LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Militaires vénézuéliens pro-Guaido à Caracas

Petit manuel du coup d'Etat réussi, à l'usage de Juan Guaido

6 min
À retrouver dans l'émission

La tentative ratée du vénézuélien Juan Guaido de retourner l'armée contre Nicolas Maduro repose la question : qu'est ce qui fait qu'un coup d'Etat réussit ou échoue ? Angela Merkel s'oppose à Orban et Salvini sur une alliance PPE/populistes anti-immigration. L'interprête de Chewbacca est mort.

Militaires vénézuéliens pro-Guaido à Caracas
Militaires vénézuéliens pro-Guaido à Caracas Crédits : Federico PARRA - AFP

"Comment bien réussir son coup d'Etat ?

Ca pourrait être de l'article du New York Times qui retient notre attention ce matin. Il est signé par Mark Fisher, et il part du postulat que le Vénézuélien Juan Guaido a échoué, cette semaine, a faire tomber le régime chaviste de Nicolas Maduro :  il a d'abord dit qu'il avait l'armée derrière lui, mais il ne pouvait en fait compter que sur le soutien de quelques centaines de déserteurs ; il a ensuite appelé les généraux à lâcher Maduro, mais ces derniers ont réaffirmée leur loyauté au président. 

Alors, Fisher s'interroge dans le New York Times : qu'est-ce qui fait qu'un coup d'Etat réussit... ou échoue ? 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et pour répondre, il prend pour exemple la Libye de 1969 : à l'époque, la monarchie est à bout de souffle, des rumeurs incessantes annoncent que les chefs de l'armée vont prendre le pouvoir. Du coup, quand un colonne de jeep s'empare du siège du gouvernement et annonce la fin de la royauté, personne n'est surpris, tout le monde est sûr que les militaires sont aux commandes, et dans les casernes de tout le pays on fait le ménage, pour le dire poliment, pour sécuriser le nouveau pouvoir. 

Sauf qu'une semaine plus tard, on comprend que ce n'est pas l'état-major, mais bien un lieutenant affecté aux transmissions, épaulé par quelques dizaines d'officiers de second rang, qui a organisé le putsch. L'homme s'appelle Mouammar Kadhafi, il a pris tout le monde de court, et va rester au pouvoir 42 ans. 

Tout ça pour dire, avec donc Mark Fisher, que quand on veut renverser le pouvoir, il faut arriver à créer autour de soi l'illusion de la confiance, du consensus, et de l'inévitabilité des évènements. L'auteur voit d'ailleurs une confirmation de sa théorie dans les révolutions récentes en Algérie, au Soudan, ou ce sont bien les militaires qui ont cueilli le fruit gâté du pouvoir conspué par les peuples.

Mais au Venezuela, force est de constater que ça n'a pas fonctionné, et pourtant Juan Guaido est appuyé par les Américains. Que reste-t'il, dès lors,  de cette tentative ratée de retourner l'armée vénézuélienne ?  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans The Independent à Londres, le philosophe sud-américain Oscar Guardiola-Rivera tire cette conclusion, sans appel : ce n'est décidément pas avec des médias qu'on réussit un coup d'Etat. "De la Révolution vénézuélienne promise par Guaido, il ne reste pas grand-chose d'autre qu'une gigantesque opération de relations publique, le premier putsch de l'histoire à être uniquement orchestré à l'aide de la presse, une préfiguration du coup d'Etat latino-américain à la mode du 21ème siècle" : vous affirmez aux journalistes et aux réseaux sociaux que vous avez l'armée avec vous, vous publiez comme preuve des photos soignées de militaires aux armes rutilantes, mais derrière il n'y a rien ou pas grand-chose. 

Oscar Guardiola-Rivera rappelle qu'en 1973 au Chili, la première chose que Pinochet et ses alliés, déjà les milieux d'affaires et les Etats-Unis, avaient faite pour lancer leur putsch, c'était de faire taire les médias. Aujourd'hui c'est tout le contraire qu'a tenté Guaido, mais force est de constater, pour le moment en tous cas, que ça dure depuis des mois et que ça ne marche pas. 

La jonction droite conservatrice/extrême-droite va-t'elle s'opérer à l'échelle européenne ? C'est en tous cas le souhait affiché par Viktor Orban et Matteo Salvini.

