LE DIRECT
Leo Varadkar et la cheffe du Sinn Féin Mary Lou McDonald lors du dernier débat télévisé

Le Sinn Féin peut-il incarner le renouveau politique en Irlande ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Le parti de gauche irlandais Sinn Fein, ancienne branche politique de l'IRA, est en tête des sondages avant les législatives de samedi, mais il peine à affronter les fantômes de son passé terroristes qui refont surface. En Chine, la presse officielle rivalise d'infos optimistes sur le coronavirus.

Leo Varadkar et la cheffe du Sinn Féin Mary Lou McDonald lors du dernier débat télévisé
Leo Varadkar et la cheffe du Sinn Féin Mary Lou McDonald lors du dernier débat télévisé Crédits : Niall Carson - AFP

Les élections législatives, demain en république d'Irlande, et à bien y regarder elles pourraient bien bousculer les équilibres politiques.

"Une élection pour changer le visage de la politique irlandaise", voilà la thèse défendue par Mary Regan, commentatrice politique pour la chaîne publique RTé qui met les choses au point tout de suite : la chose semble plutôt mal embarquée pour le Finn Gael, le parti de centre-droit du premier ministre Leo Varadkar au pouvoir depuis 2 ans et demi. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

A 41 ans, cette sorte d'Emmanuel Macron irlandais a beau avoir incarné un temps la modernité et la libéralisation des moeurs conservatrices dans son pays, son gouvernement fait face aujourd'hui à une forte impopularité : on est au moment des bilans d'avant élection, et celui de Varadkar est décevant pour beaucoup d'Irlandais "principalement sur la santé et le logement" comme le souligne Mary Regan. En fait l'un des rares succès qui lui sont communément reconnus, c'est d'avoir plutôt bien géré le casse-tête du Brexit.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le problème pour Leo Varadkar, c'est que la campagne des législatives a tourné autour de tout... sauf du Brexit. "Le Brexit, ce non-sujet des élections", reprend Eric Albert dans son article pour le quotidien suisse Le Temps. Il nous raconte comment, au cours du dernier débat télévisé, Leo Varadkar a rappelé combien il avait bien défendu les intérêts de l'Irlande dans cette crise majeure, mais son argument est tombé à plat face à ses rivaux des deux partis de gauche, le Fianna Fail et le Sinn Féin.  

Le sujet qui préoccupe les irlandais désormais, c'est le pouvoir d'achat, et plus le Brexit.  Pire même, pour le jeune Premier ministre, à présent que l'épouvantail d'un Brexit dur semble écarté, le Fianna Fail n'a plus aucune raison de rester dans l'union sacré centre-gauche/centre-droit qui permettait au gouvernement Varadkar de conserver une majorité au Parlement.  Le parti du Premier ministre se retrouve isolé, devancé dans les sondages par les deux partis de la gauche irlandaise. Dans les colonnes du Guardian, la chroniqueuse irlandaise Una Mullally en arrive au même pronostic : l'élection de demain semble bien partie pour "enterrer le statu-quo de centre-droit en Irlande" ; il y a dans ce pays une envie de "bousculer l'establishment" qui pourrait coûter son poste à Léo Varadkar.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Cette soif de changement pourrait bien profiter au Sinn Féin. Comme nous le rappelle Eric Albert pour Le Temps, ça fait un moment déjà que l'ancienne aile politique de l'IRA s'est "réinventé comme un parti de gauche, plus social que les autres". Dans cette campagne par exemple, il propose de construire des milliers de logements sociaux pour contrer l'explosion du nombre de SDF ou encore de ramener l'âge légal de départ à la retraite de 66 à 65 ans, alors que Léo Varadkar veut le repousser à 67.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce même Sinn Féin a créé la surprise ces derniers jours en se hissant en tête des sondages. Mais ce statut de quasi-favori a au ses inconvénients et ses adversaires, pour affailblir le Sinn Féin, n'hésitent pas à appuyer là où ça continue à faire mal, à ressortir les vieux dossiers. La presse irlandaises ce matin, The Journal ou The Irish Independent pour ne citer qu'eux, fait donc ses gros titres sur un meurtre survenu en 2007, celui de Paul Quinn. Il avait 21 ans, il a été battu à mort par une bande de 10 personnes dans une grange près de la frontière avec l'Irlande du Nord, et la thèse officielle c'est qu'il s'agit d'un règlement de compte entre petits voyous... alors que tout le monde sait qu'il a été tué par des hommes de l'IRA. 

