LE DIRECT

La mobilité urbaine est-elle dans une voie sans issue ?

1h
À retrouver dans l'émission

Mardi dernier, 27 mai, Nicolas Sarkozy a annoncé que l'Etat allait financer la RATP à hauteur de 250 à 300 millions d'euros dans la modernisation de la ligne A du RER. Cette ligne, la plus fréquentée du monde avec 1,1 million de voyageurs par jour, est aujourd'hui saturée. La RATP devrait compléter cet investissement pour atteindre les 500 millions d'euros. Aux heures de pointe, elle envisage d'avoir recours à des rames à deux niveaux et de passer de 24 à 27 trains à l'heure. Le même jour, le 27 mai, Guillaume Pepy, président de la SNCF, présentait un plan d'action de 100 millions d'euros pour améliorer le fonctionnement de la ligne D du RER et réduire les retards d'au moins un tiers d'ici 2009. Parallèlement, la ligne 13 du métro parisien se révèle totalement saturée et d'autres lignes, la 1, la 4, la 6 ou la 7, pourraient se retrouver rapidement dans la même situation. Que se passe-t-il dans le transport urbain ? Les parisiens et autres « commuters », ces banlieusards qui viennent travailler à Paris, sont de plus en plus souvent soumis à une torture quotidienne dans les transports publics. Pourtant, on aurait pu croire ces derniers sous-utilisés tant la mairie de Paris à dépensé d'effort et d'argent pour décourager la circulation automobile dans la capitale. Or, ceux qui abandonnent leur automobile et contribuent ainsi à réduire la pollution et à lutter contre le réchauffement climatique, se retrouvent pris au piège de RER et de métro saturés ou régulièrement retardés. Au point de conduire Benoit Hopquin, journaliste au Monde à titrer son article paru le 9 avril dernier : « Les naufragés de la ligne 13 » . Il y rapporte les propos d'un voyageur: « On laisse passer un métro, puis un autre. Finalement, on se lance. On pousse, on lutte, on se trouve un espace vital dans la bétaillère » . Comment en est-on arrivé là ? Par rapport à une telle situation pour ceux qui travaillent, le succès populaire du vélo en libre service tel que le Velib'à Paris ne relève-t-il pas du gadget qui masque les véritables problèmes de la mobilité urbaine ? Dans ce domaine, est-on parvenu à une impasse et quels sont les moyens d'en sortir tout en préservant l'environnement ?

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......