LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'énergie nucléaire, jusqu'à quand ?

1h
À retrouver dans l'émission

Minerai d'uranium
Minerai d'uranium
Minerai d'uranium © DR La révolution de l'uranium commence... en 1789, avec la découverte de ce minerai par le chimiste prussien Martin Heinrich Klaproth. Mais c'est à partir d'une autre découverte, celle qu'un chimiste français réalise par hasard plus d'un siècle plus tard, en 1896, que l'uranium amorce son entrée dans notre vie quotidienne. Henri Becquerel met en effet en évidence les propriétés radioactives de ce minerai en observant qu'il impressionne des plaques photographiques. Ensuite, il faut attendre 1938 et la découverte de la fission de l'uranium pour que cet élément commence à devenir un composant essentiel des stratégies militaires mais également de la production d'électricité, particulièrement en France. En fait, tout commence aux Etats-Unis avec la mise en service de la première centrale nucléaire en 1951. L'Union soviétique suit en 1954, le Royaume-Unis en 1956 et la France en 1957 avec la centrale de Chinon En 1945, la production mondiale d'uranium ne dépasse guère les 500 tonnes. Avec le démarrage du nucléaire civil, elle bondit à 70 000 tonnes en 1980 avant d'être divisée par deux depuis 1994. Elle varie désormais entre 30 000 et 37 000 tonnes par an. Au total, entre 1945 et 2003, ce sont environ 2,2 millions de tonnes d'uranium qui ont été produites dans le monde. Mais, depuis 1992, la capacité de production est inférieure aux besoins en uranium des centrales. Et l'écart a tendance à se creuser au fil des années. Pourtant, cet écart entre production et consommation ne provoque pas encore de pénurie. En effet, des stocks considérables d'uranium ont été constitués pour les besoins militaires et ont progressivement été utilisés par les usages civils. Ainsi, les centrales nucléaires vivent aujourd'hui largement sur ces réserves. On estime que seulement 1,5 million de tonnes ont été consommées sur les 2,2 millions de tonnes produites depuis le début de l'exploitation de l'uranium. Que peut-on dire aujourd'hui des réserves mondiales d'uranium ? La fin de ces réserves entrainera-t-elle rapidement l'arrêt de toutes les centrales nucléaires ? Au moment où des pays comme la Chine et l'Inde connaissent une explosion économique et où le nucléaire apparaît comme une énergie propre capable de freiner le réchauffement de la planète, la demande d'uranium ne va-t-elle pas exploser ? Et cela ne va-t-il pas accélérer le tarissement de cette ressource non renouvelable ? Sin, à la fin annoncée du pétrole s'ajoute celle de l'uranium, sur quelles sources d'énergie alternatives pourrons-nous compter pour les prochaines décennies ?
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......