LE DIRECT
Oleg Sentsov en 2015 lors de son procès en Russie

La presse ukrainienne annonce la libération d'Oleg Sentsov

6 min
À retrouver dans l'émission

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, emprisonné en Russie depuis 2014, prix Sakharov, aurait été libéré à la faveur d'un échange de prisonniers entre Russie et Ukraine. Un geste d'apaisement avant le sommet prévu en septembre sous l'égide de la France et de l'Allemagne ?

Oleg Sentsov en 2015 lors de son procès en Russie
Oleg Sentsov en 2015 lors de son procès en Russie Crédits : Seguei Pïvovarov - AFP

Une nouvelle réjouit la presse ukrainienne ce matin : le réalisateur Oleg Sentsov, emprisonné en Russie depuis 5 ans, aurait été libéré à la faveur d'un échange de prisonniers. 

Vous noterez que nous donnons l'information au conditionnel... mais cette précaution n'est déjà plus d'actualité dans les journaux kiéviens :  "Sentsov et une trentaine d'autres prisonniers politiques rentrent en Ukraine", écrit en grand titre de Une Ukrainska Pravda qui cite, comme source officielle, un message partagé sur Facebook par le procureur général ukrainien Ruslan Riaboshapka. Ce que dit ce message, c'est que l'échange de prisonniers russes contre prisonniers ukrainiens, tant attendu depuis hier, a bien eu lieu, au milieu de la nuit, et que Sentsov, mais aussi par exemple les 24 marins ukrainiens détenus en Russie depuis un accrochage en Mer d'Azov avec la flotte russe, sont dans un avion qui les ramène au pays, libres. 

Cette information, on ne la trouve pas encore officiellement confirmée côté russe, mais le site d'info dissident Meduza a été le premier à la prendre à son compte, avec ses propres sources, et sans conditionnel. Il faut dire que ces suppposées libération groupées ont été précédées, hier, par des signes avant-coureurs, à commencer par le regroupement d'Oleg Sentsov et des marins ukrainiens depuis leurs prisons vers un centre de détention moscovite.

Kommersant nous expliquait hier soir que les détenus devaient faire une demande écrite de grâce à Vladimir Poutine en personne, pour qu'ils soient libérables. Mais Sentsov, le plus politique, le plus médiatisé aussi, aurait longuement refusé, ne voulant pas donner l'impression qu'en demandant grâce, il reconnaissait sa culpabilité dans cette "participation à un groupe terroriste", pour laquelle il avait été condamnée, et qu'il a (bien sûr) toujours nié. 

Hier déjà également, le quotidien russe Gazeta anticipait cet échange de prisonniers, analysé comme "un geste essentiel de rapprochement comme l'Ukraine et la Russie n'en avaient pas connu depuis la fin de cette guerre froide qui les oppose depuis 5 ans". Difficile également de ne pas y voir, avec cet édito de la Gazeta, un mouvement préparatoire à ce sommet Ukraine-Russie, évoqué au dernier G7, et qui doit courant septembre relancer le dialogue de paix sous l'égide de la France et de l'Allemagne.  

A l'heure qu'il est tous les médias ukrainiens ont dépêché leurs équipes à l'aéroport de Kiev : il ne manque plus que de voir Oleg Sentsov et les autres pour pleinement croire à leur libération.

MISE A JOUR à 9h00 : après diffusion de cette revue de presse, la Présidence Ukrainienne et les Services de sécurité ont réfuté les informations selon lesquelles l'échange de prisonniers avait eu lieu la nuit dernière. Le journal en ligne russe Meduza a publié un message sur Twitter s'excusant auprès de ses lecteurs pour cette information erronée, et en Ukraine Ukrainska Pravda cite la Présidence selon laquelle "l'échange de prisonniers est toujours en cours, toute information indiquant qu'il est terminée est fausse".

Chroniques

7H40
18 min

L'Invité(e) des Matins

Les mots peuvent-ils réparer l'histoire ?
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......