LE DIRECT

La France peut-elle se passer de la recherche sur les OGM ?

57 min
À retrouver dans l'émission

Champ anti-OGM dans l'Yonne, à quelques kilomètres d'Auxerre, en mars 2009
Champ anti-OGM dans l'Yonne, à quelques kilomètres d'Auxerre, en mars 2009 Crédits : Benoît Derrier - Radio France

Une émission enregistrée en public au studio 106 de Radio France, en partenariat avec l'IHEST.

Les organismes génétiquement modifiés, les OGM, arrivent probablement en tête des sujets scientifiques qui ont engendré un conflit profond au sein de la société française. En réalité, l’essentiel du débat ne concerne pas les OGM en général mais une famille d’entre eux, les plantes OGM dont nous allons parler aujourd’hui. Depuis le milieu des années 1990, l’introduction de telles plantes est associée à une entreprise américaine emblématique, Monsanto, dont les pratiques commerciales ont provoqué de violentes réactions dans de nombreux pays. Ainsi, c’est encore elle qui fait l’actualité aujourd’hui avec le désaccord entre l’Union européenne et le gouvernement français au sujet de la culture, en France et en Europe, d’une variété de maïs génétiquement modifié, le Monsanto 810.

La ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, s’est engagée à obtenir l’interdiction pure et simple de cette culture. Une telle mesure avait été prise par la France en 2008 mais elle a été invalidée par la Cour européenne de justice et le Conseil d’Etat. Cette affaire illustre l’affrontement de deux camps : d’un coté, les agriculteurs et les chercheurs favorables à la culture et à la recherche sur les OGM, de l’autre les mouvements écologistes qui y sont totalement opposés. Les affaires d’arrachage de champs de maïs sont régulièrement jugées par les tribunaux. L’une d’entre elles, celle de l’arrachage en 2010 de 70 pieds de vigne OGM cultivée en plein champ par l’INRA, près de Colmar, a défrayé la chronique car elle visait une recherche sans aucun lien avec Monsanto.

Quelles sont les conséquences de cet affrontement au sujet des plantes OGM en termes de recherche française dans le domaine des biotechnologies ?

Pourquoi cette recherche, au niveau international, n’a-t-elle pas conduit à la création d’OGM dont l’utilité pour la société soit plus convaincante que celle des semences de Monsanto ?

En d’autres termes, que sont devenues les promesses d’OGM capables de permettre à l’agriculture de nourrir les 7 milliards d’habitants de la planète ?

Telles sont les questions que nous allons aborder aujourd’hui dans cette émission de Science Publique enregistrée en public le 21 février 2012, dans le studio 106 de la Maison de la Radio. Et nous allons poser ces questions à nos invités avec le concours de notre partenaire pour les émissions en public de Science Publique , l’Institut des hautes études pour la science et la technologie, l’IHEST dirigé par Marie-Françoise Chevallier Le Guyader.

Invités: Philippe Chalmin , professeur d’économie à Paris-Dauphine.

François Houllier , directeur général délégué à l’organisation, aux moyens et à l’évaluation scientifique de l’Institut national de la recherche agronomique, l’INRA

Jean-Christophe Pagès , président du comité scientifique du Haut Conseil des Biotechnologies ( HCB).

Joël Spiroux de Vendomois , docteur en médecine générale et en environnement, président du Comité de recherche et d’informations indépendantes sur le génie génétique, le CRIIGEN.

Retrouvez Science Publique sur Facebook
L'enregistrement de Science Publique au studio 106 se prolonge avec 30 minutes de questions du plubic à nos invités. Vous pouvez écouter cette seconde partie de l'émission ici:

Écouter
32 min
Écouter

Vidéos:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......