LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Usine de transformation du sucre

L'ère du mensonge et l'art de la persuasion

5 min

Chaque matin, l’actualité vue au travers de la presse étrangère. Aujourd’hui : l'industrie du sucre a minimisé son rôle dans les maladies cardiaques ; Edward Snowden souhaite que le président américain lui pardonne.

Usine de transformation du sucre
Usine de transformation du sucre Crédits : Damien Meyer - AFP

Au milieu de la masse d’informations et alors que circulent de plus en plus de théories du complot, c'est peu de dire que les partisans de la vérité doivent aujourd’hui redoubler d'efforts pour rassembler des preuves. C'est le cas, en particulier, de ce chercheur de l'université de Californie à San Francisco dont THE NEW YORK TIMES nous apprend qu'il a récemment découvert des documents internes à l'industrie du sucre. Ces documents inédits, datant de la fin des années 1960, révèlent comment un géant de l’agroalimentaire a faussé les règles en matière de nutrition, en prétendant que les risques de maladies cardio-vasculaires n'étaient pas liés à la consommation de sucre.

Ces documents ont d'abord fait l'objet d'une publication, lundi, dans la revue JAMA INTERNAL MEDICINE avant d'être repris par l’ensemble de la presse anglo-saxonne. Et sans entrer dans les détails de cette vaste mystification (un scandale très proche, d'ailleurs, de ceux liés aux marchands de tabac), on retient que, des décennies durant, l’industrie sucrière a menti en vantant les prétendus mérites de ses produits.

Elle a menti ou plus exactement elle a réussi à nous tromper et mieux encore, à nous convaincre. Car comme l'explique un professeur de psychologie à l’université d’Austin, interrogé par le magazine QUARTZ : «Si je commence à vous dire en quoi vous avez tort, cela ne crée aucune envie en vous de coopérer. Mais si je commence par dire “vous avez raison sur ce point, je pense que ce sont des problèmes importants”, alors vous donnez à votre interlocuteur une raison de coopérer.» Et c'est ce qu'a bien compris l'industrie sucrière qui, en 1965, a lancé ce qu'elle a appelé le «Projet 226», qui consistait à financer des scientifiques de Harvard pour publier une étude dans le prestigieux NEW ENGLAND JOURNAL OF MEDICINE sur le sucre, les graisses et les maladies cardiaques. Ce faisant, sans nier les risques liés aux maladies cardio-vasculaires, l'industrie a réussit le tour de force de faire dérailler la discussion à propos du sucre. Comment ? En se contentant de minimiser le rôle du sucre dans ces pathologies, tout en incriminant à sa place le rôle du gras. De telle sorte que pendant de nombreuses décennies, les responsables de la santé ont donc encouragé les Américains à réduire leur consommation de matières grasses, ce qui a conduit beaucoup de gens à consommer des aliments à faible teneur en graisses mais, en revanche, hautement sucrés.

Parmi les plus de 700 commentaires liés à l'article du NEW YORK TIMES, LE TEMPS a notamment relevé celui-ci : ce scandale est «un exemple dégoûtant de plus du pouvoir du néolibéralisme capitaliste sur les populations». Mais surtout cette gigantesque arnaque donne raison, 350 ans plus tard, à l’inventeur de la machine à calculer et qui s’intéressait, aussi, à la psychologie humaine : Blaise Pascal. Dans “Les Pensées”, il donne en effet une méthode extrêmement efficace pour parvenir à faire changer d’avis une personne. La chose essentielle, explique le philosophe dans un fragment repéré par le site BRAIN PICKINGS, est de prendre en considération son interlocuteur et les arguments qu’il avance. Car le mépris ne fait que braquer la personne en face. En clair, il n’y a pas de raisonnement faux, dit en substance Pascal, il n’y a que des raisonnements incomplets. Envisager sous cet angle, personne ne se trompe totalement, vous vous contenter de faire entendre à votre interlocuteur qu'il ne détient simplement qu’un morceau de vérité. Et c'est ainsi qu'utilisé à des fins purement mercantiles et hautement dommageables sur la santé, un géant de l'agroalimentaire a réussit, tout en pointant les risques liés aux maladies cardiaques, à faire porter le chapeau sur les graisses saturées plutôt que sur le sucre, alors même que les deux sont des facteurs de risques tout aussi importants.

Et le magazine SLATE d'en conclure : nous sommes entrés aujourd'hui dans l’ère du mensonge, où certains n’hésitent plus, désormais, à affirmer des choses qu’ils savent pertinemment fausses. Bref, une ère où nous avons, en réalité, plus que jamais besoin de Pascal, pour changer les esprits mais dans le bon sens, cette fois-ci, c'est-à-dire en les conduisant à penser de manière plus précise et plus vraie.

Dans cette recherche de la vérité, Pascal ajoute qu’il peut être utile de bien connaître celui qu’on veut persuader

Quelle que soit la chose dont on cherche à persuader l'autre, il faut d'abord savoir à qui on s'adresse, connaître son cœur, son esprit, ses principes. Et ensuite seulement, chercher (dans la chose dont il s'agit), les rapports que cette personne entretient avec ses principes avoués.

Or c'est peu ou prou ce qu'a cherché à faire cette semaine un certain Edward Snowden. Dans une interview accordée par vidéoconférence au quotidien britannique THE GUARDIAN, le lanceur d’alerte (qui a mis au jour le système de surveillance massive mis en place par les États-Unis) a dit souhaiter que le président américain lui pardonne. La grâce est, en effet, une prérogative importante du chef de la Maison-Blanche. Et comment compte-t-il s'y prendre ? Snowden ne nie pas que son action ait pu être illégale. En revanche, l’exilé américain est convaincu d’avoir rendu un service à son pays, le Congrès, les cours de justice et même la Maison-Blanche ayant procédé à des changements de politique à la suite de ses révélations. Ou dit autrement, «Oui, il existe des lois qui disent telle ou telle chose. Mais c’est précisément pour cela qu’existe le pouvoir d’accorder le pardon, dit-il, pour les exceptions, pour quelque chose qui peut paraître illégal si on interprète la loi à la lettre, mais qui semble, en revanche, nécessaire voire vital si on y jette un regard moral ou éthique.» En d'autres termes, Snowden en appelle Barack Obama à se placer du bon côté de l’histoire. De la différence entre, d'un côté l'ère du mensonge et de l'autre, l'art de la persuasion.

Par Thomas CLUZEL

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......