LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Benjamin Netanyahou, Donald Trump, Mohammed VI

Israël : le Maroc a-t-il troqué les Palestiniens contre le Sahara Occidental ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Donald Trump a convaincu le roi du Maroc Mohammed VI de rétablir des relations diplomatiques avec Israël en échange d'une reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental. Egalement : la magie de Noël est-elle soluble dans le plexiglas et le mesures anti-Covid?

Benjamin Netanyahou, Donald Trump, Mohammed VI
Benjamin Netanyahou, Donald Trump, Mohammed VI Crédits : AFP photo/ Moroccan Royal Palace - AFP

Le Maroc normalise ses relations diplomatiques avec Israël, mais pas à n’importe quel prix.

C’est une annonce majeure qu’a faite hier Donald Trump (sur Twitter comme à son habitude) : il a obtenu du Royaume du Maroc qu’il devienne le sixième Etat du monde arabe (après l’Egypte, la Jordanie et plus récemment le Bahrein, les Emirats arabes unis et le Soudan) à reconnaître de facto Israël comme un partenaire diplomatique et économique. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et cette annonce-là doit être directement reliée à une autre, faite en quasi-simultané à la Maison Blanche : les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté complète du Maroc, sur les territoires du Sahara Occidental contesté par le peuple sahraoui et le Front Polisario. En se mettant en violation du droit international reconnu par l’ONU, note le site d’info marocain Yabiladi, Washington s’assure toutefois le soutien du roi Mohammed VI dans cette grande œuvre diplomatique que Donald Trump veut laisser derrière lui : un semblant de "paix arabe", ou en tous cas un apaisement des relations de Tel Aviv avec ses voisins plus ou moins proches. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et de fait, constate l’hebdomadaire TelQuel, avec ce mouvement opéré par le Maroc il semblerait que "la solidarité arabe [avec le combat des Palestiniens contre l’occupation israélienne] a fait son temps", remplacée par une "realpolitik" pro-israélienne. "Entre deux causes sacrées, le Sahara et la Palestine, le Maroc a fait son choix", résument froidement Mehdi Duval et Mehdi Mahmoud pour qui, qu’on le regrette ou non, la cause palestinienne n’est plus cet élément structurant qu’elle a longtemps été das les relations internationales de Tanger à Karachi.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Plus acerbe encore, dans les colonnes d’Haaretz en Israël, la journaliste Noa Landau n’y va pas par quatre chemins : ce qui s’est conclu ce jeudi entre le Maroc et Israël par l’entremise des Etats-Unis, écrit-elle, n’a "rien d’un accord de paix, c’est plutôt l’entente de deux forces occupantes", en quelque sorte "je te laisse occuper la Palestine et tu me laisse occuper le Sahara Occidental"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et c’est aussi, renchérit Ryad Hamadi pour le quotidien en ligne Tout sur l’Algérie, "le dernier fait accompli de Donald Trump sur la scène internationale" : il cède au Maroc sur la question Sahraouie pour s’assurer un succès de façade, en sachant très bien comme l’indique TelQuel que "ce sera très dur pour Joe Biden de revenir sur les annonces de Trump".

Et c’est vrai, reconnaît à son tour Seth Frantzman dans son analyse de la situation pour le Jerusalem Post, que la prochaine administration américaine va avoir fort à faire pour rendre le relais de cette politique étrangère très pro-israélienne et grêvée par toutes les conditions auquel l'Amérique aura dû céder pour convaincre chaque pays arabes de rétablir ses relations avec Tel Aviv. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et au final s’il y a un gagnant dans toute cette affaire, c’est bien Benjamin Netanyahou le Premier ministre israélien qui se félicite de la nouvelle dans le Times of Israel et promet de rétablir de liens concrets avec le Maroc "au plus vite". Les relations économiques existaient déjà, c'est un secret de polichinelle, elles seront officialisées en paticulier avec l’ouverture de lignes aériennes directes entre les deux pays. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et ça, ça réjouit David Suissa à lire dans le Jewish Journal : comme environ 10% de la population israélienne, il est originaire du Maroc, très nostalgique de cette ancienne communauté juive séfarade de Casablanca avec laquelle il espère pouvoir renouer des liens à présent. Un peu comme "un retour à la maison", cette reprise des liens diplomatiques assure David Suissa, c’est "un miracle de Hannouka", la fête juive des Lumières qui, (il n’y a pas de hasard) a justement débuté jeudi. 

Tout ça nous amène à la fête de Noël, avec des inquiétudes sur le sort de ces milliers d’hommes embauchés pour jouer les Pères Noël dans les galeries marchandes des Etats-Unis.

C’est à la BBC World que l’on doit de se préoccuper de ces travailleurs précaires et souvent oubliés derrière leur costume et leur fausse barbe… Eh bien non, qu’on se rassure, même si l’épidémie de Covid19 aux Etats-Unis est tout sauf maîtrisée, même si elle a déjà fait là-bas plus de 286 000 morts, même si comme l’écrit de manière un peu lapidaire le Washington Post "la pandémie a fait du Père Noël un risque majeur pour la santé publique", eh bien non, les "malls" américains n’ont pas renoncé aux animations commerciales avec des faux Papas Noël.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Par contre, les conditions d’exercice ont évolué, distanciation oblige : interdiction de faire des calins avec les enfants ou des photos rapprochées... D’où cette grande question posée par Silvia Martelli de la BBC : la magie de Noël passe-t-elle à travers le plexiglas ou le cellophane ? La réponse est positive, assure le responsable d’une école de Pères Noël(oui ça existe, à Atlanta en Géorgie) car dit-il, "vous ne voyez pas la barrière de plastique quand vous êtes un enfant et que vous êtes face au Père Noël, l’imagination, l’espoir et l’inspiration sont si intense, que tout ce qu’il y a autour fond immédiatemment" dans les yeux éblouis des enfants.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Nous voilà rassurés... pour les enfants en tous ; car les Pères Noël eux, "risquent littéralement leur vie pour faire leur boulot cette année", ajoute le formateur en chef nommé Santa Rick. Surtout que la plupart ont plus de 65 ans et des problème de santé inhérents à leur âge. Alors comme le dit Maura Judkis du Washington Post, "Santa Claus arrive en ville… essayons de ne pas lui refiler le Covid-19"

Chroniques
7H40
40 min
L'Invité(e) des Matins
Lola Lafon, Chloé Delaume, écrivaines féministes poing à la ligne
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......