LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'actrice Marlène Dietrich, pendant le tournage du film "Morocco" de Joseph von Steinberg, 1930.

Les garçonnes étaient-elles les premières féministes?

58 min
À retrouver dans l'émission

De Colette à Georges Sand en passant par Marlène Dietrich, la garçonne incarne un mode de vie qui s'accompagne d'un style qui émancipe la femme des codes traditionnels de la séduction. La "femme en pantalon" symbolise alors la contestation du rôle social assigné aux femmes.

L'actrice Marlène Dietrich, pendant le tournage du film "Morocco" de Joseph von Steinberg, 1930.
L'actrice Marlène Dietrich, pendant le tournage du film "Morocco" de Joseph von Steinberg, 1930. Crédits : Getty

Matthieu Garrigou-Lagrange s'entretient avec Christine Bard, enseignante d'histoire contemporaine à l'Université d'Angers et spécialiste de l'histoire des femmes, du genre et du féminisme, et notamment auteure de Les garçonnes: modes et fantasmes des années folles, publié en 1998 et réédité en 2021 aux éditions Autrement. 

Utiliser les codes du masculin pour émanciper la femme

La garçonne nous apparaît comme un symbole d’émancipation et de liberté. Cette attitude à laquelle correspond une mode bien précise façonne l'image d'une femme "rebelle" qui brave les représentations traditionnelles. Cela ne va pas sans quelques contradictions. À la fois hyper-féminine le soir et androgyne le jour, la garçonne remet en question le genre bien avant les gender studies. La silhouette féminine change : les jambes se découvrent jusqu’aux genoux, les gaines remplacent les corsets et l'on valorise davantage la petite poitrine.

Objet de fantasmes et de craintes, les plus conservateurs la voient comme l'héritière de la prostituée, de la tribade, de l’hystérique ou de la nymphomane. Elle serait même à l'origine de l’homosexualité masculine. La garçonne apporte aussi son lot de nouvelles contraintes puisqu'avec l’émancipation des femmes, la mode créé l'injonction d’être mince et d’avoir l’air jeune. Par ailleurs, si la garçonne arbore des pantalons et la coupe au carré, elle invente aussi une nouvelle féminité, avec bijoux en ivoire, boîte à cigarettes et fume-cigarette en onyx. Ainsi, la sensualité reste toujours de vigueur, bien que ce corps qui se dénude, perd en même temps peu à peu son caractère pornographique.

Ce que nous pourrions considérer comme une "virilisation" de l'apparence des femmes est en fait bien plus complexe qu'il n'y paraît. Ce qui est certain, c'est que cela révèle une évolution de la place des femmes dans la société dans ce début du XXe siècle, puisque les femmes commencent à se faire connaître à des postes importants avant que la guerre ne vienne définitivement mettre en avant leur présence dans la classe laborieuse.

Chroniques
15H54
3 min
La Pièce jointe
La grève des femmes dans la série "Peaky Blinders"
Intervenants
  • Professeure à l'université d'Angers, spécialiste de l’histoire des femmes et du genre.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......