LE DIRECT
D'abord activiste contre les violences policières, Erica Garner est devenue l'une des voix de l'opposition contre Donald Trump

Les personnalités (médiatiques) de l'année

5 min
À retrouver dans l'émission

A la lecture des journaux cette semaine, deux figures sortent du lot en 2017. Une troisième aurait dû en faire partie.

D'abord activiste contre les violences policières, Erica Garner est devenue l'une des voix de l'opposition contre Donald Trump
D'abord activiste contre les violences policières, Erica Garner est devenue l'une des voix de l'opposition contre Donald Trump Crédits : ANDREW BURTON - AFP

A commencer par Emmanuel Macron. Il n'y a pas qu'en France qu'il a été phénomène médiatique. Depuis son élection, il est souvent perçu par les médias internationaux comme le "leader qui a renouvelé l'espoir européen". C'est ainsi que titre le quotidien espagnol El Mundo. Un article d'analyse de la présidence française qui accompagne une interview de ce dernier. Il est au yeux du journal, "la personnalité de l'année", le visage d'une vision politique réformiste, anti populiste et profondément européenne. 

Capture d'écran du site du quotidien espagnol
Capture d'écran du site du quotidien espagnol

Une sorte de solution miracle face à l'échec des socio-démocraties un peu partout sur le continent, échecs qui divisent. De fait, il est une alternative aux discours nationalistes, ce qui justifie, en plein contexte catalan surtout, ce titre selon El Mundo. Même son de cloche Outre-Manche. The Times, qui vante les qualités d'un président qui tient ses promesses, qui fait entrer le pays dans la modernité, le fait sortir de sa "torpeur" -ce sont les mots du journaliste, notamment grâce aux privatisations et aux réformes du monde du travail. Tout cela, montrerait, selon le journal, que le centre gauche peut gouverner s'il s'allie avec le monde des affaires.

Mais, on ne trouve pas que des hagiographies d'Emmanuel Macron dans la presse. Le personnage divise... Le New York Times et le Guardian évoquent le rétropédalage du gouvernement dans l'affaire Rokhaya Diallo, journaliste et militante anti raciste dont le travail est salué aux Etats-Unis. Rokhaya Diallo virée du Conseil du numérique à cause de ses prises de position sur le racisme en France. Situation qui montre le positionnement bancal de l'Etat sur ces questions. Un discours d'Emmanuel Macron qui véhicule de l'humanité, mais qui dans les faits, explique le Washington Post, est beaucoup plus brutal. Exemple choisi à l'appui : la gestion des migrants sur le territoire. Dure, agressive. Si bien, souligne le journal, que Marine Le Pen considère qu'il s'agit là d'une victoire politique du Front national.

Il a inondé les journaux de sa présence tout l'année : Donald Trump

En cette fin d'année, les bilans et analyses pleuvent dans toute la presse mondiale. Ça passe par des choses très simples comme une revue de tweets, comme celle de CNN, très complète, ou celle de The Atlantic qui se focalise seulement sur ceux qui concernent la politique étrangère. La diplomatie par le tweet, une caractéristique de la politique de Donald Trump, et qui laisse tout le monde perplexe, voir inquiets quand il s'agit de la Corée du Nord.

Bilan aussi, un peu partout, des réformes : celles qui ont échoué, nombreuses, celles qui sont passées, rares, les promesses tenues et non tenues... A titre d'exemple, The Hill précise qu'il y a eu plus d'expulsions de migrants la dernière année du mandat d'Obama que dans la 1ère de Trump. En clair, c'est le bilan d'une Amérique n'est pas vraiment "great again" qu'on peut lire en général, excepté sur Fox News... Média conservateur pro Trump, seule source d'information du président, la seule également qui échappe au qualificatif de fake news. Chaîne du câble la plus regardée des Etats-Unis.  

Alors comment appréhender les trois prochaines années du mandat ? Comment faire vaciller l'intouchable Donald Trump ? Beaucoup de pistes à étudier dans les journaux. Al Jazeera cite la 3ème loi de Newton : "A chaque action, une réaction égale et opposée" Comme un appel aux citoyens à se mobiliser concrètement et avec force. A prendre exemple sur l'Islande qui à fait chuter son Premier ministre en 2016 suite à son implication dans les Panama Papers. Et des affaires à venir, il y en a, l'enquête du procureur Mueller sur les liens présumés avec la Russie pendant la campagne présidentielle, rappelle CNBC, ou encore, selon la Frankfurter Rundshau, les nombreuses plaintes pour agressions sexuelles qui visent Trump.

Le Washington Post, quant à lui, partage l'analyse d'un économiste vénézuélien qui vit en Europe et qui ose volontiers la comparaison avec Hugo Chávez. Ce ne sont pas les scandales qui auront raison du président américain, au contraire. "La carrière politique de Chávez, dit-il, était non seulement immunisée contre les scandales, mais elle en profitait. Car le scandale nourrit le populisme." Il n'y a que les victoires électorales qui auront raison de lui. Les élections de mi mandat en novembre par exemple, les démocrates sont pour l'instant favoris pour récupérer la Chambre des représentants et le Sénat.

Sentiment partagé par le milliardaire démocrate Tom Steyer, nous raconte Politico. Il a lancé il y a deux mois une pétition qui demande la destitution de Donald Trump. Près de 4 millions de citoyens américains l'ont signé. 4 millions de citoyens, clairement identifiés et mobilisables avec leurs coordonnées. Une ressource de données fondamentales aujourd'hui. "C'est comme ça qu'on pose les bases opérationnelles d'une campagne présidentielle", justifie ce féroce opposant. 2018 s'annonce comme une année compliquée pour lui.

Cette figure n'est dans aucun classement

Elle s'appelle Erica Garner. Son père Eric est mort asphyxié par des policiers en 2014 aux Etats-Unis. L'affaire avait fait grand bruit, l'un des symboles des violences policières et du racisme qui touche encore le pays. Ses dernières paroles "je ne peux plus respirer, je ne peux plus respirer" sont devenues l'un des slogans du mouvement Black Lives Matter. Erica Garner depuis 2014 a consacré sa vie au militantisme, aux droits civiques et à la défense des plus faibles. Elle est l'une des voix de l'opposition à Donald Trump dixit le site ThinkProgress. Tellement investie qu'elle est aujourd'hui à l’hôpital, terrassée à 27 ans par une crise cardiaque. Selon les médecins, il n'y a quasiment aucune chance qu'elle se réveille. Elle mérite d'être la personnalité de l'année 2017, elle aussi.

Revue de presse par Adrien Toffolet

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......