LE DIRECT
Marlin Awad
Marlin Awad
Marlin Awad
Marlin Awad
Marlin Awad
SÉRIE

Avoir raison avec...Toni Morrison

5 ÉPISODES (5 DISPONIBLES)
« Si vous ne pouvez être grand que parce que quelqu’un est à genoux, vous avez un sérieux problème. J’ai le sentiment que les blancs ont un problème très, très sérieux » a déclaré un jour Toni Morrison dont les paroles résonnent de manière particulière aujourd...
À retrouver dans l'émission
Tous les Épisodes
29 min
LE 06/07/2020

Prix Nobel en 1993, Toni Morrison a bouleversé la littérature et les représentations de la société américaine. Née en Ohio, dans l'Amérique ségrégationniste...

29 min
LE 07/07/2020

Aujourd'hui, nous nous penchons sur les mots et sur l'usage que Toni Morrison cherchait à en faire, elle qui déclarait, lors de son discours à Stockholm...

30 min
LE 08/07/2020

Toute sa vie, Toni Morrison a cherché à dépasser le "regard blanc". Et à imposer le sien : celui d'une femme noire, descendante d'esclaves. En remettant...

29 min
LE 09/07/2020

Toni Morrison s'est éteinte en août 2019. Première Afro-américaine à recevoir le Prix Nobel de littérature, quel héritage laisse-t-elle derrière elle ?...

29 min
LE 10/07/2020

Transmission et mémoire, lecture poétique et politique avec l'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira, qui vient clore cette semaine consacrée à l'oeuvre...

À propos de la série

« Si vous ne pouvez être grand que parce que quelqu’un est à genoux, vous avez un sérieux problème. J’ai le sentiment que les blancs ont un problème très, très sérieux » a déclaré un jour Toni Morrison dont les paroles résonnent de manière particulière aujourd’hui, moins de deux mois après qu’un homme, un noir américain, décédait sous le poids d’un genoux blanc et alors que, partout dans le pays, on réclame que lumière soit faite sur un passé qui ne passe pas, qui se mêle et se confond inextricablement avec le présent. Alors, aussi, que partout dans le pays, on continue de lutter contre le suprémacisme blanc que Toni Morrison a combattu toute sa vie par la puissance de ses mots, et sur lequel elle ne se faisait aucune illusion, même après l’élection de Barack Obama qu’elle a soutenu, non pas parce qu’il était noir, disait-elle d’ailleurs, mais parce qu’il lui semblait sage et honnête. Ce suprémacisme blanc qui n’a plus besoin d’avancer masqué depuis l’accès au pouvoir d’un Donald Trump, ou plutôt du numéro 45 si, comme Toni Morrison le voulait, on décide de ne pas prononcer son nom. Des noms, en revanche, elle en a donnés, et bien plus que ça, à ses personnages, des hommes et des femmes esclaves, des hommes et des femmes descendants d’esclaves. Par là, Toni Morrison a remis les noirs au centre de ses récits, au centre de l’histoire. Et contraint l’Amérique à regarder un passé douloureux et traumatique, dont les plaies entrouvertes à l’époque de l’esclavage sont encore à vif aujourd’hui. Alors en quoi Toni Morrison peut-elle nous aider, peut être, à soulager, à panser ces plaies ? A l’heure du mouvement Black Lives Matter, comment penser la question de la race et du racisme aujourd’hui ? Comment continuer à perpétuer ce travail de mémoire qu’elle, avec d’autres, entrepris ? Retour sur une œuvre terriblement contemporaine.

Caroline Broué est productrice à France Culture des Matins du samedi et des Bonnes choses et autrice de plusieurs ouvrages De ce pas, éd. Sabine Wespieser, Comédies, éd. Fayard, L’Identique et le différent, éd. de l’Aube.

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close