LE DIRECT

Les technologies de surveillance menacent-elle la démocratie ?

1h
À retrouver dans l'émission

Des caméras de surveillance dans une rue de Londres.
Des caméras de surveillance dans une rue de Londres.
Des caméras de surveillance dans une rue de Londres. © DR ** Emission initialement prévue pour une diffusion le 11 avril dernier ** L'actualité regorge d'informations qui révèlent les dérives de l'utilisation des technologies de surveillance. La semaine dernière, on apprenait que des caméras de videosurveillance espionnaient les employés d'une grande entreprise de la distribution, l'allemand Lidl. Les enregistrements de caméras invisibles étaient dépouillés par des détectives qui consignaient des informations sur la vie privée des salariés. Le magazine Stern a été jusqu'à comparer ces méthodes à celles de la Stasi, la police politique de l'ex Allemagne de l'Est. Cette semaine, ce sont les personnes coupables de vol ou de dégradation des vélos en libre service à Paris, les Velib', qui vont être fichés avec tous les risques d'erreurs dans l'identification des véritables responsables que cela comporte. L'informatique et l'électronique sont ainsi de plus en plus souvent mises au service de la surveillance des citoyens. Certes, la Commission informatique et liberté veille. Mais le pouvoir réel d'intervention de la CNIL est limité par la loi de 2004 et par ses moyens humains réduits à une centaine de personnes. Or, les technologies de surveillance ne cessent de se sophistiquer. Caméras avec identification des visages, contrôle d'accès biométriques, puces communiquant par radio... les tentations de soumettre l'ensemble de la population à un espionnage de plus en plus automatisé se multiplient. Or, depuis le 11 septembre 2001, la lutte contre la menace terroriste semble en mesure de justifier toutes les violations de la vie privée des citoyens. Les informations collectées par les systèmes de surveillance sont capables de reconstituer chacun de leurs gestes. Et l'absence de réaction du public ne peut que favoriser les dérives. D'autant que la complexité et la puissance des nouvelles technologies dans ce domaine, à l'image des puces RFID, complique la prise de conscience. Sommes-nous en train de construire une société orwellienne ou bien cette crainte relève-t-elle du fantasme et de la paranoïa ? Quels sont les véritables risques que fait planer sur la vie privée le développement de technologies de surveillance de plus en plus sophistiquées ? L'information des citoyens est-elle aujourd'hui suffisante pour qu'ils conservent le contrôle des conséquences de l'utilisation des nouvelles technologies de surveillance?
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......