LE DIRECT

Les nanos sont-elles toxiques?

56 min
À retrouver dans l'émission

Engrenage moléculaire réalisé en fullerènes
Engrenage moléculaire réalisé en fullerènes

Les nanotechnologies visent la conception, la production et l’utilisation d’objets réalisés à l’aide de particules à l’échelle nanométrique. C’est à dire dont la taille est de l’ordre du nanomètre, soit 10-9 mètre, soit un millième de micron ou un millionième de mm... En entrant dans le monde des nanos, nous pénétrons dans l’infiniment petit et, de ce fait, dans l’invisible à l’œil nu. L’emblème des nanotechnologies reste le nanotube de carbone identifié en 1996 après la découverte des fullerènes, une nouvelle forme de carbone, par trois chercheurs en 1985. Depuis, les nanos alimentent à peu près à part égale les espoirs et les craintes. Fin 2009 et début 2010, le débat public organisé en France sur ce sujet a illustré ces deux faces des nanos. Les opposants ont alors réussi à boycotter les réunions publiques en dénonçant le caractère évangéliste de l’opération. Science publique en a alors rendu compte.

Aujourd’hui, les nanos s’inscrivent toujours dans la liste des technologies très controversées en France, avec le nucléaire, les OGM ou le gaz de schiste. En particulier, leur caractère invasif est dénoncé par ceux qui estiment que la taille infiniment petite des particules ouvre la porte à une dissémination non contrôlée. Certaines poussières comme les suies produites par les moteurs diesel ont été classées comme cancérogènes par l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS, en 2012.

La molécule fullerène à l'origine du développement des nanotechnologies
La molécule fullerène à l'origine du développement des nanotechnologies

L’image des nanos se complique en effet du fait de la coexistence entre les particules volontairement conçues et produites par les industriels à cette échelle et celles qui résultent de certains processus. On les trouve ainsi dans la pollution de l’air, des fumées industrielles à celle des feux de bois, en passant par les particules fines des moteurs diesel ou la fumée de cigarette. D’où les questions posées en matière de toxicité des nanos.

  • Est-il possible aujourd’hui de délimiter le périmètre précis de ce que l’on nomme « nanotechnologies » ?

  • Les nanoparticules sont-elles soumises aux tests de toxicité imposés aux produits chimiques depuis l’adoption par l’Europe, en 2006, du règlement REACH ?

  • Est-il possible de contrôler la dissémination des nanoparticules et, si oui, comment ?

  • Peut-on établir un rapport bénéfice/risque dans ce domaine ?

  • Quel est l’impact des enjeux économiques et des lobbies industriels sur l’information du public en matière de nanotechnologies ?

Vidéo :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Biologiste, Directrice du Programme Transversal Toxicologie au CEA
  • chercheuse au CNRS, responsable de l'équipe "Normativités et nouvelles technologies" du Centre d'Etudes pour la Coopération Juridique Internationale (CECOJI) et responsable du Bureau Nanosciences et Société du Centre de compétences en nanosciences
  • professeur à l'Université Paul Sabatier de Toulouse III, Conseiller scientifique et co-créateur de Pylote SAS et co-créateur de Chromalys SAS;
  • co-fondateur d’Avicenn et responsable confédéral santé au travail à la CFTC . Épidémiologiste dans un service de santé au travail.
  • auteur de Psychotropes et tueries de masse, chez Actes Sud - 2019
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......