LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Quelles sont les épidémies qui nous guettent ?

1h
À retrouver dans l'émission

Une affiche présentée par l'exposition Epidemik
Une affiche présentée par l'exposition Epidemik
Une affiche présentée par l'exposition Epidemik © Cité des Sciences Par un étrange phénomène d'amnésie collective, rares sont ceux qui, parmi nous, se souviennent de la dernière pandémie de grippe dite « espagnole » qui a ravagé le monde en provoquant 30 à 40 millions de morts. Pourtant, ce phénomène ne remonte qu'à, exactement, 90 ans. Il s'est produit pendant l'hiver 1918-1919 et a fait plus de 400 000 victimes en France. L'état de guerre d'alors a conduit à passer sous silence une épidémie qui affaiblissait la France. Au niveau mondial, elle a pourtant été responsable de 3 à 4 fois plus de victimes que la première guerre mondiale en touchant à la fois la Chine, d'où le virus semble provenir, puis les Etats-Unis et l'Europe. Ce virus est baptisé H1N1, un nom qui, lui, ne nous semble pas étranger. Il ressemble en effet au H5N1 de la grippe dite « aviaire » qui, depuis plusieurs années, sème la terreur sur la planète en raison du risque de mutation de ce virus asiatique et de son passage des oiseaux à l'homme. En réalité, le risque d'une nouvelle pandémie mortelle fait partie des épées de Damoclès qui sont suspendues au dessus de nos têtes, au même titre que les tremblements de terre majeurs, les orages solaires dont nous avons parlé la semaine dernière ou de la collision avec une météorite géante. Avec une composante particulière : il ne s'agit pas d'un phénomène purement naturel. L'homme joue en effet un rôle majeur dans le déclenchement d'une pandémie. Il est probable que, déjà en 1918, ce sont les déplacements des populations qui ont permis au virus de la grippe espagnole de se propager à travers la planète. Depuis, les échanges internationaux ont explosé et, avec eux, les risques de contamination rapide des cinq continents. On prend la mesure de la difficulté avec le Sida. Demain, ce sera peut-être la tuberculose, le SRAS ou la grippe aviaire qui provoquera une pandémie majeure. Comment nous préparer à la prochaine épidémie mortelle ? Sommes-nous en mesure de résister à une telle attaque d'un virus devenu, brusquement, extrêmement dangereux pour l'homme ? Plus de 120 ans après la découverte du vaccin par Pasteur, la médecine est-elle en mesure d'endiguer une nouvelle pandémie ? Qu'en est-il également de la résistance croissante des bactéries aux antibiotiques qui datent, eux, de 1928 avec la découverte de la pénicilline? **Une émission réalisée à l'occasion de l'exposition Epidemik qui se tient à la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette, à Paris, jusqu'au 16 août 2009. **
Intervenants
  • Professeur émérite d’histoire de la santé à l’Ecole des hautes études en santé publique
  • journaliste à Slate.fr et docteur en médecine, auteur du blog « Journalisme et santé publique »
  • Épidémiologiste et professeur de santé publique à l'université de Genève, directeur de l'Institut de santé globale à la faculté de médecine de l'université de Genève
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......