LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les manifestations dénonçant brutalités et racket policiers sont quotidiennes depuis 15 jours a Lagos.

Nigeria : des manifestations lourdement réprimées

5 min
À retrouver dans l'émission

La mortelle répression policière au Nigeria ; une plainte du Parquet américain visant Google et le frôlement d'un astéroïde par la sonde Osiris-Rex sont à la Une des journaux de ce mercredi.

Les manifestations dénonçant brutalités et racket policiers sont quotidiennes depuis 15 jours a Lagos.
Les manifestations dénonçant brutalités et racket policiers sont quotidiennes depuis 15 jours a Lagos. Crédits : AKINTUNDE AKINLEYE - Maxppp

Flambée de violence dans les rues de Lagos la capitale nigériane hier soir. Il y a des morts, peut-être par dizaines. "Ils sont probablement nombreux" en tout cas souligne le Premium Times ce matin, et résultent du tir de soldats sur la foule des manifestants dans le quartier de Lekki : "Des milliers de manifestants exigeant une réforme de l'organisation des forces de police s'étaient rassemblés sur Lekki mardi soir, défiant le couvre-feu annoncé un peu plus tôt par le gouverneur", raconte le journal ; un couvre-feu qui devait être effectif à partir de 16 heures. Les manifestations dénonçant les brutalités policières et réclamant des réformes sont quotidiennes au Nigeria, particulièrement dans la capitale Lagos depuis deux semaines. La dissolution de l'unité de police la plus controversée le SARS le 10 octobre dernier n'a pas calmé l'ardeur des manifestants.

Plusieurs postes de police de Lagos ont été attaqués et incendiés dans la journée d'hier, rapporte le site en ligne Pulse.ng
Plusieurs postes de police de Lagos ont été attaqués et incendiés dans la journée d'hier, rapporte le site en ligne Pulse.ng

"On a pu voir des soldats dresser des barricades autour du lieu de la manifestation  de Lekki quelques instants à peine avant d'ouvrir le feu", raconte pour sa part le correspondant nigérian de la BBC Nayeni Jones ; "Ils ont délibérément tiré sur la foule" systématiquement racontent par ailleurs quatre témoins directs des événements cités par l'agence Reuters. Le couvre-feu avait été ordonné suite a plusieurs séries de violence à Lagos dans la journée de mardi. "Des voyous , qui n'ont rien à voir avec les manifestants s'en sont pris aux forces de l'ordre et au moins un poste de police a été incendié" plus tôt dans la journée rapporte le Daily Post ; le Vanguard parle lui de trois postes de police attaqués par des voyous "déguisés en manifestants".  Les manifestations dénonçant les violences policières et leur répression ont déjà fait une vingtaine de victimes au cours des deux dernières semaines. Le bilan pourrait très nettement s'alourdir avec la fusillade de mardi soir. 

Sur le continent américain c'est la plainte contre Google qui fait les gros titres de la presse. Des poursuites contre le géant de l'Internet pour abus de position dominante et autres violation des lois antitrust, lancées par le Parquet général américain. "C'est le défi le plus important lancé par le gouvernement à la puissance des sociétés de technologie", souligne ce matin le New York Times et "ça pourrait bien changer la façon dont le consommateur utilise l'Internet". Une société, rappelle le journal peut être considérée comme violant les lois antitrust "à partir du moment où elle met en œuvre des accords commerciaux avec clauses contractuelles restrictives pour renforcer sa position dominante" or c'est exactement ce que fait Google quand la compagnie passe des accords avec Apple ou d'autres fabricants de téléphones portables pour faire de son logiciel phare, l'outil de recherche par défaut.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Google évidement réfute l'accusation ; son juriste en chef Kent Walker assure dans une note de blog que ses contrats d'exclusivité avec Apple ou d'autres n'excluent en fait personne et que le consommateur est toujours libre de choisir son moteur de recherche. "Le problème avec cet argument, rétorque le magazine WIRED, spécialisé dans les nouvelles technologies c'est que Google paie, et paie des millions à Apple pour que son moteur de recherche soit celui par défaut utilisé sur les produits Apple. Si le moteur de recherche par défaut n'a pas d'importance et que celui de Google est simplement le choix du consommateur, pourquoi dépenser autant d'argent pour s'assurer qu'il est bien le moteur de recherche par défaut ?" demande le magazine.

20 ans après s'être attaqué à Microsoft, la Justice américaine dénonce (enfin) le monopole de Google
20 ans après s'être attaqué à Microsoft, la Justice américaine dénonce (enfin) le monopole de Google

Bref le Parquet semble tenir là un argument de poids. Mais savoir s'il sera jugé convaincant prendra sans doute quelques années. Surtout avec une société de la taille de Google, qui a les moyens de mobiliser une véritable armée d'avocats, même si elle ne pourra sans doute pas compter sur une alternance politique en novembre pour renverser la vapeur. POLITICO prévient : il y a un soutien quasi unanime de tout le spectre politique américain pour ces poursuites... "Depuis les Démocrates les plus Progressifs jusqu'aux Républicains les plus populistes et mêmes les libertariens soutiennent l'action du Ministère de la Justice contre Google, la première véritable affaire s'attaquant à un monopole depuis des décennies".

Les scientifiques ont choisi Bennu parce qu'ils pensent qu'il peut contenir quelques indices permettant de comprendre comment s'est constitué du système solaire" (The Daily Beast)
Les scientifiques ont choisi Bennu parce qu'ils pensent qu'il peut contenir quelques indices permettant de comprendre comment s'est constitué du système solaire" (The Daily Beast)

Autre territoire qui fait parler de lui dans la presse internationale ce matin c'est "Bennu",  un astéroïde qui se promène à plus de 300 millions de km de la terre et que la sonde américaine OsirisRex a réussi à aller _"gentiment brosser" ces dernières heures. C'est en  ces termes que le Wall Street Journal_ rapporte le déroulé de la mission ce matin. La sonde de la Nasa orbitait depuis deux ans autour de l’astéroïde, histoire de trouver un endroit où elle pourrait se risquer à aller collecter un peu de sa surface. "Les scientifiques ont choisi Bennu parce qu'ils pensent qu'il peut contenir quelques indices permettant de comprendre comment s'est constitué du système solaire", explique The Daily Beast ; l'astéroïde en effet semble composé des matières originelles qui ont servi à la constitution des planètes, notamment des planètes rocheuses comme la terre... Trop petit (510 mètres de long) et quasiment sans gravité Bennu n'autorisait pas vraiment le moindre atterrissage... la sonde s'est donc rapprochée jusqu'à toucher sa surface, la racler pendant quelques secondes pour prélever au moins soixante grammes de matière explique l'agence Associated Press. Le bras de la sonde a bien touché la surface de Bennu à l'heure dite, rapporte encore l'agence "mais il faudra encore une bonne semaine avant que l'on sache la quantité de matière récupéré, si même on a récupéré quoi que ce soit" sur la surface de l'astéroïde. Quant à l'analyse de ces éléments, ce ne sera pas avant le retour d'Osiris Rex : au plus tôt en 2023.

Chroniques
7H40
45 min
L'Invité(e) des Matins
Terrorisme : une histoire de la violence, avec Gilles Kepel et Annette Becker
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......