LE DIRECT
À retrouver dans l'émission
LSD, La série documentaire par Perrine Kervran
Affiche lors de la manifestation d'une association féministe pour la Journée internationale de la femme. 2018
SÉRIE

Avortement, le pouvoir du médecin

4 ÉPISODE(S) (4 DISPONIBLE(S))
La prise en charge de l’avortement, et avant lui de la contraception, a bouleversé le corps médical. Depuis plusieurs siècles, l’interdit de l’avortement pesait particulièrement sur la profession mettant en danger des milliers de femmes. Sa répression s’accompagnait de poursuites et de peines pour les personnes le...
Affiche lors de la manifestation d'une association féministe pour la Journée internationale de la femme. 2018
Tous les Épisodes
54 min
LE 09/03/2020

« Un enfant si je veux quand je veux ! » Planning familial

55 min
LE 10/03/2020

«Nous ne sommes pas là pour retirer des vies.» Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat des gynécologues

55 min
LE 11/03/2020

Pourquoi le service public, au service du citoyen, résiste-t-il tant à la prise en charge d’un problème de santé public ?

54 min
LE 12/03/2020

« L’avortement ne doit pas être l’envers négatif de la contraception. » Marie-Laure Brival

À propos de la série

La prise en charge de l’avortement, et avant lui de la contraception, a bouleversé le corps médical.

Depuis plusieurs siècles, l’interdit de l’avortement pesait particulièrement sur la profession mettant en danger des milliers de femmes. Sa répression s’accompagnait de poursuites et de peines pour les personnes le pratiquant. 

Quelle est la place de l’acte d’avortement dans la médecine, son histoire, et l’adhésion ou le refus des médecins face à l’avortement ? Une bataille qui a pu être réactualisée récemment par le refus de Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat des gynécologues, de réaliser des interruptions volontaires de grossesse (I.V.G) qu’il assimile à des « homicides ». 

Dans une petite maternité de la région parisienne où le centre d’orthogénie a toujours été très actif, une partie de l’équipe  fait appel à la clause de conscience pour ne pas pratiquer des avortements.  

Acte intolérable et inacceptable pour ceux qui sont contre ; difficultés majeures pour ceux qui acceptent de faire l’acte : non reconnaissance, conditions d’exercice précaires, lassitude, parfois sentiment de honte face aux pairs …

De ce double mouvement naît un paradoxe : existence d’un droit et possibilité de ne pas l’appliquer. 

On entend et on constate que, malgré la loi, c’est l’absence de réelle volonté politique qui cautionne la non-application de celle-ci. 

Une série documentaire de Johanna Bedeau, réalisée par Angélique Tibau

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.