LE DIRECT

Peut-on rester lucide en rêvant ?

1h
À retrouver dans l'émission

Michel Jouvet, découvreur du rêve paradoxal
Michel Jouvet, découvreur du rêve paradoxal
Michel Jouvet, découvreur du rêve paradoxal © CNRS Il y a 50 ans, en 1958, le neurophysiologiste français Michel Jouvet découvrait une nouvelle période du sommeil. Cette période se caractérisait par une intense activité cérébrale, proche de celle de l'état éveillé, associée à une absence totale de mouvements musculaires et à un sommeil très profond. Cet étrange état dans lequel les yeux du dormeur s'agitent tandis que son corps devient mou, Michel Jouvet le baptise alors « sommeil paradoxal ». Sa découverte marque le début d'une série de recherches sur le rêve du chat et de l'homme, en particulier. Ces travaux conduisent à la mise en évidence de la relation entre le sommeil paradoxal, qui occupe environ le quart d'un cycle de sommeil, et le rêve. Des études montrent alors qu'un animal privé de sommeil paradoxal meurt au bout d'un mois. Cette découverte majeure permet de scinder chaque cycle de sommeil, qui dure environ 90 minutes, en cinq phases dont le sommeil paradoxal est la dernière. Si, dans cette phase, le cerveau est presque aussi actif que lorsque nous sommes éveillés, on comprend qu'il puisse engendrer la plupart de nos rêves. Pour autant, les mystères de rêves eux-mêmes restent loin d'être élucidés. Ainsi, certaines personnes affirment être capables de devenir conscientes à l'intérieur de certains de leurs rêves. Elles parlent alors de rêves lucides. Et elles déclarent conserver des souvenirs particulièrement précis de tels rêves et, même, de pouvoir agir sur leur déroulement. On pense alors aux ouvrages de Carlos Castaneda dont le dernier, publié en 1993, s'intitule « L'art de rêver. Les quatre portes de la perception de l'univers ». Pour cet écrivain, initié par le sorcier Yaqui mexicain don Juan, le rêve permettrait d'accéder à des mondes parallèles aussi réels que le notre. Mais personne, semble-t-il, n'a pu déterminer si l'oeuvre de Carlos Castaneda relève du récit ou de la création littéraire. En revanche, au cours de l'histoire, on relève plusieurs témoignages plus scientifiques. Rêveur lucide lui-même et fondateur du Lucidity Institute au centre de recherche sur le sommeil de l'université de Stanford, le physiologiste américain Stephen LaBerge, cite les cas d'Aristote, de Descartes, du marquis Hervey de Saint-Denys au 19ème siècle ainsi que du néerlandais Fredérick Willems Van Eeden et de l'anglais Havelock Ellis, au début du 20ème siècle. Dans un article publié en décembre 1996 dans un numéro hors série du magazine Science et Avenir, Stephen LaBerge conclut son exposé en écrivant : *« Le rêve lucide pourrait bien être le phénomène le plus paradoxal du sommeil paradoxal »* . Que se passe-t-il concrètement pendant un rêve lucide ? S'agit-il d'un don ou d'une pratique que l'on peut développer volontairement ? A quoi peut servir le rêve lucide et présente-t-il certains risques ? Cet état surprenant peut-il avoir des vertus thérapeutiques et peut-il se rapprocher d'autres états intermédiaires de la conscience tels que le rêve éveillé ou l'hypnose ?
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......