LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Times Square à New York, quasiment vide ce 31 décembre.

Nouvel An, deux ambiances

5 min
À retrouver dans l'émission

Si quelques pays - notamment en Asie - ont pu profiter du réveillon de la Saint-Sylvestre quasi normalement, les capitales occidentales ont sonné creux pour tourner la page d'une année 2020 très éprouvante.

Times Square à New York, quasiment vide ce 31 décembre.
Times Square à New York, quasiment vide ce 31 décembre. Crédits : COREY SIPKIN - AFP

Malgré la pandémie, quelques pays ont pu fêter le réveillon de la saint sylvestre quasi normalement, notamment en Asie. L'AFP relaie des images de joie et même de liesse collective, comme ce feu d'artifice gigantesque à Taipei, ce grand concert pop en plein air à Bangkok, ou encore ces images moins festives - mais non moins impressionnantes - d'une foule immense, silencieuse et masquée à Pyongyang en Corée du Nord pendant la levée des couleurs. Et puis il y a ses images en Chine - et certains y verront un message d'espoir pour cette nouvelle année qui s'ouvre - de la foule lançant des ballons dans les airs à Wuhan, la ville où il y a exactement un an, un mystérieux virus commençait à faire parler de lui.

En revanche, deux salles / deux ambiances, les photos relayées par CNN nous montrent un Londres désert, seulement troublé par le martèlement des sabots des chevaux de la police montée. Idem pour Times Square où les New-Yorkais ont du ouvrir leur télévision pour fêter le passage à 2021 avec Gloria Gaynor entonnant pour la six millième fois son tube "I Will survive", particulièrement pertinent en l'espèce vous en conviendrez. A Rome c'est également depuis leur canapé que les citoyens ont pu assister, ou non, au son et lumière de deux heures organisé dans un Circus Maximus vide. Et enfin à Dubaï, des petits carrés jaune ont été tracés à la peinture sur le sol pour que chacun puisse regarder le feu d'artifice avec son mètre carré rien que pour lui.

Oui, il y a eu du positif en 2020 

Et ce premier janvier c'est également l'heure des bilans, et tous ne sont pas négatifs, avec notamment The Independant en Angleterre, qui préfère voir le covid à moitié plein, et consacre un article au droit des animaux. Car si l'année écoulée a été rude pour l'être humain, elle a été bénéfique pour bon nombres d'espèces selon le journal. 

The Independant félicite chaleureusement le législateur français, pour avoir interdit l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques ambulants, et pour épargner aux orques et autres dauphins une vie de solitude dans les parcs aquatiques. Le quotidien applaudit également Sephora et d'autres grandes marques de beauté qui ont interdit les cils de vison, mais aussi plusieurs marques de vêtements britanniques et italiens qui ont promis de cesser d'utiliser la polaire d'alpaga.  

Dans le rayon des bonnes nouvelles encore, cette décision de justice inédite en Ecosse, où un éleveur de moutons a été reconnu coupable de cruauté envers les animaux après qu'un enquêteur l'ait filmé en train de donner des coups de poing et de pied au visage de ses bêtes pendant la tonte.  Enfin le journal britannique tire son chapeau à l'Egypte où les autorités commencent à interdire non seulement les voitures à cheval, mais aussi les promenades à dos de chameau pour aller admirer les pyramides de Gizeh et autres sites archéologiques, sans ombre et parfois sans eau.  Un ensemble de décisions qui selon l'auteur reflète le besoin urgent pour l'humain de redéfinir sa relation avec les autres espèces, loin de la domination et vers plus de respect.

Non, 2020 n'est pas la pire année de l'Histoire

Contrairement au Time Magazine, le Washington Post affirme haut et fort que 2020 n'est pas la pire année de l'histoire.  Le quotidien américain a même convoqué un panel d'historiens pour donner un classement des pires années de l'Histoire. Et 2020 finit à la 6e place, bien loin de la médaille d'or. La récompense suprême revient à 1348, qui termine loin devant toutes ses concurrentes. C'est l'année de l'apogée de la peste noir, qui fait alors 200 millions de morts, sur une planète bien moins peuplée à l'époque, quand le coronavirus a tué pour sa part 1,8 millions de personne en 2020.

1944, pour les raisons que l'on connaît, finit deuxième. Médaille de bronze pour 1816, dite "l'année sans été", avec un épisode un peu moins connu, celui de l'éruption du volcan Tambora en Indonésie qui a caché le soleil, réduisant à néant de nombreuses récoltes et affamant in fine plusieurs millions de personnes.

Alors ce classement vaut ce qu'il vaut, chacun l'appréciera à sa manière. Classer les morts et les souffrances étant évidemment d'un intérêt limité, si ce n'est celui de prendre quelque recul sur l'année écoulée, aussi éprouvante fût-elle. D'autant que selon ce panel d'historien, il est bien trop tôt pour véritablement comprendre et juger l'année qui vient de s'écouler à l'échelle de l'Histoire avec un grand H.

Les plus riches, grands gagnants de 2020

Enfin El Paìs fait un focus sur les grands gagnants de cette année 2020. Et selon le quotidien espagnol ces grands gagnants ce sont les plus riches, plus précisément les 20 personnes les plus riches de cette planète. En effet seuls trois d'entre elles terminent 2020 moins fortunées que l'an passé, au terme de 12 mois socialement et économiquement très violents.  Ensemble, les 20 plus grandes fortunes terminent l'année avec un capital commun de près de 1500 milliards d'euros, avec une hausse de 24% sur un an. Et avec 2 français dans ce top 20, Bernard Arnaud, 4e au pied du podium et Françoise Béttencourt Meyers. Tout en haut de ce classement se trouve encore Jeff Bezos, patron d'Amazon et incontestable grand gagnant des confinements à travers le monde, dont la fortune personnelle, notamment en actions, a augmenté de près de 70% depuis janvier dernier.  Et enfin le prix de la meilleure progression, le maillot du meilleur grimpeur revient au patron de Tesla, Elon Musk, dont la fortune a augmenté de près de 500% en un an. Lui qui ne faisait pas partie de ce club des 20 est directement apparu en 2e position.  A ce rythme en 2024  Elon Musk n'aura pas seulement posé un pied sur Mars, il l'aura aussi probablement achetée

Chroniques
7H40
47 min
L'Invité(e) des Matins
Alimentation : consommer autrement, domestiquer durablement, avec Valérie Chansigaud et Eric Birlouez
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......