LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
représentation d'Amerigo Vespucci

Les voyages et la mauvaise réputation d'Amerigo Vespucci

2 min

Au tournant des 15èmes et 16èmes siècles, le navigateur florentin Amerigo Vespucci a effectué plusieurs voyages vers le "Nouveau Monde" à qui il laissera un nom : "Amérique".

représentation d'Amerigo Vespucci
représentation d'Amerigo Vespucci Crédits : ilbusca - Getty

Aujourd'hui je parlerai d'un voyageur, lecteur, héritier et compatriote de Marco Polo. Né quelque deux siècles après lui en 1454, non pas dans la lagune de Venise, mais dans la ville qui vit naitre Dante, Pétrarque et Machiavel : la république de Florence en Toscane. Le nom de ce voyageur résonne : il s'agit d'Amerigo Vespucci.
 

Tout comme Marco Polo, il a laissé une somme de textes qui relatent en tout quatre voyages, quatre traversées de l'Atlantique. Parmi eux on trouve un bref récit en latin : Mundus Novus : qui relate la découverte d’un "Nouveau Monde" au tout début du 16ème siècle, en 1501. Ces textes sont tous des lettres adressées, dont l'attribution à Vespucci reste douteuse pour certain, et leur véracité tout autant.
 

Dans le récit de ses voyages, Vespucci constate et formule l'hypothèse, audacieuse pour l’époque, que les terres qu'il vient d'aborder ne sont pas des îles du bout du monde, mais un territoire immense : un continent, un monde nouveau, habité par d'autres peuples.
 

Le nom d'Amerigo Vespucci a longtemps trainé avec lui une réputation de traitrise ou de tromperie, comme l'une des grandes usurpations de l'histoire. Gustave Flaubert la résume ainsi dans son Dictionnaire des idées reçues, à l'entrée "Amérique" : 

Bel exemple d’injustice : c’est Colomb qui la découvrit et elle tient son nom d’Améric Vespucci.

En effet, Christophe Colomb, autre voyageur, héritier, lecteur et compatriote italien de Marco Polo (mais de Gêne cette fois), pose en 1492 le pied sur une île des Caraïbes du San Salvador, sol américain découvrant ainsi les Indes occidentales. L'injustice dont parle Flaubert serait donc totale : Colomb aurait donné son nom à la seule Colombie tandis que le nom d’Amerigo donnera "Amérique" soit le nom du continent tout entier, alors que le premier est logiquement arrivé avant le second. 

Une véritable controverse a été lancée après la mort des deux navigateurs, et elle n’est pas encore terminée. Et dans le rang des anti-Vespucci : dans les rangs desquels on compte Bartholomé de las Casas, Voltaire ou Stefan Zweig, auteur d’un livre Amerigo : récit d’une erreur historique.

Le planisphère de Waldseemüller de 1507
Le planisphère de Waldseemüller de 1507

Mais alors pourquoi, dans cette guerre des découvertes est si disputée, est-ce Amerigo qui a donné son nom à l'Amérique ?
La réponse se trouve dans les Vosges, à Saint-Dié, c'est là qu'un groupe de moines cosmographes rassemblés sous le nom de « Gymnase Vosgien » élabore et dessine une nouvelle carte du monde au tout début du 16ème siècle. C’est là que Martin Waldseemüller, qui a lu les écrits de Vespucci fixe sur la carte et le papier le nom "AMERICA" sur le dessin rudimentaire du nouveau continent. Car Vespucci, à la différence de Colomb, a théorisé sa découverte, en plus d’être lui aussi arrivé dans l’actuelle Amérique on lui doit le concept de "Nouveau Monde". La carte se diffuse à travers l'Europe, et quand un nom est donné à une chose, il est difficile de faire marche arrière.  
 

La réputation de Colomb l'a finalement emportée et ses voyages sont restés plus célèbres que ceux de Vespucci. Cette concurrence des deux navigateurs tient à la fois de la guerre économique, de la lutte pour la renommée, d'une course de vitesse et d'une guerre de territoires. La course se poursuit.
 

On peut lire Le Nouveau Monde : Les voyages d’Amerigo Vespucci traduit par Jean Paul Duviols aux éditions Chandeigne.
 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......