LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Faut-il faire l'impasse sur le gaz de schiste en France ?

57 min
À retrouver dans l'émission

Une exploitation de gaz de schistes sur le gisement de Marcellus en Pensylvanie (USA)
Une exploitation de gaz de schistes sur le gisement de Marcellus en Pensylvanie (USA) Crédits : Radio France

Exploité depuis une vingtaine d’années surtout aux Etats-Unis, le gaz de schiste a fait sont entrée récemment et bruyamment dans le débat public en France. Contrairement à celui qui est contenu dans des poches souterraines, ce gaz naturel provenant de la matière organique décomposée est piégé dans des roches poreuses. Il est donc beaucoup plus difficile de l’extraire. Pour y parvenir, la technologie la plus utilisée est celle de du forage horizontal ou vertical associé à la fracturation hydraulique. Cette technique consiste à injecter de l’eau sous haute pression à partir du puits afin de provoquer des microfissures dans la roche et de libérer ainsi le gaz qu’elle contient. De nombreux additifs sont introduits dans les quantités importantes d’eau utilisées pour la fracturation : sable, biocides, détergents et lubrifiants. Outre la multiplication des puits de forage, c’est le recours à cette fracturation hydraulique qui soulève le plus de critiques car elle présente des risques de pollution des nappes phréatiques. Sans parler des fuites de gaz dans l’atmosphère et des risques de tremblements de terre..

Carte des gisements connus de gaz de schistes dans le monde
Carte des gisements connus de gaz de schistes dans le monde

Face à l’impact du gaz de schiste sur l’économie américaine et aux ressources importantes détectées dans de nombreux pays comme la Pologne en Europe, la France s’interroge. Tout le problème est de déterminer si le jeu en vaut la chandelle. Pour cela, il faut répondre à deux questions : Les ressources du sous-sol français en gaz de schiste, mal évaluées pour l’instant, sont-elles suffisantes pour être exploitées ? Les techniques d’extraction peuvent-elles être perfectionnées pour éviter les pollutions environnementales. Pour l’instant, la situation semble bloquée en France depuis l’abrogation, en octobre 2011, de trois permis de recherche de gaz de schiste.

La fracturation hydraulique
La fracturation hydraulique

Les questions : La Commission nationale d'orientation, de suivi et d'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux, crée en juillet 2011, a remis son rapport en février 2012. Que préconisent les experts qui en sont les auteurs ?

L’exploitation du gaz de schistes induit-elle des risques avérés de pollution des nappes phréatiques et de déclenchement de tremblement de terre ?

Comment la France peut-elle sortir du blocage actuel sur les gaz de schistes, blocage qui ressemble à celui qui existe sur les OGM puisqu’il conteste même les recherches dans ce domaine, ce qui apparaît en opposition avec le principe de précaution ?

Le savoir faire français en matière d’exploitation pétrolière peut-il être un atout et conduire à la mise au point de techniques non polluantes pour l’extraction des gaz de schistes ?

Une coopération européenne dans ce domaine ne serait-elle pas bienvenue ?

Les invités: Christophe Didier , directeur adjoint des risques sols et sous-sol de l’Institut national de l’environnement et des risques (INERIS).

Max Falque , délégué général de l’ICREI (Centre International de recherche sur les problèmes environnementaux),

François Kalaydjian , directeur adjoint du Centre de résultats Ressources d'IFPen,

Romain Porcheron , chargé de campagne sur la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise pour les Amis de la Terre


Vidéo:

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......