Dans The Irish Independent, le Sinn Féin se retrouve donc accusé de ne pas avoir suffisament et clairement condamné ces exactions. Et la ,journaliste Mairia Cahill de regretter le fait qu'"il aura fallu treize ans et la pression d'une campagne électorale, pour que les parents de Paul Quinn obtiennent de timides excuses du Sinn Féin, le minimum de décence humaine que l'on pouvait en attendre". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans The Irish Times enfin, l'édito du jour nous confirme que l'election de demain sera décisive pour l'évolution d'un parti aux deux visages : pour les Irlandais de plus de 40 ans c'est un vestige controversé du passé, car incapable d'en finir avec du culture du secret héritée de l'IRA, quand pour les jeunes électeurs le Sinn Féin est prêt pour incarner le changement, tant politique que social.

Comme il faut bien quelques infos positives pour terminer la semaine, nous reparlon du coronavirus chinois. 

Eh oui car au-delà du nombre des morts, des contaminés et des confinés en Chine et ailleurs, cette épidémie est une source de bonnes nouvelles pour la presse officielle chinoise qui a clairement décidé de remonter le moral du peuple. 

C'est Courrier International nous confirmait hier cette info selon laquelle le Parti Communiste chinois a mobilisé près de 300 journalistes, envoyés dans la région de Wuhan d'où est parti le virus, pour en ramener de belles histoires, édifiantes et résolument optimistes. Sur l'archipel de la propogande d'Etat, voici donc ce que j'ai repéré pour vous ces derniers jours :  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Voici donc la belle histoire d'un agent de la circulation et d'une infirmière qui auraient du se marier cette semaine mais qui ont repoussé la noce, "le plus beau jour de leur vie", pour rester mobilisés face à l'urgence sanitaire. Mais "notre amour reste intact", précise tout de même le policier, à travers son masque respiratoire, à la caméra de la chaîne Xinhua News.  

Sur la page Facebook du Quotidien du Peuple, avec ce mot-dièse "des moments qui font chaud au coeur", des vidéos de volontaires, toujours à Wuhan qui bravent les consignes de confinement pour aller secourir des animaux de compagnie restés seuls chez eux après que leurs maîtres ont été hospitalisés ou n'ont pas pu rentrer à la maison.  

Un article à nouveau du Quotidien du Peuple qui nous explique que cette épidémie, finalement, ouvre tout un monde d'opportunités nouvelles : par exemple, les entreprises chinoises dcouvrent les avantages du télétravail, puisque leurs salairés sont confinés chez eux par millions ; idem, avec ces articles sur le boom des livraisons à domicile ou des achats de consoles de jeux vidéos pour passer le temps pendant la quarantaine. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Je ne reviends pas ici sur les déclarations de fierté nationale à propos de la rapidité avec laquelle les autorités ont réussi à construire deux hopitaux en à peine dix jours pour accueillir les patients contaminés par milliers... pour l'envers du décor là aussi je vous renvoie vers le site de Courrier International... 

Et j'en termine avec cet édito daté d'aujourd'hui et à lire dans le Global Times : "Le plus efficace des vaccins, c'est la confiance" en le gouvernement chinois. Le simple fait de se sentir obligé de le rappeler en dit long sur l'état du moral national. Confiance et optimisme, "la Chine continuera à progresser", prédit enfin Xinhua News qui nous livre cette belle leçon de vie : "Pour une Nation la plus grande gloire n'est pas de ne jamais échouer, mais de se relever de ses échecs pour briller plus encore. " Croyez-moi, arriver à écrire cela pour un média officiel chinois c'est déjà aller très loin dans la remise en question.

Chroniques

7H40
43 min

L'Invité des Matins

Intégration / Désintégration : Sabri Louatah et Didier Daeninckx sont les invités des Matins
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......