Hier le Premier ministre hongrois  recevait à Budapest le ministre de l'intérieur et leader de l'extrême-droite transalpine. A eux deux, ils incarnent cette nouvelle droite européenne radicale, europhobe, islamophobe, anti-immigration et clairement populiste dans ses discours qui n'en finit pas de bousculer l'Union européenne.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ces deux-là, hier, se sont mis en scène à la frontière hongroise, puisque c'est leur crédo de défendre l'Europe chrétienne et blanche contre les invasions migratoires. "Si la gauche l'emporte aux Européennes, l'UE va devenir un califat islamique" : la réthorique, reprise par Die Welt ourtre-Rhin, laisse peu de place à la nuance. 

Alors les deux "hommes-frontières" comme les rebaptise la télé publique allemande ARD, ont annoncé qu'ils comptaient réaliser derrière eux l'alliance de la droite conservatrice européenne, incarnée par le PPE (le premier groupe au Parlement de Strasbourg) et la nouvelle droite populiste menée (c'est en tout cas ce qu'il affirme) par Salvini.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Orban, nous rappelle la Frankfurter Allgemeine Zeitung, est membre du PPE, même si son parti le Fidesz en a été suspendu pour ses outrages anti-européens à répétition.  Mais le premier ministre hongrois est persuadé que s'il remporte les élections dans son pays le 26 mai, il sera en position de force au sein du PPE pour orchestrer le rapprochement avec Salvini et consorts. Car en parallèle,  l'italien lance avec l'AFD en Allemagne, le RN en France, le FPÖ en Autriche, leur la création d'une "Alliance européenne des Peuples et des Nations". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La jonction entre droite traditionnelle et droite extrême serait-elle donc sur le point d'advenir à l'échelle européenne ? "Moi vivante, il n'en est pas question" semble répondre la chancellière allemande. Angela Merkel, citée par Der Sipegel, a dérogé ce jeudi à la règle qui veut que l'on ne parle pas de politique intérieure quand on est en déplacement à l'étranger. Depuis Niamey au Niger, elle a donc fermement exclut hier toute coopération avec l'extrême-droite. On en reparle après le scrutin du 26 mai...     

Evoquons enfin la mémoire d'un acteur dont on ignore à peu près tout, mais dont la mort semble attrister à peu près tous les médias du globe. 

Cet acteur dont le visage souriant et l'impressionnante carrure s'étalebnt en Une de très nombreux journaux ce matin, c'est le britannique naturalisé américain Peter Mayhew. Le nom déjà ne vous dira pas grand-chose, le visage non plus... 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Peter Mayhew, nous révèle CNN est l'acteur qui incarnait, sous la fourrure, le personnage de Chewi Chewbacca, pilote de vaisseau "wookiee", hirsute mais attachant, inséparable de Han Solo/Harrison Ford dans les cinq premiers épisodes de la Guerre des Etoiles.  

On reconnaîtra avec le magazine Variety, que ce n'était pas gagné, d'accéder à la postérité avec de tels dialogues et un jeu d'acteur réduit à des gestes et postures. Mais justement, Peter Mayhem avait réussi cet exploit, et avec des mouvements corporels savamment travaillés, des inflexions de machoire ou de front, il était arrivé à rendre son Chewbacca expressif, et à en faire l'un des personnages les plus populaires de la saga Star Wars. 

C'est d'autant plus remarquable, complète le Daily Mail, que même la voix de Chewbacca, qui fait pourtant tout le côté culte du Wookie, n'était pas interprétée par Peter Mayhew : elle était reconstituée en post-production par un ingénieur du son qui mixait ensemble différents cris d'animaux. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Du coup, les nécrologies que l'on lit dans les journaux ce matin saluent surtout sa bonté d'âme, son amitié avec Carrie Fisher l’interprète de la princesse Leïa qui est décédé elle il y a deux ans et demi.  

Au fond Peter Mayhew le reconnaissait lui-même : s'il avait été choisi pour le rôle de sa vie, alors qu'il travaillais comme aide-soignant en Angleterre et était un acteur de seconde zone, c'était surtout pour sa taille. Le "grand" acteur mesurait 2 mètres 18.

Chroniques
7H40
48 min
L'Invité(e) des Matins
Manifestations : d'où vient la violence ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......