LE DIRECT
François Hollande et Bernard Cazeneuve à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Le meurtre d'un prêtre en Normandie sidère la presse européenne

5 min

Un assassinat dans une église, pendant l'office, par un djihadiste se revendiquant de l’État Islamique est une première en Europe. Un attentat alors que les Journées Mondiales de la Jeunesse ouvrent à Cracovie en Pologne en présence du Pape François.

François Hollande et Bernard Cazeneuve à Saint-Etienne-du-Rouvray.
François Hollande et Bernard Cazeneuve à Saint-Etienne-du-Rouvray. Crédits : Antoine Quevilly - Radio France

La veille de l'arrivée du Pape François à Cracovie, la ville de Jean-Paul II pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, ce meurtre du père Jacques Hamel dans son église en Normandie a évidemment fait réagir le Vatican.

A la une de l'Osservatore Romano, le journal du Saint-Siège, ce titre : "Le Pape bouleversé par l'assassinat d'un prêtre en France" et ce communiqué officiel du Vatican qui affirme que "François assure de sa proximité spirituelle et s'associe par la prière à la souffrance des familles ainsi qu'à la douleur de la paroisse et du diocèse de Rouen".

La Une du quotidien du Vatican ce 27 juillet 2016
La Une du quotidien du Vatican ce 27 juillet 2016

La Tribune de Genève retrace le parcours d'Adel Kermiche, le jeune tueur de 19 ans. Il a tenté par deux fois de rejoindre la Syrie l'an passé. La première fois, alors qu'il était encore mineur, il avait été arrêté à Munich, et placé sous contrôle judiciaire au domicile de ses parents à Saint-Etienne-du-Rouvray. La seconde, poursuit la Tribune de Genève, en mai 2015, il était cette fois-ci majeur, où avec un ami d'enfance, il avait été arrêté à l'aéroport d'Istanbul, avant d'être extradé en France où il avait été incarcéré puis libéré en mars dernier en portant un bracelet électronique.

La presse européenne est désemparée face à cette vague de violence.

Ainsi la Libre Belgique rappelle que si les 700 écoles juives et synagogue et plus de 1000 des 2500 mosquées de France sont protégées par l'armée dans le cadre de l'opération Sentinelle, il parait illusoire d'appliquer un même niveau de sécurité à la totalité des 45 000 églises catholiques, 4000 temples protestants et 150 lieux de cultes orthodoxes...

Un sentiment d'impuissance également dans les colonnes du journal suisse Le Temps. Pour le quotidien de Lausanne, on assiste à la démocratisation du terrorisme. Désormais, tout un chacun peut entrer en action et brandir un drapeau de l’État Islamique. Le groupe terroriste qui en s'en prenant à une église catholique, agite pour la première fois en Europe la dimension religieuse à l'encontre des Chrétiens.

Un pas de plus a donc été franchi pour El Pais. Pour le quotidien madrilène, le djihadisme a effectué en Normandie, un saut qualitatif avec l'attaque d'une église avec pour conséquence l'accentuation de la division politique en France. Mais cela s'explique, note El Pais car c'est quand même la cinquième attaque sur le sol français revendiquée par l’État Islamique depuis janvier 2015.

Et la suite inquiète également la presse européenne...

Car les journaux en sont certain, Saint-Etienne-du-Rouvray n'est pas la dernière attaque.

En Italie, la Repubblica porte un jugement sévère sur les autorités françaises. Le journal romain de centre-gauche estime que la France a agi d'une manière superficielle dans sa gestion de la menace brûlante du djihadisme qui couvait sous les cendres brûlantes de la vie quotidienne. Pour la Repubblica cette superficialité s'est vue en Normandie comme à Nice.

Une de la Repubblica ce 27 juillet 2016
Une de la Repubblica ce 27 juillet 2016

L'Espagne s'inquiète également à son tour. El Mundo rappelle que des vidéos de terroristes font état de références à l'Espagne. Le pays serait même, d'après ses services de renseignements, parmi les priorités des djihadistes dans leur recherche de déstabilisation globale. Madrid a donc renforcé la sécurité dans les zones touristiques, les aéroports et aux frontières. Mais l'Allemagne en avait également fait de même après Nice...

Conséquence de ces nombreux et horribles actes de violence pour Svenska Dagbladet, l'Europe se ferme et l'attitude envers les migrants et les étrangers se durci. Le quotidien de Stockholm illustre ce sentiment par une enquête d'opinion qui estime que la moitié des Européens pense que le risque d'attaque terroriste augmente avec le nombre de réfugiés.

Car désormais la peur parcours toute l'Europe...

La Lettonie, nous rappelle le quotidien Diena a dans ses cartons depuis quatre mois un projet de loi visant à interdire le port du voile islamique intégral ainsi que tout vêtement masquant le visage dans les lieux publics.

Pourtant la Lettonie n'a pas de communauté d'origine musulmane sur son sol. Mais ce projet de loi rapporte Diena est en préparation en vue de l'accueil en Lettonie de plusieurs centaines de demandeurs d'asile dans le cadre des quotas de migrants de l'Union européenne.

Pourtant, il faut relativiser précise à Varsovie Rzeczpospolita. Ce n'est pas en Europe que les Chrétiens sont menacés. L'an passé, 7100 Chrétiens ont été assassinés et 2406 églises attaquées dans le monde. Des attaques perpétrées par l’État Islamique, Boko Haram ou les Shebab somaliens. Rzeczpospolita qui rappelle donc que cette guerre de religion déclenchée par les fondamentalistes sunnites, avec tortures, enlèvements et massacres a lieu principalement ces dernières années en Syrie et en Irak.

Il est pourtant urgent d'agir, ici en Europe, précise le Guardian.

Même si la récente vague de meurtres rend la réponse particulièrement difficile à cause de la diversité et du manque de clarté de toutes ces attaques en France et en Allemagne.

Pour le quotidien anglais, la nature imprévisible de ces attaques et la vie souvent solitaire de leurs auteurs rendent leur prévention difficile, mais il faut agir à cause du nationalisme ambiant, du sentiment anti-migrants en hausse et du fait que les partis d'extrême droite partout en Europe, sont prêts à capitaliser chaque incident.

Réponse politique donc, mais également militaire. Le Wall Street Journal en est certain, l’État Islamique ne pourra être vaincu sans l'éradication de ses fiefs en Syrie, Irak et Libye et jusqu'à présent estime le journal américain, le combat a plus été symbolique que stratégique.

Chroniques

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......