récit : samedi un berger du village de Kwahlathi dans l’Est rural du pays a affirmé avoir trouvé des pierres précieuses, dans un champ où il faisait paître ses bêtes ; la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, et deux jours plus tard la plaine était couverte de centaines, puis de plus d’un millier de personnes venues avec une pelle, une pioche, retourner la terre au hasard pour tenter d’y trouver leur part de ces diamants providentiels.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur cette vidéo qui a fait beaucoup pour déclencher la ruée vers les diamants dans toute l’Afrique du Sud, on voit un homme, au beau milieu des mineurs improvisés, parler à sa femme au téléphone, pour lui dire qu'il "vient de gagner gros", que leur fortune est faite, que "ce soir on va dîner à Dubaï" , que la vie sera belle désormais... Il en rajoute un peu et des femmes rient derrière lui dans cette espèce de frénésie euphorique qui semble s‘être emparée de ce coin de campagne sud-africaine déshéritée.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Oui mais voilà, tente de tempérer la radio locale 702, aucun géologue n’a encore certifié qu’il s’agit bien d’un filon de diamants, la probabilité est même très faible d’après celui que la radio interroge. Des experts mandatés par l’Etat sont arrivés mardi sur place, mais il y a donc de fortes chances pour que les pierres translucides découvertes à la pelle dans cette ruée ne soient que de gros cristaux de quartz. Pas de quoi alors assurer la fortune de tous ces rêveurs affairés qui, dans la vidéo tournée sur place par la BBC, disent avec des étoiles dans les yeux qu’ils vont enfin pouvoir mener grand train, aller au restaurant, s’acheter une voiture ou tout simplement nourrir leur famille. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et la chaîne sud-africaine E-NCA de se demander si finalement, plutôt que cette soudaine poussée de fièvre diamantaire, le vrai sujet n’est pas dans la "désespérance" sociale et économique qui règne sur les campagnes d’Afrique du Sud et donne tant de reflets à ce miroir aux alouettes.   

Chroniques

7H40
44 min

L'Invité(e) des Matins

Radio France : Maison de la radio et de la musique. Avec Jack Lang, Hervé et Sibyle Veil
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......