LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Selon un sondage express CNN auprès des téléspectateurs ayant suivi le débat, 53% des Américains ont trouvé Joe Biden plus convaincant que son adversaire

"Enfin Un Vrai Débat" aux États-Unis

5 min
À retrouver dans l'émission

Le débat des candidats à la présidentielle américaine, l'avortement quasiment interdit en Pologne et la guerre au Nagorny-Karabakh font la Une des quotidiens de par le monde ce vendredi.

Selon un sondage express CNN auprès des téléspectateurs ayant suivi le débat, 53% des Américains ont trouvé Joe Biden plus convaincant que son adversaire
Selon un sondage express CNN auprès des téléspectateurs ayant suivi le débat, 53% des Américains ont trouvé Joe Biden plus convaincant que son adversaire Crédits : Chip Somodevilla - Maxppp

Difficile de l'éviter : le second débat de la présidentielle américaine Trump-Biden à Nashville il y a quelques heures fait la Une d'une bonne partie des médias ce matin de par le monde. Notamment, aux Etats-Unis.

USA Today, par exemple l'un des quotidiens le plus lu aux États-Unis et réputé plutôt centriste en politique. Sa couverture du débat est sobre : un échange certes "combatif mais bien moins virulent que lors de la précédente joute" , écrit le journal. Le débat de septembre à Cleveland avait en effet frôlé l'inaudible tant les deux hommes s'étaient écharpés. "Enfin, enfin, il y a eu un vrai débat entre le Président Trump et le candidat des Démocrates Joe Biden", écrit Sabrina Siddiqui dans les colonnes du Wall Street Journal, le titre proche des Républicains le plus important en terme de diffusion payée aux Etats-Unis. "Il y a eu consensus sur le fait que l'échange était bien mieux organisé que celui du mois dernier, poursuit-elle, notant au passage que Trump avait même félicité la modératrice, la journaliste de NBC Kristen Welker pour la manière dont elle avait tenu la chose, alors même qu'il accusait cette dernière de partialité il y a encore quelques jours".

"Enfin un vrai débat !" se félicite le Wall Street Journal
"Enfin un vrai débat !" se félicite le Wall Street Journal

Du côté des journaux penchant plutôt du côté des Démocrates, le New York Times consacre lui aussi de longs développements au débat de Nashville. Le quotidien s'est essayé à un genre un peu particulier : le commentaire analytique en direct sur son site web et notamment le "fact-checking", la vérification factuelle des affirmations des deux adversaires. Et sans trop de surprises, les journalistes du Times se sont surtout concentrés sur le candidat Trump, déjà surnommé le "menteur en série" par le quotidien. Près d'une vingtaine de contre-vérités ou d'allégations tendancieuses repérées chez Trump contre une seule pour Joe Biden. Article sans doute pas très équilibré mais qui constitue un bon résumé des enjeux politiques américains balayés au cours de ce débat.

En Europe, la Pologne fait la Une de nombreux médias, avec une décision de justice qui rend l'avortement quasiment impossible dans le pays. "Le gouvernement conservateur du PiS et quelques députés d'extrême droite avaient en effet saisi la cour constitutionnelle du pays pour obtenir un jugement définitif sur la question de l'avortement , rappelle Adam Easton, le correspondant en Pologne de la BBC ; c'était plus pratique (et moins risqué, politiquement) que d'organiser un débat au Parlement, d'autant que la majorité des juges à la Cour constitutionnelle y ont été nommés par le gouvernement PiS"

Le PiS annonce des amendements pour prendre en compte les futurs enfants handicapés, du fait de la quasi interdiction de l'avortement dans le pays
Le PiS annonce des amendements pour prendre en compte les futurs enfants handicapés, du fait de la quasi interdiction de l'avortement dans le pays

La cour constitutionnelle polonaise a donc déclaré "inconstitutionnel" tout avortement qui aurait été décidé suite à la découverte de malformations sévères du fœtus : l'un des seuls cas où un avortement pouvait encore être pratiqué dans le pays. Le gouvernement s'est empressé d'annoncer de nouvelles dispositions législatives, rapporte ce matin Dziennik ; pour "prendre dorénavant en compte les futurs enfants handicapés" qui naîtront immanquablement du fait de ces avortements devenus impossibles. 

Mais autant dire que la décision de la cour constitutionnelle, qui semble clairement avoir été pilotée en sous-main par le gouvernement, ne fait pas l'unanimité, loin s'en faut. Plusieurs milliers de manifestants se sont réunis hier soir spontanément pour protester devant le siège de la Cour, rapporte la Gazeta Wyborcza "ils se sont ensuite dirigés vers l'appartement de Jaroslaw Kaczynsky, le leader du PiS ; des rassemblements spontanés ont aussi fleuri un peu partout dans le pays et une manifestation générale a été convoquée à Varsovie pour ce vendredi 19 heures".

Avec l'interdiction quasi complet de l'avortement le gouvernement a déclaré "La Guerre aux femmes" titre la Gazeta Wyborcza
Avec l'interdiction quasi complet de l'avortement le gouvernement a déclaré "La Guerre aux femmes" titre la Gazeta Wyborcza

En 2016, plus de 100 000 Polonais et surtout Polonaises étaient déjà descendus dans la rue pour protester contre un éventuel durcissement des lois sur l’avortement. A l'époque, le gouvernement PiS avait reculé. Il est cette fois passé en force, évitant tout débat public et déléguant à la cour constitutionnelle la décision finale sur le droit à l'avortement.

En Asie, c'est le conflit arméno-azerbaïdjanais qui occupe les esprits, un conflit qui semble-t-il a déjà fait bien davantage de victimes que les deux belligérants n'en ont annoncé. A l'occasion d'une allocution publique télévisée pour le club de Valdai, Vladimir Poutine qui a confirmé être en lien quotidien avec les leaders arménien et azerbaïdjanais, a évoqué au moins 2000 morts de part et d'autre, 5000 victimes au total. "C'est bien plus que le petit millier de victimes des estimations officielles précédentes", relève la BBC.

Sur les réseaux sociaux, les "posts" de propagande - arménienne ou azerbaïdjanaise - pullulent littéralement prévient la BBC
Sur les réseaux sociaux, les "posts" de propagande - arménienne ou azerbaïdjanaise - pullulent littéralement prévient la BBC

Il faut dire que , comme dans toutes les guerres, les tambours de la désinformation battent à plein régime et qu'"Arménie et Azerbaïdjan mènent une véritable guerre de l'information à propos du Nagorny Karabakh" . L' "unité anti-désinformation et vérification des réalités" de la chaîne est allé voir ce qui pouvait bien se raconter notamment sur les réseaux sociaux et a ainsi collecté un certain nombre de mensonges flagrants, comme ces vidéos présentées comme illustrant le conflit et qui ont été tournées lors d'un exercice militaire en Russie par exemple.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La BBC prévient d'ailleurs, citant l'International Cyber Policy Center qu'il y a eu sur Twitter une démultiplication de nouveaux comptes associés aux Hashtags liés au conflit ; quant à Facebook, le réseau social a pris la décision de fermer 589 comptes liés à l’Azerbaïdjan ainsi que 7 906 pages et 447 comptes Instagram, lesquels étaient impliqués dans ce que le réseau social appelle des "comportements inauthentiques coordonnés", autrement dit : une bonne vieille campagne de propagande et de désinformation. Manière aussi de rappeler ce vieil adage, valable pour tous les conflits : "la Vérité est toujours la première des victimes de guerre".

Chroniques
7H40
44 min
L'Invité(e) des Matins
Hélène Cixous, la vie par la littérature
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......