LE DIRECT
Montage de Unes britanniques en ce jour de Brexit

Brexit, Jour J : le saut vers l'inconnu

4 min
À retrouver dans l'émission

La presse britannique souligne l'importance historique de ce 31 janvier où le Royaume-Uni se sépare de l'UE : "enfin", clament les journaux pro-Brexit ; "et maintenant ?" s'inquiètent les partisans du Leave ; "ce n'est qu'un au revoir", promettent les médias indépendantistes en Ecosse.

Montage de Unes britanniques en ce jour de Brexit
Montage de Unes britanniques en ce jour de Brexit Crédits : The Guardian (capture d'écran)

En ce jour historique pour le Royaume-Uni, les journaux britanniques on soigné leurs Unes.

Ces tirages-là vont rester dans les archives, on va les conserver dans les familles pour montrer aux petits-enfants un jour qu'on a vécu ça, le Brexit alias le grand saut dans le vide...  car c'est bien de cela qu'il s'agit, de l'avis assez général des journaux anglais ce matin. 

Saut dans le vide donc, ou en tous cas "saut vers l'inconnu", selon la formule choisie par le quotidien The I qui avertit : on ne sait pas au moment de quitter l'UE de quoi seront faites les futures relations politiques et surtout commerciales avec l'Europe et les Etats-Unis. Aux interrogations des lecteurs qui s'inquiètent de la validité de leur permis de conduire, de leur passeport ou de leurs droits à la sécurité sociale, The I répond qu'en vrai, les changements concrets vont intervenir début 2021, quand toutes les négociations de la "période de transition" auront abouti... si elles aboutissent à temps. 

Mais en attendant (c'est l'opinion du comédien Geoff Norcott proche du Parti conservateur toujours dans The I), il est étonnant de constater à quel point cette sortie de l'UE, qui a engendré un véritable "tribalisme" au sein de la société britannique, intervient à présent qu'il se réalise  dans un climat étrangement "calme" et en apparence "apaisé".  

D'ailleurs, note The Financial Times, ne vous attendez pas à de grandes démonstrations de triomphalisme, de la part de Boris Johnson ce soir : "les Britanniques quittent l'Union européenne, avec un mélange d'optimisme et de regret" d'après le quotidien de la City qui concentre son analyse sur les incertitudes économiques justement. Il rappelle qu'hier la Bank of England a jeté un froid sur les belles promesses du Premier ministre "en abaissant sa prévision de croissance pour les trois années à venir à son plus bas niveau depuis la fin de la seconde guerre mondiale".  

Mais il en faudrait plus pour doucher l'enthousiasme des journaux qui ont porté depuis 2016 la cause du Yes au Brexit : "Yes, we did it", nous l'avons fait, titre le Daily Express qui marque la fin de 47 années d'adhésion à l'UE en faisant la liste des directives européennes les plus bizarres ou encore en calculant la facture de ce que ces années ont coûté aux Britanniques (215 milliards de livres sterling). 

Ce soir, 23h heure de Londres, Boris Johnson va s'adresser à ses concitoyens pour leur annoncer le début d'une "ère de renouveau et de changement". "Notre heure est venue", lit-on dans le même registre en Une du tabloïd The Sun sur fond de photo de Big Ben forcément, quand The Daily Mail a choisi  les blanches falaises de Douvres sur la Manche pour illustrer la séparation d'avec le continent, comme si c'était un retour à l'état naturel des choses pour la Grande-Bretagne. 

"Une aube nouvelle se lève pour le Royaume-Uni", voilà la formule choisie par le Daily Mail pour cette Une qui contraste avec celle du Guardian qui met lui aussi les falaises de Douvres en première page... mais pour illustrer le fait que la Grande-Bretagne redevient une "petite île", seule à la marge de l'Europe. Sur la photo de Une du Guardian on voit donc une plage avec un petit chateau de sable à moitié détruit, un Union Jack piqué dessus : ce qui se passe aujourd'hui, c'est "le plus gros pari d'une génération" selon The Guardian... et forcément ça nous amène à aller voir ce qu'en dit la presse écossaise.  

"Hello, Goodbye", c'est une chanson des Beatles, mais c'est surtout en ce qui nous concerne ici le titre de Une de The Herald, quotidien publié à Glasgow. On le sait, l'Ecosse avait voté en grande majorité contre la sortie de l'UE, elle la subit aujourd'hui, mais ses journaux comme The Scotsman insistent bien sur le fait que "ce n'est qu'un au revoir", et surtout pas un adieu à l'Europe. 

Les étoiles du drapeau européen, on les retrouve aussi d'ailleurs en Une du journal indépendantiste The National qui n'hésite pas à parler d'un "vendredi noir" dans lequel luit tout de même la flamme d'un espoir pour l'Ecosse : la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a choisi cette journée particulière pour annoncer le lancement officiel d'une demande de référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, et toujours selon The National, un sondage donne une majorité pour le Yes (en l'occurence 51% tout juste). C'est toute de même la première fois que ça arrive et ça suffit au National pour se redonner l'espoir de voir un jour l'Ecosse indépendante revenir au sein de l'Union Européenne.   

J'en termine avec le seul tabloïd qui a osé un peu d'humour en ce matin lourd d'enjeu et d'Histoire : The Daily Star nous dit ceci : "Aujourd'hui est vraiment un jour historique pour notre grande nation... car c'est la fin du Dry January ! " Tous au pub, donc, pour arroser la sortie de ce mois sans alcool. Voilà qui a au moins le mérite de laisser aux Britanniques le soin de choisir s'ils boiront... pour célébrer le Brexit... ou pour l'oublier !

Chroniques

7H40
42 min

L'Invité des Matins

Londres, année 0 : le Royaume-Uni s’invente un destin
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......