LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Va-t-on enfin parvenir à stocker l’énergie solaire ?

55 min
À retrouver dans l'émission

Le solaire fait partie des énergies vertes dites intermittentes. Pas de soleil, pas ou peu de production d'électricité. D'où la nécessité de la stocker pendant que le soleil brille pour pouvoir l'utiliser la nuit où les jours gris. Pourtant, pas de chance, il est très délicat de stocker l'électricité. Ce défi engendre une floraison de solutions en cours de développement que Science publique explore aujourd'hui.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/09/d1bfbaee-586e-11e5-971f-005056a87c89/838_plateforme-myrte.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="La plateforme Myrte en Corse stocke l'énergie solaire en produisant de l'hydrogène" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/09/d1bfbaee-586e-11e5-971f-005056a87c89/838_plateforme-myrte.jpg" width="838" height="558"/>
La plateforme Myrte en Corse stocke l'énergie solaire en produisant de l'hydrogène
Le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte qui a été définitivement adopté le 22 juillet 2015 vise une augmentation de la part des énergies renouvelables à 32% d’ici 2030. Par ailleurs, l’Union européenne s’est fixé un objectif de 20% de la consommation finale d’énergie pour 2020. Ces objectifs apparaissent pour le moins ambitieux étant donné la situation actuelle. Les énergies renouvelables apportaient 14,2% de la consommation finale d’énergie en 2013. Le solaire photovoltaïque, lui, se place en queue d’un peloton dominé par l’énergie hydraulique. Il représente entre 1,5 et 3% de la consommation d’électricité en France pour une puissance installée d’environ 5%. Le solaire, comme l’éolien conserve un talon d’Achille majeur : l’intermittence de son fonctionnement. Sa production dépend fortement de l’ensoleillement qui, lui, n’est pas lié aux besoins des consommateurs. D’où le fameux dilemme : comment stocker l’électricité solaire produite quand il fait soleil pour pouvoir l’utiliser quand nous en avons besoin, c’est à dire aussi bien la nuit que les jours sans soleil.

Le défi est avant tout technologique et il est lié à un problème inhérent à l’électricité : la difficulté de la stocker. Ainsi, le solaire thermique échappe en partie à ce phénomène. Le chauffe-eau sert d’accumulateur et un n’est pas nécessaire d’attendre un rayon de soleil pour pouvoir prendre une douche chaude. Avec l’électricité, c’est beaucoup plus délicat malgré les progrès réalisés par les batteries. Nous allons explorer aujourd’hui quelques-unes de technologies capables de donner au solaire les moyens de résister aux nuages.

Intervenants
  • membre du laboratoire PROMES à Odeillo
  • Co-fondateur (1er décembre 2004) et Président actuel de la société LEVISYS spécialisée dans la conception, la fabrication, la commercialisation et l'exploitation de volants d'inertie pour le stockage d'électricité.
  • directeur du laboratoire PROMES à Odeillo
  • Professeur en Energétique dans le laboratoire Sciences Pour l'Environnement du CNRS et de l'Université de Corse, Directeur de la Plateforme MYRTE
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......