LE DIRECT
Habib Essid samedi lors du vote de défiance

La Tunisie dans l'incertitude politique

4 min

La Tunisie est plongée dans l'incertitude politique après la démission annoncée du Premier ministre Habib Essid. Une motion de défiance a été votée ce week-end contre lui au parlement tunisien. Revue de presse internationale avec Sébastien Berriot.

Habib Essid samedi lors du vote de défiance
Habib Essid samedi lors du vote de défiance Crédits : maxppp - Maxppp

La presse internationale analyse ce vote de défiance en rappelant qu'au delà des critiques contre Habib Essid et son gouvernement et sur son incapacité à relever l'économie tunisienne, au delà de ça, le premier ministre est surtout la victime directe des calculs politiques du chef de l'état Beji Caïd Essebsi.

La chaîne Al Jazeera en Anglais explique qu' Essid était sous pression depuis que le président avait appelé ouvertement à la formation d'un cabinet d'union nationale au mois de juin. Le président Essebsi avait même lancé des pourparlers sur le sujet avec les partis politiques, le syndicat UGTT et le patronat.

Le journal allemand Die Welt ajoute que le chef de l'état n'a pas hésité le mois dernier à critiquer le travail du gouvernement lors d'un passage à la télévision, signe évident que le sort du premier ministre était scellé.

Officiellement cette idée de cabinet d'union nationale est présentée comme une solution aux insuffisances de la Tunisie, en matière d'économie mais aussi de lutte contre le terrorisme, mais Béji Caïd Essebsi est aussi un animal politique. La BBC sur son site internet écrit que si le premier ministre en est là aujourd'hui, c'est aussi parce qu'au fil des mois, celui qui était au départ un technocrate plutôt effacé, a commencé à se détacher des partis politiques, refusant d'obéir aux consignes, notamment sur les changements dans la composition du gouvernement.

El Pais met en avant sa confrontation personnelle avec les dirigeants de Nidaa Tounès, notamment le fils du président Hafez Caïd Essebsi. Le premier ministre a certainement payé cette attitude.

Le quotidien La Presse de Tunisie parle d'un baroud d'honneur. Habib Essid n'a pas voulu mourir debout. Il a souhaité constitutionnaliser le processus de sa révocation pour pouvoir s'expliquer et se défendre devant la représentation nationale, même si a-t-il dit je suis conscient que le vote sera contre moi.

Dans son discours le premier ministre n'a pas caché ses relations compliquées avec le président. Conscient des difficultés persistantes dans le pays, Habib Essid a rappelé quand même le travail effectué par son équipe. Sur le plan sécuritaire la Tunisie a vécu cette année son premier ramadan sans attentat et ce depuis 2012. Sur le plan économique, les prix à la consommation ont baissé en un an et demi et un plan de développement pour la Tunisie a été proposé.

Discours applaudi, la plupart des députés saluant l'intégrité et le sérieux de l'homme, mais les parlementaires n'ont pas été convaincus sur le chômage notamment et le vote de défiance a donc comme prévu été adopté.

La presse internationale remarque que la Tunisie malgré ses difficultés, malgré les tentations a montré une nouvelle fois que le respect de la démocratie était une priorité. La constitution a été respectée. Le premier ministre savait certes que le résultat du vote de défiance était connu d'avance mais il a pu se défendre devant les députés. Un expert interrogé dans le Guardian explique que le mécanisme qui a été appliqué est celui d'une démocratie parlementaire et c'est un point positif.

Le chef de l'état dispose maintenant de 10 jours pour désigner un nouveau chef d'équipe. Pour le quotidien la Presse de Tunisie, le pays "attend un homme providence pour former une équipe de sauvetage cohérente et solidaire, mais ne se fait guère d'illusion". Les calculs politiciens en effet pourraient une nouvelle fois venir perturber le travail du gouvernement. Un cabinet d'union nationale c'est clairement une manière pour le chef de l'état de limiter l'influence des islamistes d'Ennahda, majoritaires au parlement. Dans un gouvernement d'union nationale leur présence sera peut être plus diluée et moins visible.

Chroniques

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......