LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Fukushima un an après : quel bilan, quelles leçons ?

57 min
À retrouver dans l'émission

Douze mois ont passé et on ne parle plus guère des réacteurs nucléaires de Fukushima. Pourtant, trois d’entre eux restent en fusion. Il s’agit là de l’une des conséquences les plus dramatiques et les plus durables à la suite du tremblement de terre de force 9 qui s’est produit le 11 mars 2011 au large des côtes nord-est de l’île de Honshû et qui a été suivi par un tsunami dévastateur faisant plus de 20 000 victimes. Le tsunami a inondé 4 des réacteurs nucléaires de la centrale de Fukushima 1. Privés de refroidissement, ces réacteurs ont engendré des dégagements d’hydrogène qui ont provoqué plusieurs explosions dans les réacteurs 1, 3 et 4 de la centrale. Le cœur des réacteurs 1,2 et 3 a fondu. La lenteur de la réaction et la désorganisation de l’exploitant, Tepco, ont contribué au rejet massif de particules radioactives dans l’atmosphère et de grandes quantités d’eau contaminée dans l’océan.

Par chance, les vents dominants ont conduit le nuage radioactif vers le nord-ouest de la centrale et non vers le sud-ouest, la direction de Tokyo située à 225 km de la centrale. Néanmoins, il semble que l’évacuation des quelque 40 millions d’habitants de l’agglomération de la capitale japonaise ait été envisagée. Un an après la catastrophe, les images provenant de Fukushima montrent que les bâtiments des réacteurs restent loin d’avoir été nettoyés. Les cœurs de réacteurs restent en fusion, même si leur puissance continue à décroître lentement. Au Japon, l’électricité nucléaire fait aujourd’hui débat, comme le montre un éditorial récent de l’Asahi Shimbun , l’un des plus grands quotidiens du pays, qui note qu’en mai prochain, plus aucun des 54 réacteurs nucléaires du Japon ne fonctionnera.

Dans quel état se trouve aujourd’hui la centrale de Fukushima ?

Combien de temps faudra-t-il pour stopper la fusion des cœurs de réacteurs d’une part et démanteler la centrale d’autre part ?

Quelles conséquences a eu cette catastrophe sur la conception de la sureté des centrales nucléaires françaises ?

Après Fukushima, comment concevoir l’avenir du nucléaire en France et dans le monde ?

Avec Thierry Charles , directeur de la sûreté à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), Charlotte Mijeon , porte-parole de Sortir du nucléaire , Jean-Christophe Niel , directeur général de l’ASN, Olivier Blond , directeur des publications de la Fondation Goodplanet , qui a dirigé Après Fukushima. Quelles énergies pour demain ? (Editions de la Martinière/ Courrier International, 2012).

Intervenants
  • Délégué spécial à la lutte contre la pollution de l'air en île de France, conseiller régional
  • Directeur de la sûreté à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)
  • une des portes paroles du réseau Sortir du nucléaire
  • directeur général de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......