LE DIRECT

Recherche à l'université: Comment la France peut réussir face à la concurrence internationale ?

57 min
À retrouver dans l'émission

Escalier d'une tour de Jussieu
Escalier d'une tour de Jussieu Crédits : - Alexandre Duret-Lutz

Alors que la France est souvent friande de classements, celui qui est réalisé depuis 10 ans par une équipe de chercheurs de l'université Jia-Tong de Shanghai depuis une dizaine d'années est souvent critiqué, en particulier par les présidents d'universités. Même par ceux qui dirigent les mieux classés des établissements français comme Alain Beretz, président de l'université de Strasbourg, qui qualifie, dans Le Monde du 15 août dernier, d'inepte de tels palmarès tout en se disant heureux d'y être bien classé. L'université de Strasbourg intègre de justesse le Top 100 du classement de Shanghai en décrochant la 95e place mondiale et la quatrième pour la France. Les trois premières places françaises étant occupées par l'UPMC, 35e, Orsay-Paris-Sud, 42e, et l'Ecole Normale Supérieure, 67e.

Après la publication de l'édition 2014 de ce classement contesté, le ministère français de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche n'a pas manqué de se féliciter de constater que la France s'y maintient à la cinquième place mondiale avec 21 établissements parmi les 500 universités classés sur les 17000 qui existent aujourd'hui dans le monde. Les Etats-Unis dominent largement ce classement avec 16 universités dans les 20 premières. Contre trois pour la Grande-Bretagne et une pour la Suisse. La Suisse qui tire remarquablement son épingle du jeu puisqu'elle compte 4 universités dans le Top 100, soit le même score que la France...

  • Comment l'UPMC a-t-elle pu se hisser à la première place des universités françaises dans le classement de Shanghai?

  • Pourquoi se retrouve-t-elle en moins bonne position dans le classement U Multirank lancé en mai dernier par l'Union européenne (68e)?

  • Quel rôle joue le regroupement des universités françaises dans l'amélioration de leurs résultats de recherche et faut-il continuer à réduire leur nombre qui est passé de 85 en 2007 à 73 aujourd'hui ?

  • Quel est l'impact de la mondialisation de la recherche sur le travail des scientifiques en France?

  • L'université est-elle en mesure de conquérir une place importante dans la recherche française aux cotés d'institutions comme le CNRS ou l'Inserm?

Intervenants
  • Président de Sorbonne Université et de la Ligue européenne des universités de recherche, professeur de biologie cellulaire
  • Professeur à l'université Pierre et Marie Curie - Laboratoire ISIR (Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique)
  • Ophtalmologiste, membre de l’Académie des Sciences et directeur de l’Institut de la vision
  • Secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......